Archives : matérialités en question (journée d’étude du 10 février 2012)

Comment repenser la matérialité des archives et ses enjeux dans un contexte de diversification des supports ?

 

         Depuis la fin du XXe siècle, nous assistons à une évolution des formes des archives et, avec le passage au numérique, de nouveaux supports sont apparus. La dématérialisation est devenue une pratique de plus en plus fréquente. Ce contexte a provoqué une reformulation de la définition légale des archives : selon la loi du 3 janvier 1979, celles-ci étaient l’ensemble des documents quel que fût « leur support matériel ».

         Mais la loi du 15 juillet 2008 a retiré toute référence à la matérialité. Pour autant cette dernière ne demeure-t-elle pas une dimension difficilement dépassable et l’effacement de la matérialité est-il même si unanimement souhaité qu’on le dit généralement ?

     Quels éléments de réponse nous apportent des sciences proches de l’archivistique comme les sciences de l’information ou les sciences humaines en général ?

     Que sait-on des mécanismes d’adaptation et des changements d’attitudes des professionnels et des publics ?

     Certains regards sur les archives, celui des artistes notamment, ne viennent-ils pas paradoxalement célébrer la matérialité des archives au moment où elle se relativise ?

 Programme

 9h15    Échange d’une convention de partenariat entre Didier Le Gall, doyen de la faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines, et Ousmane Mbaye, responsable du pôle Patrimoine documentaire d’EDF (EDF archives/reprographie).

Signature de la convention par Didier Le Gall (Université d’Angers) et Ousmane M’Baye (EDF)

9h30    Ouverture de la journée, Didier Le Gall, doyen de la faculté de Lettres, Langues et Sciences humaines de l’université d’Angers, et Anne Lafon, présidente de l’Association des étudiants et diplômés d’archivistique d’Angers.

9h45    Introduction de la journée, Damien Hamard, archiviste de l’université d’Angers.

 

 I. La matérialité, regards disciplinaires

Sous la présidence de Didier Boisson, professeur des universités en histoire moderne.

 10h05    « Numérique et matérialité : le rôle du support dans le fonctionnement de l’archive », Bruno Bachimont, directeur à la recherche de l’université de technologie de Compiègne.

 10h25     « De quelques aspects juridiques du support », Michèle Battisti, responsable de la veille juridique pour l’Association des professionnels de l’information et de la documentation.

 10h45    « La matérialité des objets d’affection : souvenirs, médiathèques domestiques et patrimonialisations », Véronique Dassié, chercheur associée au laboratoire CITERES (Tours). 

 11h05    Débat

 11h20    Pause 

 

II. Supports, pratiques professionnelles et publics

 Sous la présidence de Jean-Michel Matz, professeur des universités en histoire du Moyen Âge.

11h40    « La dématérialisation de la collecte : vers l’effacement de la matérialité de l’archive ? », Céline Guyon, responsable de la politique de gestion des documents électroniques et des archives au conseil général de l’Aube. 

 12h00    « Du généalogiste au généanaute : des pratiques renouvelées ? », étudiants du M2 professionnel Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers.

 12h20    Pause déjeuner 

14h00    « Les bibliothèques à l’épreuve de la dématérialisation », Claude Poissenot, enseignant-chercheur au département Info-Com de l’IUT Nancy-Charlemagne.

14h20    « Quels repères pour la lecture numérique ? », Claire Belisle, ingénieure de recherche CNRS.       

14h40    Débat 

 

III. Quand l’art parle d’archives 

Sous la présidence d’Yves Denéchère, professeur des universités en histoire contemporaine.

15h00   « Matières confondues », Béatrice Corfmat-Moulun, enseignante en arts plastiques au collège et lycée David d’Angers.   

15h20   « Archives de l’art, art de l’archive : coudoiements et rencontres en matérialité», Patrice Marcilloux, maître de conférences en archivistique à l’université d’Angers. 

15h40    Pause    

16h00    « Archives et pratiques contemporaines », Sylvie Mokhtari, responsable de la revue Critique d’Art, éditée par les Archives de la critique d’art. 

16h20    Débat 

16h40    Conclusion, Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers.

 

17h00     Fin de la journée d’étude

 

18h30    Découverte des œuvres de Béatrice Corfmat-Moulun dans son atelier, au 14, rue Roger de la Grandière à Angers (sur inscription).

Le blog des étudiants est ici. Le live-tweet est archivé par l’AEDAA.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *