Archives numériques et construction du sens ou comment échapper au Web sémantique ? Une intervention d’Aurélien Bénel

Aurélien Bénel (Université de technologie Troyes, ICD/tech-Cico) est spécialiste de la modélisation des données et des connaissances en lien avec les sciences humaines et sociales.

L’objet de son intervention du 29 janvier 2016 est de s’interroger sur les stratégies à l’oeuvre dans le web et de considérer des alternatives au web sémantique. Derrière le web sémantique, il y a l’idée de passer d’un web de documents à un web de données. Cette idée est éminemment contestable car qui fournit les données ? Le document peut être évalué, critiqué. Mais qu’en est-il des données ? La production des données et son évaluation relèvent de l’ingénierie des connaissances. L’évaluation est plus pertinente par les acteurs eux-mêmes, au fil de leur propre activité. L’élaboration d’ontologies suppose un consensus, un alignement de tous. Or, ce qui est productif, c’est le dialogue entre points de vue. Le web sémantique poursuit l’idée d’une interprétation globale et unifiée.

Aurélien Bénel appuie son intervention sur un exemple, celui de la documentarisation des vitraux de l’Aube à partir de fonds mis à disposition par les archives départementales de l’Aube et principalement de collections de photographies de vitraux. Dans le web sémantique, chaque fichier numérique est documenté par des métadonnées dont certaines peuvent être extraites de manière automatique, appuyée sur le modèle du triplet (sujet, prédicat, objet). Le triplet est assez souple. On peut définir des attributs spécifiques pour mieux décrire l’objet. Mais chaque vitrail peut aussi être décrit et mis en relation avec des textes ou d’autres objets avec lesquels il entre en résonance et sur lesquels on peut utiliser d’autres outils informatiques (lexicométrie, Keyword in context, analyse qualitative de texte, analyse qualitative d’image etc.). Dans le web sémantique, les outils proposés n’autorisent pas ces exégèses et  en fait ne permettent pas de s’intéresser réellement au sens.

L’informatique donne accès à un corpus ouvert, oblige à expliciter car la forme est contrainte, et autorise le partage. De nombreux outils sont performants, adaptables à chaque terrain de recherche comme Steatite (gestion de corpus d’images), Agorae/argos, TraduXio (comparaison de traduction, concordance multilingue), Cassandre (lexicométrie, concordance), LaSuli (analyse qualitative)1.

_______________________

1 – Site de référence : http://hypertopic.org (consulté le 29 janvier 2016).


2 réflexions au sujet de « Archives numériques et construction du sens ou comment échapper au Web sémantique ? Une intervention d’Aurélien Bénel »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *