De la collecte à la communication des archives de la Seconde Guerre mondiale. L’exemple de l’entreprise SNCF

Par Clémence Chauveau

Clémence Chauveau, De la collecte à la communication des archives de la Seconde Guerre mondiale. L’exemple de l’entreprise SNCF, Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 140 p.

L’étude du traitement des archives de la Seconde Guerre mondiale et en particulier de leur communication s’intègre dans le domaine plus général de l’accès aux archives contemporaines qui oppose le droit à l’oubli et le droit de savoir. La « crise des archives » des années 1990, qui a éclaté suite à la découverte par Serge Klarsfeld du fichier dit fichier juif, a montré l’existence d’une difficile communicabilité de certaines catégories d’archives contemporaines, dont les archives de la Seconde Guerre mondiale, qualifiées d‘Archives interdites par Sonia Combe1 en 1994, ou bien d’« archives sensibles » ou d’« archives secrètes » par Sébastien Laurent2 en 2003. Longtemps accusées d’être cachées ou réservées à certains chercheurs, les archives de la Seconde Guerre mondiale ont progressivement été ouvertes au public. Deux politiques d’ouverture ont permis de rendre les archives de guerre communicables : la nouvelle loi sur les archives de 1979 et les dispositions législatives et réglementaires des années 1990-2000 à l’image de la circulaire Jospin de 1997 qui impose l’ouverture des fonds par dérogation générale3.

La SNCF, accusée d’avoir collaboré avec le régime nazi pendant la guerre, n’a pas été épargnée par la remise en cause de l’accès aux archives dans les années 1990. Notre étude montre que la SNCF s’est très tôt préoccupée de la gestion de ses archives puisque, dès les années 1970-1980, elle tente de repérer les gisements de documents de la période de guerre, mais qu’il faut attendre le milieu des années 1990 pour que les dépôts d’archives soient centralisés, permettant ainsi de traiter et de rendre plus facilement accessibles aux chercheurs les archives de la Seconde Guerre mondiale. Mise en cause notamment dans les affaires Schæchter (1992) et Fraenkel (1998), la SNCF a décidé de mener une première mission de traitement des archives de guerre entre 2000 et 2002. L’entreprise a alors cherché à répondre aux attentes des chercheurs en facilitant leurs investigations, notamment en répondant aux demandes de recherche par correspondance, en élargissant les horaires d’ouverture de la salle de lecture du centre d’archives historiques du Mans en 2005 ou en élaborant et en publiant des instruments de recherches disponibles en salle de lecture ainsi que sur internet, notamment sur le site de l’Association pour l’histoire des chemins de fer (AHICF). En 2010, toujours accusée d’avoir participé à la déportation de milliers de personnes pendant la guerre, notamment aux États-Unis au moment même où la SNCF tentait de signer un marché important, l’entreprise a lancé une seconde mission de traitement des archives de la Seconde Guerre mondiale. Cette dernière a permis, entre 2010 et 2012, d’élaborer un Guide de recherche sur la Seconde Guerre mondiale, 1939-1945, de numériser les archives et de les mettre en ligne sur le site même de la SNCF les rendant ainsi accessibles aux chercheurs directement de chez eux.

De fait, la SNCF a considéré comme prioritaire la collecte et le traitement des archives de la période 1939-1945. La centralisation de ces archives s’est révélée complexe compte tenu de l’éparpillement des fonds. Les instruments de recherche ont été réalisés rapidement du fait de l’ampleur de la tâche et un million de pages ont été numérisées. Des partenariats ont été conclus en janvier 2012 avec des institutions mémorielles : le mémorial de la Shoah à Paris, l’Holocaust Memorial Museum à Washington et le centre de Yad Vashem à Jérusalem, avant que la SNCF se dote de son propre outil de diffusion.

capture_ecran_sncf

_______________________________________________

1. Sonia Combe, Archives interdites. Les peurs françaises face à l’histoire contemporaine, Paris ,Albin Michel, 1994. 327 p. (rééd. avec une nouvelle préface, La Découverte , 2001 et 2010).

2. Sébastien Laurent, sous la dir. de, Archives « secrètes », secrets d’archives ? Historiens et archivistes face aux archives sensibles, Paris, CNRS Éditions, 2003, 288 p.

3. Circulaire du Premier ministre du 2 octobre 1997 et note des Archives de Frane AD/DEP 1993 du 17 octobre 1997.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *