Servir l’identité locale ? Le service d’archives départementales du Morbihan et l’identité bretonne

Par Christine d’Armagnac

Christine d’Armagnac, Servir l’identité locale ? Le service d’archives départementales du Morbihan et l’identité bretonne du début du XXe siècle jusqu’aux années 2010, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 114 p.

L’« identité bretonne » est un concept bien difficile à définir malgré sa familiarité. En effet, l’idée de l’unité d’un peuple autour d’une histoire commune et ancrée dans les esprits avec des codes précis et perceptibles n’est qu’un essai de définition parmi tant d’autres. Elle peut se traduire par un fort sentiment d’appartenance à cette région littorale et à ce qu’elle représente. « L’identité bretonne combine, dans tous les domaines et à toutes les époques de son histoire, la reproduction de traits anciens avec la production de caractéristiques nouvelles »1. Elle se concrétise à travers le patrimoine breton et tous ses éléments constitutifs : son héritage historique, religieux, rural, maritime, politique et culturel. Or, protéger et valoriser ce patrimoine est une des missions du Conseil général du Morbihan, notamment par le biais du service départemental d’archives. Aussi, peut-on s’interroger sur la manière dont les archives départementales, par la collecte, par la priorisation des traitements, par la valorisation, participe ou accompagne les évolutions du sentiment identitaire.

Les archives départementales ne contribuent pas à la création de cette identité mais à sa construction, parfois de façon très ténue voire indirecte. Dans un premier temps, c’est l’histoire locale qui est mise à l’honneur dès 1910 avec la constitution de la bibliothèque historique des archives. Quant au service éducatif créé en 1970, il poursuit le même esprit et se donne la mission d’inscrire le Morbihan dans l’histoire de la République tout en insistant sur les particularités de ce territoire. À partir des années 1990, la culture bretonne devient un enjeu pour le service. On le constate à travers la réalisation d’actions culturelles (Jeux de mains, jeux de villages en 1996 qui présentait les jeux populaires ou le Forum de l’histoire locale en 1997 réunissant une vingtaine d’associations, proposant conférences et projections de films). Mais c’est en 2005 qu’un acte fort est posé par la collectivité territoriale avec la création d’une cellule patrimoine oral breton animée par un spécialiste de la musique bretonne vannetaise, ancien sonneur d’un bagad, bretonnant, ayant déjà plusieurs années d’expérience dans la collecte de chants et de contes dans le cadre associatif (association Ram’Dam2 et antenne de Dastum Bro Ereg à Pluvigner3).

Chants et airs traditionnels du pays vannetais : Yves Le Diberder
Chants et airs traditionnels du pays vannetais : Yves Le Diberder

Outre les fonds de folkloristes déjà entrés aux archives, les collections s’enrichissent de fonds de chasseurs de son et de celui d’une radio, Radio Bro Gwened (2 000 h. d’enregistrement). Les actions de valorisation sont régulières : trois publications au sein de la collection Traditions orales en Pays Vannetais coéditée avec Dastum, une exposition Biniou et bombarde, vibrations de l’âme bretonne accueillie aux archives départementales en 2008, deux volumes de chants avec partitions en 2011 provenant du fonds d’Yves Le Diberder, une publication de chansons traditionnelles du fonds Mathurin Buléon en 2012. Les chansons et musiques conservées aux archives sont également entendues dans le cadre de concours de musique bretonne. 

L’importance de la décentralisation dans ce phénomène est bien évidente. Si jusqu’à celle-ci, les archives départementales ont contribué à la fabrique de l’histoire de la petite patrie, à partir des années 1990, elles prennent leur part dans la transmission d’une mémoire locale et appuie, par les politiques mises en place, le réinvestissement d’une culture bretonne morbihannnaise.

______________________________

1.Ronan Le Coadic, « L’identité bretonne, situation et perspectives », dans Elegoët F., Bretagne : construire, éditions Tud ha Bro, 2002, p. 16.

2. Association pour la préservation et la mise en valeur du patrimoine breton.

3. Dastum Bro Ereg est une association partenaire de Dastum créée en 1993 pour renforcer sur le pays vannetais la valorisation du patrimoine oral.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *