Destructions d’archives : le cas des Comores (1975-2001)

Le 25 avril 2012, une journée d’étude sur les Résonances de guerres dans le monde contemporain   s’est déroulée à la maison des sciences humaines de l’université d’Angers. Elle était organisée par les doctorants en lettres, langues et sciences humaines de l’école doctorale Sociétés Cultures Échanges du PRES L’UNAM.

Charly Jollivet, doctorant en archivistique (CERHIO Angers), a présenté une communication intitulée « Entre instabilité politique, coups d’État, guerres civiles et sécessions : la destruction d’archives aux Comores (1975-2001) ».  En soi, cette intervention est une gageure puisqu’il s’agissait de reconstituer des événements dont les traces sont par définition plus que lacunaires, ce qui a – logiquement – amené Charly Jollivet à trouver des personnes-ressource et à collecter des témoignages oraux, recoupés ensuite avec les traces papier encore existantes, généralement hors des frontières actuelles des Comores   et d’Anjouan.  En effet, seuls 120 ml linéaires subsistent encore à Grande Comore et 20 ml à Anjouan.

Charly Jollivet est revenu sur les deux années qui ont vu la destruction massive d’archives, soit par autodafé, soit par pillage. Dans le cas de Grande Comore en 1977, c’est un épisode révolutionnaire qui a présidé à une élimination systématique et visiblement organisée des archives : ont été brûlés les titres de propriété, d’état civil, les dossiers de personnel , les actes notariés notamment. Tous les ministères ont été touchés.  À Anjouan, c’est également un pilonnage volontaire, maîtrisé et ordonné qui aboutit à la disparition des cartons d’archives de la résidence du gouverneur.  En 1978, c’est un autre type d’intervention qui a amené à la destruction physique de documents à Grande Comore : le bâtiment qui accueillait le service des Archives nationales créé deux années plus tôt a été pillé et les documents ont servi de papier d’emballage aux vendeurs de cacahuètes. 

À travers ces épisodes de grande tension, on peut lire l’inscription volontaire de ruptures symboliques et institutionnelles : en finir avec les privilèges, détruire les documents et empêcher ainsi le retour au régime précédent ; rompre le lien entre les régimes politiques et religieux des deux îles.  Une sorte de « tribunal révolutionnaire des parchemins » pour reprendre l’expression choisie par Michelet pour qualifier les bureaux de triage dans la France de la Révolution[1].

Charly Jollivet s’est également intéressé aux conséquences que ces éliminations de documents ont généré, tant pour la population de ces deux îles que pour le fonctionnement des administrations, tant  du point de vue des preuves juridiques que de celui de la mémoire, mais également dans la conduite et les modes d’évaluation des documents par les archivistes.


[1] Repris dans Cœuré (Sophie), Duclert (Vincent), Les archives, Paris, La Découverte, 124 p., p. 17.


5 réflexions au sujet de « Destructions d’archives : le cas des Comores (1975-2001) »

  1. Bonjour,
    Je suis très intéressée par votre communication sur la destruction des archives aux Comores.
    Où puis-je me procurer le texte de cette communication.
    Par avance, je vous remercie de votre réponse.
    Bien cordialement,
    Patricia MISSIAEN

  2. bonjour,
    après avoir lu cet article ,je voulais vous demander s’il existe toujours des traces concernant l’etat civil d’une personne aux comores (grande comores),je suis née là bas et ma mère est morte à ma naissance.Tout ce que je sais d’elle c’est qu’elle était française mais malheureusement je n’ai aucune trace de ses papiers ou autres documents qui pourrainet justifier celà.
    Merci

    1. Bonjour,
      Sans davantage d’éléments, les recherches risquent d’être complexes.

      Je vois cependant plusieurs pistes pour vos recherches :
      – Si votre mère est décédée aux Comores avant l’indépendance de l’archipel vous pourriez soit demander à consulter les registres de décès sur place (pour savoir s’il existent encore, demandez soit au tribunal, aux communes ou au Centre national de documentation et de recherches scientifiques -CNDRS-), soit vous rapprocher du ministère français de l’outre mer qui conservait le troisième exemplaire des registres d’état civil. Vous pouvez également adresser une demande au service central d’état civil du ministère français des Affaires étrangères (voir : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/vivre-a-l-etranger/vivre-a-l-etranger-vos-droits-et/le-consulat-a-votre-service/etat-civil-a-l-etranger/demarches-relatives-aux-actes-d/)
      – Si votre mère est décédée à Mayotte, son acte de décès devrait être conservé dans la commune concernée (ou, selon l’époque, uniquement Dzaoudi et Mamoudzou) ou par le tribunal (les destructions de registres d’état civil n’ont pas concerné Mayotte).

      De manière générale, je vous conseille de vous rapprocher des archivistes du Centre national de documentation et de recherche scientifique à Moroni ou Mutsamudu qui devraient pouvoir pour orienter dans vos démarches.
      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *