« Mémoires de la Somme », qu’en font les usagers ? par les étudiants du Master 2 Métiers des archives de l’Université d’Angers

Par Noura Bahidj et Ophélie Malais

L’intervention des étudiants de la promotion 2013-2014 Master 2 Histoire et document, Métiers des archives, portait sur l’étude de comportement des visiteurs face à un portail documentaire, à travers un exemple, celui du portail Mémoires de la Somme. Outre la définition d’un portrait-type du visiteur, il s’agissait d’objectiver les modes de fréquentation, d’identifier les attentes et d’évaluer le degré de satisfaction. L’analyse s’appuie à la fois sur des données quantitatives d’analyse d’audience extraite de Google Analytics, et sur les réponses à une enquête en ligne administrée du 25 janvier 2014 au 6 février 2014 utilisées de manière qualitative1.

Les visiteurs du portail sont à 96 % localisés en France, majoritairement en Picardie et en Île-de-France. Les 4 % restants viennent de tous les continents. Les profils sont très divers avec un panel de métiers assez large. Le portail, depuis l’ouverture en janvier 2010, a reçu plus de 2.5 millions de visites. Mais la fréquentation, après l’explosion des premiers mois démontrant une réelle attente, ne cesse de baisser. Pourtant, les mises en ligne se poursuivent pour constamment renouveler l’offre. Ces nouvelles images ne suffisent pas à enrayer la diminution. Cette désaffection progressive des visiteurs n’empêche pas l’existence d’un public fidèle et constant (72 % des visiteurs). Si l’on devait dresser le portrait des pratiques du visiteur, on peut dire que les utilisateurs se connectent de 16 à 18h, depuis leur domicile, et qu’on remarque des pics d’affluence sur certaines périodes de l’année (autour du 11 novembre par exemple). L’internaute navigue majoritairement depuis son ordinateur, même si l’augmentation des connexions depuis les mobiles et tablettes est notable (multiplication par 20 entre 2010 et 2013) mais en lien avec ce que l’on sait des équipements des familles. Le moyen principal d’accès au site est le moteur de recherche Google, sur lequel sont entrés les termes « archives » et « Somme » ou « 80 ». Les visiteurs n’arrivent donc pas par hasard. Ils savent précisément qu’ils recherchent un site d’archives départementales2. Ce sont des utilisateurs avertis qui connaissent l’offre et les services.

La moyenne de temps de connexion d’un utilisateur sur le portail entre 2010 et 2013 est de 37 minutes. Les rubriques les plus consultées sont les pages et images numérisées et visualisées grâce à l’outil Mnésys (92% des pages vues), et la recherche dans l’état civil (44 personnes sur 46 admettent l’utiliser). Les connexions à la rubrique relative à la Grande Guerre en 2012 et 2013 sont en diminution, alors qu’on se serait attendu au contraire dans le contexte commémoratif du centenaire.

Le portail a permis de construire une salle de lecture virtuelle : on dénombre annuellement 2500 lecteurs dans la salle de lecture du bâtiment des archives départementales, contre 144 000 visiteurs via le site3. On peut aussi émettre quelques préconisations pour améliorer le portail : de nouvelles offres interactives adaptées à la taille des écrans et un référencement amélioré, la poursuite de la mise en ligne de l’état civil, l’ajout des archives du recensement militaire (fiches signalétiques des services) et notarial, dans le but de diversifier l’offre et renouveler le public.

_____________________________

1. Cette enquête était disponible depuis la page d’accueil de Mémoires de la Somme. La mise en ligne ayant été retardée, le nombre de réponses n’a pas été jugé suffisant pour une exploitation quantitative.

2. Mémoires de la Somme est aussi un portail permettant de rechercher dans les catalogues d’autres institutions. Or, l’accès au site depuis les résultats de mots-clefs saisis dans Google montre que ces autres institutions ne génèrent pas de flux vers lui.

3. Visiteurs uniques d’après l’enquête statistique annuelle (chiffres de 2012).

_____________________________

Ont participé à cette enquête :

Raïane Bas, Alexandre Béranger, Anaïs Berger, Thomas Blanchy, Clémence Chauveau,Clémentine Dumas, Sandy Guibert, Pierre Hamel, Adélaïde Laloux, Fransceska Malle, Romain Simonneau, Marine Vautier

_____________________________

Autre billet sur le même thème : Le dynamisme local : l’exemple de Mémoires de la Somme


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *