La place des archives russes dans le processus de « modernisation autoritaire » de la Fédération de Russie

Par Fanny Bourgin

Fanny Bourgin, Démocratisation et droits de l’homme en Russie depuis 1991. La place des archives russes dans le processus de « modernisation autoritaire » de la Fédération de Russie, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 127 p.

Comment comprendre la place des archives dans la Russie d’aujourd’hui ? Ce mémoire rappelle d’abord que la Fédération de Russie est le résultat d’une maturation de ses institutions vers une « démocratie identitaire ». Son imperméabilité historique puis son ouverture aux idées et fondements de l’Occident à la fin des année 1980 a été à chaque fois l’objet d’une attitude différente envers le passé stalinien et a fortiori envers ses archives. En analysant la législation et en construisant des données statistiques à partir des ressources disponibles sur le site de l’Agence fédérale des archives, ce mémoire tente de démontrer que la prise en compte actuelle des archives de Russie est construite sur un paradoxe lié au caractère protéiforme de son régime mêlant autoritarisme et démocratie libérale.

Depuis l’arrivée de V. Poutine au pouvoir en 2000, on peut faire le constat apparent d’une meilleure prise en compte des citoyens et d’une démocratisation de l’accès aux archives fédérales grâce à des efforts de rationalisation de leur fonctionnement et une institutionnalisation effective. Avec la création du site internet de l’agence Rossarkhiv en 20091, les mises en ligne ont été massives ; fonds fédéraux, instruments de recherche portails documentaires ont ouvert l’accès aux archives d’État à tout le territoire de Russie. Cette large diffusion s’est accompagnée d’une nette amélioration de la relation entre les citoyens et Rossarkhiv identifiée comme service public selon des principes de gouvernance et de transparence des institutions que la Russie ne cesse de perfectionner depuis son entrée au Conseil de l’Europe en 1996.

Cette meilleure prise en compte est néanmoins limitée à servir une politique nationaliste. La révision du stalinisme et le détournement de l’usage des archives de l’époque soviétique par les « programmes fédéraux ciblés » sont l’exemple-type de valorisation unique du patriotisme russe cristallisant certaines revendications pour les droits de l’homme en Russie. Cette contradiction est soulignée par la fermeture légalisée et réglementée des archives staliniennes depuis 2001 devenant ainsi des « tabous nationaux ». Les usages des archives fédérales russes sont des manifestations visibles du caractère autoritaire du régime poutinien qui embrigade la jeunesse, réglemente la vie sociale et culturelle et limite le respect des droits de l’Homme en oubliant les victimes du régime soviétique.

Projets de valorisation de Rossarkhiv (2010-2011). Copyright F. Bourgin.

________________________________

1 Disponible [en ligne] sur http://archives.ru (consulté le 10 juin 2014). Le site contient l’ensemble des sources réglementaires et législatives mais aussi d’importantes données statistiques notamment sur les relations avec les citoyens (dérogations, plaintes…) et la fréquentation des sites fédéraux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *