Une histoire de la salle de lecture en archives départementales

2 octobre 2012
Par

Nicolas Massard, Le Concept de salle de lecture et son évolution dans les services d’archives publics du milieu du XIXe siècle au début des années 1970, l’exemple des archives départementales de Maine-et-Loire, Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire et métiers des archives, 2012, 98 pages.

 

S’intéresser à l’histoire des salles de lecture d’archives sur un temps long, c’est une manière non seulement de s’inscrire dans une démarche d’histoire de l’architecture archivistique, telle qu’illustrée par exemple en 2005 par les 10e Livraisons d’histoire de l’architecture, mais encore d’aborder des problématiques aussi centrales de l’histoire des archives au XIXe siècle que l’effacement relatif des communications et expéditions administratives, l’installation de l’histoire comme usage dominant des archives, la définition et la diffusion de pratiques professionnelles en conséquence, la différenciation des archives départementales des autres services préfectoraux, la construction d’une professionnalité. Si l’on est bien armé pour les Archives nationales (travaux de F. Hildesheimer, Véronique Dignac, ouvrage collectif Les Archives nationales, des lieux pour l’histoire), l’étude détaillée de plusieurs cas départementaux reste largement à faire ; elle constitue, au côté des études comparatives internationales, une approche prometteuse. Sur les archives départementales de Maine-et-Loire, Nicolas Massard apporte beaucoup d’éléments nouveaux tant en termes de chronologie que sur le fonctionnement régulé de la salle de lecture et sa fréquentation. L’ouverture de la première salle de lecture autonome et identifiée comme telle date de 1892 sous le nom de « salle destinée au public » avec une surface, considérable, d’environ 40 m2 pour une dizaine de places. L’étude de la fréquentation montre une adéquation satisfaisante entre nombre de lecteurs et capacité d’accueil jusqu’au début des années 1970, date à laquelle on constate un décrochage entre la croissance marquée du public et la stagnation de la superficie dédiée. Surtout, la notion de salle de lecture se révèle structurante et l’existence d’un espace topographique spécifique entraîne toute une série de conséquences notamment en termes de personnel et d’horaires d’ouverture. Les inventaires du mobilier disponibles permettent une ébauche d’archéologie matérielle : avec sa grande table en chêne aux pieds tournés et ses chaises de noyer, le mobilier visible sur une photographie de 1898 est de qualité, sans être luxueux.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Pratiques professionnelles - Histoire

Laisser un commentaire

Recherche