Les archives personnelles, valeur, mémoire, émotions. Les archives d’une famille déracinée

Par Marine Vautier

Marine Vautier, Les archives personnelles, valeur, mémoire, émotions. Les archives d’une famille déracinée, Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 68 p.

Les archives privées et en particulier les archives personnelles ont longtemps été ignorées. Aussi nombreuses qu’il y a d’individus, elles ont progressivement trouvé leur place dans la société et ses institutions en tant que complément nécessaire des archives publiques. Aujourd’hui, il est admis que les archives personnelles sont indispensables pour mesurer l’importance, la complexité et les conséquences des guerres et grands événements politiques.

 Les archives personnelles possèdent de multiples facettes, mais peuvent aussi être considérées sous des angles divers : celui de l’marine_vautier_page_couverturearchiviste, celui de l’historien mais aussi ceux d’autres spécialistes de sciences humaines et sociales (sociologues, ethnologues par exemple). Ces différents regards aident à éclairer un point fondamental et central dans ce mémoire : pourquoi une personne ou une famille conserve-t-elle des archives ? Que représentent les documents pour traverser ainsi les années, être transmis de générations en générations ? Le cas étudié, celui d’une famille soumise aux aléas de l’histoire, ballottée d’exils en déracinements, est particulièrement éclairant. Alors que toutes les conditions étaient réunies pour que les documents disparaissent, ceux-ci ont au contraire fait l’objet d’une attention soutenue, d’un soin constant, suivant la famille au gré des pays et des kilomètres. Qu’est-ce qui fait survivre ces documents pourtant les plus exposés aux détériorations, éliminations et destructions jusqu’à constituer un musée familial ?

 L’étude s’est appuyée conjointement sur une cartographie précise de ces objets d’affection1, mettant en relation les documents, leurs contenus et leurs supports avec leur mise en scène dans l’espace familial, des pièces de sociabilité aux pièces de l’intimité, et sur des entretiens non directifs.

 Le cas des archives de cette famille le prouve de manière très nette, la raison d’être de ces documents réside dans l’émotion qu’ils ravivent et contiennent auprès de leurs possesseurs. Les archives familiales sont le résultat d’un contexte social et historique particulier, d’une subjectivité individuelle et du lien émotif qui résulte de la rencontre des deux. Elles sont un enjeu familial central car elles incarnent la transmission intergénérationnelle.

___________________________________

1. Nous reprenons ici l’expression de Véronique Dassié (Objets d’affection, une ethnologie de l’intime, Paris, éditions du comité des travaux historiques et scientifiques, 2010).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *