La recherche en archivistique à l’international : retours d’expérience

Par Maria José Ferrera Dos Santos et Antoine Billot

La XVe journée d’étude archivistique d’Angers a été l’occasion d’un état des lieux dressé par David Leitch sur l’action du Conseil international des archives (ICA) et ses attentes en termes de recherche.

David Leitch est le secrétaire général de l’ICA. L’ICA est une organisation non gouvernementale et une association loi 1901 créé le 9 juin 1948 pour défendre les intérêts des archivistes, promouvoir la gestion et la conservation des archives au niveau international (1600 membres et 200 pays ou territoires). Cette institution travaille en réseau avec d’autres organismes comme la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA).

David Leitch s’est d’abord interrogé sur le périmètre de la définition de la recherche en lien avec le métier d’archiviste en se demandant si il doit être assez large. Pour sa part, il souhaite son inclusion dans la recherche historique. Avec regret, il constate l’absence de programme de recherche au niveau de l’ICA mais il relève que certains projets collectifs peuvent s’y rattacher, par exemple le développement de modèles conceptuels comme Records in context. Il pense que la profession doit développer une méthode spécifique sur l’étude de l’objet « archive » sans se sentir obligé de s’inspirer d’autres. Sa vision de la recherche est marquée par l’originalité, l’influence positive sur le métier d’archiviste.

Quelles seraient les pistes de recherche ? Il y a de réels besoins du côté de la connaissance des services d’archives, de leurs collections et leur fonctionnement dans certaines parties du monde et certaines branches régionales. L’Unesco sollicite l’ICA par exemple relativement au patrimoine archivistique de pays en guerre et celle-ci ne peut que prendre acte du peu d’informations dont elle dispose. L’ICA elle-même manque d’indicateurs pour mesurer l’impact de ses propres actions, par exemple les projets soutenus par le fonds international de développement des archives. Il serait d’une grande utilité de construire une base de données statistiques avec un recueil de données systématique.

Une autre voie de recherche se situe du côté de l’évaluation qualitative des services d’archives et la mesure des collections et de l’activité de manière cohérente. Peu de pays sont prêts à ouvrir leurs portes à des évaluations et des évaluateurs externes. On pourrait s’inspirer du modèle proposé par l’Europe du Nord et du Nordic Benchmarking.

De meilleures connaissances et identifications des systèmes d’archives locaux, régionaux et nationaux, des structures et organisations institutionnelles permettaient d’acquérir une meilleure visibilité, d’obtenir des ressources financières et de repérer les services de qualité.


Une réflexion au sujet de « La recherche en archivistique à l’international : retours d’expérience »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *