Archives, tourisme et généalogie

Par Steeve Costeseque

Steeve Costeseque, Archives, tourisme et généalogie : la quête de parenté des Canadiens francophones en Charente-Maritime, mémoire de recherche de master Histoire, Document (métiers des archives), 2015, 167 p.

Le tourisme généalogique est une pratique mêlant découverte d’un territoire et recherche de ses ancêtres.

On la constate dans plusieurs pays à travers le monde, notamment l’Irlande et l’Écosse, qui ont été précurseurs dans son développement. À l’origine de ce phénomène se trouve un mouvement migratoire de forte ampleur. Ainsi en Irlande, les départs importants de populations au milieu du XIXe et au début du XXe siècle vers les États-Unis ont eu pour conséquence la création d’une diaspora partageant aujourd’hui son identité entre l’Amérique et le vieux continent.Steeve Costeseque
Partout où de tels déplacements ont été constatés, un tourisme axé sur la pratique de la généalogie peut exister. En France, un phénomène migratoire de ce type a eu lieu aux alentours du XVIe siècle. La découverte et le peuplement de la Nouvelle-France ont donné lieu à des mouvements de populations importants.
Notre étude s’intéresse donc aux descendants de ces colons qui, presque 500 ans plus tard, décident de se rendre en France afin de découvrir le territoire d’origine de leurs ancêtres. Nous avons concentré nos investigations sur le département de la Charente-Maritime lieu de départ de la majeure partie des migrants et terre de naissance de Samuel Champlain, fondateur de Québec. Nos objectifs sont de définir le profil des individus pratiquant cette forme de tourisme, de comprendre les enjeux que recouvre le voyage pour les Canadiens francophones, d’analyser le déroulement du voyage, et enfin de nous concentrer sur les interactions entre généalogistes et archives.
Pour mener à bien notre travail, nous avons eu recours à la diffusion d’une enquête à destination des Canadiens francophones pratiquant ce tourisme en France. Nous avons complété notre réflexion en réalisant plusieurs séries d’entretiens avec des généalogistes canadiens souhaitant ou ayant réalisé ce voyage. À cela s’ajoutent des entretiens en compagnie d’archivistes émanant de différents services et ayant été en contact avec ce public.
Notre travail nous a permis de faire ressortir les points communs existants entre la pratique du tourisme généalogique dans d’autres pays et en France (tranche d’âge, statut social, identité culturelle complexe, sentiment d’exil…). Mais nous avons aussi relevé les spécificités notamment concernant la prégnance du lien entretenu entre le pays d’origine de l’ancêtre et le touriste généalogiste. Nous avons aussi souligné l’existence d’une pratique communautaire de la généalogie au Canada un facteur facilitant les voyages. Il nous a été possible de mettre en évidence des pratiques rituelles similaires (rencontre avec une autorité civile, pose d’une plaque commémorative…) entre différents touristes généalogistes se rendant en France. Enfin, nous avons explicité certaines incompréhensions entre ce public et les archivistes, et nous avons aussi mis en évidence la place spécifique que peut occuper l’archiviste dans cette quête de parenté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *