La politique de collecte et de traitement des fonds d’associations dans les services publics d’archives (de 1870 à aujourd’hui). Le cas des Archives départementales de Maine-et-Loire

Par Marina Kounkou-Kekolo

Marina Kounkou-Kekolo, La politique de collecte et de traitement des fonds d’associations dans les services publics d’archives (de 1870 à aujourd’hui). Le cas des Archives départementales de Maine-et-Loire, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 99 p.

On sait que les archives privées sont entrées très progressivement dans les services publics d’archives1, l’enregistrement dans le cadre de classement des archives départementales n’intervenant au demeurant qu’avec la mise en place de la série J par la circulaire du 15 avril 1944. Au sein des archives privées, on distingue habituellement des catégories différentes2 : papiers de famille, archives d’entreprise, archives d’hommes politiques ou encore archives d’association.

Concernant ces dernières, on constate que la chronologie de la collecte est différente. La question se pose vraiment avec l’augmentation du nombre d’associations. S’il existait déjà des associations et des sociétés savantes au XIXe siècle, c’est la loi de 1901 qui permet leur multiplication. Elles investissent progressivement des champs et des rôles nouveaux dans la société. Leur nombre augmente au fil du XXe siècle et ne décroit pas.

La plupart des associations sont productrices d’archives privées. Certaines assurant des missions de service public sont également productrices d’archives publiques. L’élargissement de leurs compétences conjugués à de possibles fonds mixtes éveillent l’intérêt des archivistes.

L’intérêt de ce mémoire de Master 1 est d’étudier la collecte et le traitement des fonds d’association au d’un service départemental d’archives – celui de Maine-et-Loire – pour en découvrir les particularités et les évolutions.

nombre_fonds_ad_49
Répartition des fonds associatifs dans le cadre de classement aux archives départementales de Maine-et-Loire

C’est en 1970 que le premier fonds entre dans le service. Le rythme de collecte a d’abord été lent pour s’accélérer à partir de 1996 : 17 fonds entre 1970 et 1995, 49 fonds depuis 19953.

typologie_ir
Typologie des instruments de recherche couvrant les fonds associatifs aux archives départementales de Maine-et-Loire
communicabilité
Conditions de communicabilité des fonds associatifs aux archives départementales de Maine-et-Loire

Pour compléter les fonds, les archives départementales ont mis en place depuis quelques années une collecte complémentaire de témoignages oraux. On notera parallèlement qu’un effort important est produit pour traiter rapidement les fonds. Le traitement et le classement de ces fonds commencent d’ailleurs aujourd’hui souvent avant l’entrée définitive dans le service. En effet un premier récolement est effectué dans l’association pour sélectionner et déménager les documents dans de bonnes conditions. Les fonds les plus consultés ces dernières années sont des fonds entrés et classés récemment. Il s’agit des fonds de l’Association pour la promotion et l’intégration dans la région d’Angers (APTIRA, 247 J et 25 Av), de l’Amicale des anciens élèves de Combrée (273 J, 70 ml), de l’Association pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (ASEA, 321 J, fonds mixte). On notera que ces fonds recèlent tous des dossiers individuels.

 __________________________________

1. NOUGARET (Christine), « Les Archives de France et les écrits du for privé, un lent apprivoisement », dans CASSAN (Michel), BARDET (Jean-Pierre), RUGGIU (François-Joseph), Les écrits du for privé, objets matériels, objets édités, Limoges, 2007, p. 15-25.

2. NOUGARET (Christine), EVEN (Pascal), Les archives privées, manuel pratique et juridique, Paris, La documentation française, 2008, 204 p.

3. Ont été exclus de ce décompte les papiers isolés et petits fonds constituant la sous-série 1 J.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *