Les enjeux de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’exemple du Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France

Par Valentin Favrie

Valentin Favrie, Les enjeux de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’exemple du Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 74 p.

 En 2003, l’Unesco crée un nouveau classement patrimonial, une liste inscrivant les patrimoines culturels immatériels du monde entier qu’il est important de sauvegarder. Un patrimoine culturel immatériel se définit avant tout par son appartenance à une communauté. Ainsi, cette considération tend à faire reconnaître au niveau mondial que de nombreuses communautés présentes sur la planète possèdent des traditions séculaires, des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être. Il existe autant de communautés que de « traditions » au sens large. En conséquence, la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco vise à recenser toutes les communautés ayant un savoir souvent méconnu, et tous les savoirs méconnus produits et transmis par des communautés.

L’enjeu de la sauvegarde de ce patrimoine immatériel réside dans sa définition. Chaque patrimoine étant différent, on a coutume de dire que le patrimoine culturel immatériel est la communauté à laquelle il appartient. En effet, il s’agit de formuler ce qui appartient à la communauté avant d’envisager une méthode pour sa sauvegarde. Celle-ci est aussi compliquée que multiple. Les traditions immatérielles des communautés actuelles sont vivantes, et donc en mutation constante. L’essentiel pour une communauté est par conséquent de conserver d’abord son histoire, en vue de la protéger de l’oubli, puis de la transmettre.

Le Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France (AOCDTF) à Angers s’est donné pour mission de suivre cette démarche. Depuis 2010, les Compagnonnages dcliche_valentin_favrie_droits_reservese France sont enregistrés sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel en tant que « seau de transmission des savoirs et des identités par le métier ». À l’heure des nombreuses mutations technologiques que vivent les métiers artisanaux, il est essentiel, au regard de la communauté compagnonnique, de conserver les anciennes traditions qui font son identité. Or, l’exemple de ce centre montre qu’un patrimoine culturel immatériel, c’est-à-dire des savoirs transmis oralement de générations en générations, peut se matérialiser à travers une multitude d’objets et d’archives. L’objectif de la centralisation de tous ces témoignages est ainsi de s’assurer de leur préservation, en vue d’une transmission interne et d’une communication à un public peu averti. Le centre a pour objectifs de conserver des traces en vue d’une transmission dans une démarche parfois muséale d’accumulation d’artefacts. Les entrées, encore modestes du fait du jeune âge du centre, sont des dépôts de corps de métiers ou des fonds personnels. Les logiques à l’œuvre sont proches de la collection. Les documents et objets qui parviennent au centre sont chargés d’une forte valeur identitaire (timbres, bannières, souvenirs de tours de France etc.) et relativement anciens.

L’étude de ce mémoire s’inscrit donc entre le passé et le futur. Il raconte comment une communauté tente de préserver son histoire d’un avenir incertain. Il ne décrit qu’un exemple parmi d’autres d’une sauvegarde du patrimoine culturel immatériel d’une communauté. Cependant, il pourra éclairer le lecteur sur les enjeux et les difficultés que peuvent poser la sauvegarde d’un savoir bien spécifique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *