L’archiviste et l’action culturelle au XXe siècle. L’action innovante de Jacques Levron aux Archives départementales du Maine-et-Loire (1931-1954)

jacques_levron
Jacques Levron (droits réservés).

Par Natacha Potéreau

Natacha Potéreau, L’archiviste et l’action culturelle au XXe siècle, l’action innovante de Jacques Levron aux Archives départementales du Maine-et-Loire (1931-1954), , mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 89 p.

L’objectif de ce mémoire est d’observer à une échelle locale la mise en place d’une politique culturelle publique, notamment dans les services d’archives. Pour ce faire, le choix s’est porté sur un archiviste départemental du Maine-et-Loire, Jacques Levron1. Ce dernier fait en effet figure de précurseur par les différentes formes d’action culturelle2 développées dans et hors de son service entre 1931 et 1954.

Né le 7 septembre 1906 à Rennes, Jacques Levron meurt le 9 novembre 2004 à Theix dans le Morbihan après une riche carrière professionnelle. Après des études à la faculté de droit et de lettres à Rennes, il est diplômé en 1929 de l’École nationale des chartes et entre en fonction pour son premier poste en tant qu’archiviste départemental de la Creuse. C’est en 1931 qu’il entame sa carrière aux archives départementales de Maine-et-Loire, poste qu’il quitte en 1954 pour une nouvelle affectation à Versailles.

Jacques Levron présente toutes les caractéristiques de l’érudit chartiste. Le sujet de sa thèse porte sur Pierre de Dreux, dit Mauclerc, duc de Bretagne, comte de Richemond, chevalier de Braine. Il porte sur sa région natale, à laquelle il est très attaché, mais correspond par le choix de la période du Moyen-Âge à la plupart des thèses de l’École à cette période. Investi ensuite systématiquement dans les sociétés savantes des départements où il exerce, la liste de ses publications historiques est particulièrement impressionnante3. Notons néanmoins l’importance qu’il accorde à la vulgarisation dans sa pratique d’écriture de l’histoire.

À la tête des archives départementales de Maine-et-Loire, il a à faire face à plusieurs difficultés. Il gère notamment l’extension des locaux du service à deux reprises. Pendant la guerre, il est nommé censeur civil le 1er septembre 19394 et gère l’évacuation d’une partie des collections au château du Plessis-Macé. Créateur du service éducatif, il a débuté les premières visites à destination de scolaires (élèves du lycée d’Angers) dès 1939. Il assure aussi des cours à l’École normale d’instituteurs.

Jacques Levron a par ailleurs développé des activités plus atypiques pour un archiviste. Il a notamment conduit une carrière de journaliste en parallèle à ses activités professionnelles en intervenant régulièrement dans des journaux régionaux comme Le Courrier de l’Ouest ou Ouest France mais aussi nationaux comme l’Écho de Paris5. Il a surtout investi très précocement divers champs de la création et de l’animation culturelle et patrimoniale : la muséographie avec des expositions au sein des archives (à partir des années cinquante) et la conservation du musée Turpin de Crissé (1935-1941) ; le théâtre avec la troupe de Compagnons de la passion puis le festival d’Anjou (créé en 1949) ; le tourisme avec la direction du comité départemental du tourisme (à partir de 1949) – il y crée notamment « la route lumineuse », un parcours en bus de Saumur à Angers avec illuminations de monuments – et en rédigeant les premiers synopsis des sons et lumières de châteaux angevins.

Jacques Levron s’est mis au service tout au long de sa carrière dans le Maine-et-Loire d’un projet de vulgarisation et de démocratisation culturelle. Cela s ‘explique de plusieurs manières : une famille ouverte sur le milieu culturel et des opportunités institutionnelles qu’il a su saisir ou provoquer. Véritable précurseur, on notera que ses actions semblent peu connues au niveau national : aucune notice nécrologique ne lui a été consacré dans la Bibliothèque de l’École des chartes par exemple.

______________________________________

1. L’étude a été enrichie par des sources familiales. La famille de Jacques Levron a bien voulu mettre à disposition de l’auteure ses papiers de famille. Qu’elle soit ici chaleureusement remerciée.

2. On s’appuiera sur la définition contemporaine de l’action culturelle proposée dans le lexique sur la médiation culturelle et politique de la ville, site du Ministère de la Culture et de la Communication [en ligne], disponible sur http://www.culture.gouv.fr/culture/politique-culturelle/ville/mediation-culturelle/index.html (consulté le 25 avril 2014) : « l’ensemble des moyens mis en œuvre pour mettre en relation la création et l’ensemble des richesses patrimoniales avec l’ensemble de la population d’un territoire afin de permettre à l’individu et à des groupes d’individus de maîtriser la réalité culturelle qui les environne ».

3. Il fut l’un des auteurs attitré des éditions Perrin. Ces ouvrages ont reçu de nombreux prix, notamment celui de l’Académie française.

4. Cette commission contrôle les informations de presse dans la ville d’Angers.

5. Dont son oncle maternel a été rédacteur en chef.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *