Archiver Charlie : collecte émotionnelle ou rationnelle ? par Cyril Longin, directeur des Archives de Saint-Etienne

Par Adelaïde Laloux

Cyril Longin, directeur des archives municipales de Saint-Etienne, inscrit d’emblée son intervention dans le cadre du séminaire Alma du 10 novembre 2017 sur la collecte du mémorial éphémère de sa ville suite aux attentats de janvier 2015, dans une réflexion sur l’émergence de problématiques professionnelles inédites. Par rapport à ce contexte, l’intervenant rend compte de son point de vue mais également des questionnements sur le rôle de l’archiviste, sur la nature des archives et sur le traitement du corpus.

Dans le but de situer le contexte du service en janvier 2015, Cyril Longin en dresse d’abord un portrait rapide. Bénéficiant d’une équipe de 17 agents, les archives municipales conservent 9 km d’archives définitives et possèdent une mission culturelle et patrimoniale bien développée. Établissement culturel reconnu qui s’investit fortement dans les quartiers, ancrées dans le quotidien des habitants, elles bénéficient d’une bonne visibilité auprès des élus et de la population. Elles constituent le site de référence de la mémoire stéphanoise, avec les 600 000 images mises à disposition sur leur site Internet, l’accueil de 2 000 élèves par an et de nombreuses médiations culturelles.

La question de la collecte s’est posée dès le 12 janvier, le lendemain du grand rassemblement place de l’hôtel de ville où un mémorial dédié à l’attentat du 7 janvier 2015 s’était formé. Des milliers de personnes ont défilé, certaines ont déposé une trace de leur émotion, de leur peine ou encore de leur volonté de défendre la liberté d’expression. Ces pièces prenaient la forme d’écrits, de dessins, et même d’objets. L’initiative de la collecte revient à l’archiviste dans une forme d’urgence commandée tant par les conditions météorologiques que par l’ampleur du phénomène. Après un premier contact avec le service communication et le protocole, le rapprochement avec le cabinet du maire s’impose. La communication est alors gérée au plus haut niveau et la presse invitée pour assister à la prise en charge par les agents des archives. Le maire annonce lui-même la numérisation à venir et l’accessibilité en ligne. La couverture médiatique est impressionnante. La décision de la collecte des archives au lendemain du rassemblement est en résumé mise en place selon trois impératifs : la réflexion de l’archiviste, la demande politique et également l’urgence.

À travers cette expérience singulière, Cyril Longin s’interroge sur le rôle de l’archiviste : a-t-il agi sous le coup de l’émotion ou selon la tradition archivistique ? Pour l’intervenant, la responsabilité de l’archiviste municipal est avant tout de conserver la trace du passé, même à chaud, par la collecte des archives qui témoignent du vécu de la ville. Cyril Longin pose aussi la question du manque de réactivité de la plupart des services d’archives et du Service interministériel des Archives de France. Selon lui, ces pièces ont leur place évidente aux archives. Pourtant, seules trois villes (Toulouse, Renne, Saint-Etienne) les ont collectées. Cette absence d’initiative découlerait-elle directement d’une vision limitée du rôle de l’archiviste ? Peut-elle s’expliquer par la nature des documents et par la présence d’un corpus inédit et original qui pose question et  qui soulève des débats ? Le fait de ne pas pouvoir identifier un producteur d’archives et un producteur administratif a-t-il joué ?

La question de la propriété et des droits n’a pas été un obstacle à Saint-Étienne. Les documents ont été considérés comme des archives privées car n’ayant pas été produites dans le cadre d’une mission de service public, donc ne pouvant répondre à la définition des archives publiques. Concernant les droits de propriété intellectuelle, peu de documents sont signés ; beaucoup sont très semblables. Une action juridique semble très peu probable et le préjudice éventuel difficile à établir.

Aux archives municipales de Saint-Etienne, le classement de ces documents a relevé d’une méthodologie spécifique, différente des autres villes qui ont aussi recueilli ce type d’archives. Après avoir été séchées, les 120 pièces ont été regroupées au sein de quatre boîtes en conservant de manière volontaire le désordre qui régnait sur le mémorial. La description et la cotation ont été réalisées à la boîte et non à la pièce comme à Toulouse. Tous les documents récupérés ont été conservés même s’ils étaient redondants contrairement à Rennes où des éliminations ont été pratiquées mais où le nombre de documents est beaucoup plus conséquent. Un reportage photographique documente le fonds en amont et rend également compte du contexte de la collecte.

Du côté de la diffusion de ces archives et de leur valorisation, deux actions ont été mises en place. La première fut commandée directement par le maire qui a pris la décision de numériser et de mettre en ligne le corpus. Un an après, pour l’anniversaire de l’attentat Charlie, une exposition virtuelle a été créée sur le site de la ville.

Exposition virtuelle en ligne sur le site des Archives municipales de Saint-Etienne

Les enseignements à tirer de cette situation d’urgence sont ensuite récapitulés par l’intervenant. L’initiative a causé une grande surprise, car elle allait à l’encontre des représentations habituelles : de l’agent des archives au cabinet en passant par les médias et les élus, on n’imaginait pas qu’un événement si récent puisse trouver sa place aux archives. Paradoxalement elle a fourni l’occasion d’une vitrine valorisante pour le service. La collecte a également permis de s’interroger sur un nouvel objet et sur le rôle social des archives. En effet, les archives municipales ont pris la charge de la conservation de la trace d’un deuil collectif et d’une profonde déchirure. L’archivage devient un moyen de canaliser et même « d’accélérer » ce deuil collectif.

La collecte des « archives Charlie » suscite donc de nombreuses questions à tous les niveaux de la chaîne archivistique. La réflexion sur le sujet est encore en cours. Face au manque de réaction de nombreux professionnels des archives, Cyril Longin propose de sensibiliser davantage sur le rôle social des archives au sein des formations. De cette manière l’harmonisation des pratiques pourrait s’opérer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *