Une histoire de la classification décimale de Dewey en France

Par Irène Jousseaume

Irène Jousseaume, Histoire de la Classification Décimale de Dewey en France, mémoire de recherche de master 1 Histoire, Document (métiers des bibliothèques), 2015, 81 p.

La classification décimale de Dewey (CDD) a été créée en 1876 par un bibliothécaire américain, Melvil Dewey. 140 ans plus tard, elle est omniprésente dans les bibliothèques françaises, qu’elles soient de lecture publique ou d’étude. Même la Bibliothèque nationale de France (BnF) a choisi de s’inspirer de la CDD pour classer ses collections en libre accès. Cependant, le processus d’adoption de la CDD dans les bibliothèques françaises au cours du XXe siècle reste peu étudié et mal connu.

Ce mémoire cherche à combler cette lacune historiographique, en donnant à comprendre pourquoi et comment la CDD est devenue la classification la plus utilisée en France aujourd’hui. Il étudie la diffusion de la CDD dans les bibliothèques, en France, de la lecture publique aux bibliothèques d’étude (à travers le cas de la BnF), en s’interrogeant sur les facteurs qui ont fait le succès de cette classification, et sur son évolution parallèlement à l’évolution des mentalités.

Avant d’adopter une classification, les bibliothécaires observent comment elle répond à différentes problématiques scientifiques ou pratiques. L’universalité du cadre de classement est jugée primordiale dans les métiers du livre et de la documentation. Par ailleurs, Melvil Dewey souhaitait simplifier le travail de ses collègues. Enfin, le confort des lecteurs est une préoccupation constante des professionnels ; la CDD est généralement considérée comme un système bien adapté aux pratiques et aux représentations des usagers, une question néanmoins toujours en débat.

Vers 1895, Paul Otlet et Henri Lafontaine, documentalistes et juristes belges, adaptent la CDD pour la documentation, et créent leur propre version qui connaîtra plus tard un développement séparé sous le nom de classification décimale universelle (CDU). Cette adaptation en langue française va donner une première impulsion au système décimal en France au tournant des XIXe et XXe siècles, même si la majorité des bibliothécaires lui est opposée. À la fin de la Première Guerre mondiale, des bibliothécaires de l’American Library Association viennent en France avec le Comité américain pour les régions dévastées (CARD). Elles ouvrent des bibliothèques en libre accès pour adultes et enfants et une école de bibliothéconomie sur le modèle américain, qui enseigne la CDD. Après leur départ, des formations pour bibliothécaires se développent, répondant ainsi au besoin de professionnalisation des personnels, en particulier dans les bibliothèques municipales. Cependant, dans les années 1930-1960, la CDD n’est pas encore très utilisée en France, d’autant que les espaces en libre accès et les sections jeunesse sont encore rares. La publication de la première traduction française de la CDD par Geneviève Guillien en 1976, puis la parution de son abrégé rédigé par Annie Béthery en 1978, vont réellement permettre à la CDD de se développer. Aujourd’hui encore, après avoir conquis les bibliothèques scolaires et universitaires (souvent aux dépens de la CDU) et s’être adaptée à l’informatisation des bibliothèques, la CDD reste le seul système généraliste immédiatement disponible et facilement utilisable ; les expériences visant à la transformer radicalement, voire la remplacer par un autre système, restent isolées.

En 1993, la CDD est choisie, par défaut, pour indexer les collections en libre accès de la nouvelle BnF. Ses bibliothécaires l’ajustent au fonds, ajoutent des signes, transforment quelques indices. L’enquête que nous avons réalisée auprès de l’association des usagers de la BnF révèle qu’ils trouvent la classification pratique. L’adaptation a donc été réussie.

Il ressort finalement de notre étude que la CDD est une bonne classification, à condition de l’adapter aux collections locales, une pratique généralisée dans les bibliothèques françaises qui contredit néanmoins le principe d’universalité voulu par Melvil Dewey.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *