L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon

MICHEL CHOMARAT L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon.

Intervention au séminaire Alma, 17 janvier 2014

Michel Chomarat, intervenant dans le séminaire en tant qu’« activiste gay », pour reprendre ses propres termes, est aussi éditeur, directeur de collections et de revues, collectionneur, spécialiste de Nostradamus. Elu écologiste du 1er arrondissement de Lyon en 1995, il a été nommé en 2002 par le maire de Lyon « chargé de mission mémoire », une activité qui l’a amené à défendre la mémoire des Lyonnais ayant vécu à la marge, des minorités sexuelles et ethniques aux SDF. Michel Chomarat a publié : À 13h30 place Vendôme (1990) ; les actes des Assises nationales Mémoire gay & lesbienne (2002-2005) ; Follement gay ! L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon (catalogue d’exposition), 2005 ; et de nombreuses études sur le livre ancien, Nostradamus et la franc-maçonnerie.

Le fonds Michel Chomarat témoigne d’une expérience unique en France, la présence dans une bibliothèque publique – la bibliothèque municipale de Lyon – d’une collection dédiée à l’homosexualité, à travers des supports variés : imprimés, iconographie, archives documentation. Le fonds, entré à la bibliothèque par convention de dépôt en 1992, est divers dans son contenu : si c’est l’importante documentation sur l’homosexualité qui a été présentée dans cette communication, il comporte aussi de nombreux ouvrages de bibliophilie, livres anciens, impressions lyonnaises et livres d’artistes. Ce fonds est en constante évolution, puisque son propriétaire continue à y intégrer des documents issus de son inlassable travail de collecte.

Le fonds Chomarat est particulièrement représentatif des problématiques liées au don qui ont été mises en évidence au cours de ce séminaire. La motivation principale du déposant est la recherche d’une reconnaissance publique et validée par une institution prestigieuse (la bibliothèque municipale de Lyon, première bibliothèque de province, en importance et en qualité des collections), pour un combat où s’entremêlent vie personnelle et militance. La constitution du fonds Chomarat est indissociable de la vie privée de son propriétaire : plusieurs événements marquants, liés tant à l’évolution de la législation sur l’homosexualité qu’à l’impact du sida à partir des années 1980, en constituent les jalons. Malgré, ou à cause, de cette dimension biographique, la collection est destinée par son déposant à la communication publique – avec quelques réserves liées à la nature de certains articles.

La notion d’archives homosexuelles, telle que l’entend M. Chomarat, suppose une forme d’ambiguïté conceptuelle, du moins par rapport à la définition habituelle des professionnels des archives et des bibliothèques. Si le fonds comporte des archives, au sens strict (collectés chez des particuliers ou des associations), il rassemble aussi beaucoup de documentation, parfois reliée au sujet par le seul regard du collectionneur : faute de sources suffisantes dans le passé, le document ancien se fait « archives » à la lumière d’une réinterprétation du matériau primitif (telle cette carte postale montrant un gradé donnant l’accolade au soldat qu’il vient de décorer).

La mission de sauvetage que revendique M. Chomarat peut s’accompagner de conflits liés à l’enjeu de la mémoire du mouvement homosexuel et de ses revendications actuelles. Un effet de concurrence mémorielle existe, face aux associations de déportés, par exemple, ou face à des centres d’archivage lesbiens réservés à un public restreint (Archives, recherches et cultures lesbiennes à Paris). La médiation assurée par M. Chomarat, qui suppose un versement préalable, dans son fonds, des documents collectés, ne répond pas toujours à la volonté des associations qui peuvent souhaiter un don direct à la bibliothèque.

À la suite du dépôt fait initialement en 1992 par Michel Chomarat, le maire de Lyon G. Collomb s’est engagé dans une démarche de soutien au développement de ce fonds, démarche relayée par la direction de la bibliothèque qui assure le traitement et la valorisation des documents. En 2005, l’action pour la reconnaissance des communautés homosexuelles s’est élargie à la création d’un centre de ressourcespointG documentaires gays et lesbiennes au sein de la bibliothèque municipale de Lyon, aujourd’hui dénommé « Point G – Centre de ressources sur le genre : identités, sexualité, mémoires gay et lesbienne ». En 2006, fait remarquable du point de vue des politiques de recrutement des bibliothèques publiques, la création d’un poste de bibliothécaire dédié à ce fonds a été votée par le conseil municipal de Lyon.

La constitution du fonds Michel Chomarat / Point G nous permet de nous interroger sur les relations entre pouvoirs publics et communautés spécifiques partagées entre la tentation du repli sur soi et la volonté de visibilité et de reconnaissance : la stratégie du don (ou dépôt) pouvant alors être le moyen d’accès à des établissements culturels jusque-là indifférents ou fermés à ces revendications, tels que les bibliothèques, historiquement bâties sur le modèle de l’universalisme des collections.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *