Les dons à la bibliothèque municipale d’Angers au XIXe siècle : intentions et réception par Véronique Sarrazin

Par Valérie Neveu

 Intervention au séminaire Alma, 22 février 2013

Véronique Sarrazin est maître de conférences en histoire moderne à l’université d’Angers. Ses travaux portent sur l’histoire de la lecture et des bibliothèques et sur l’histoire de l’édition (XVIIe-XIXe siècles), notamment l’édition des almanachs, objets de sa thèse soutenue en 1997 : Les almanachs parisiens au XVIIIe siècle : production, commerce, culture. V. Sarrazin a également publié avec Claire Lesage et Eve Netchine : Catalogues de libraires, 1473-1810, Paris, BNF, 2006.

La bibliothèque de la ville d’Angers est, au XIXe s., représentative de la situation générale des bibliothèques municipalisées en 1803. Possédant 40 à 50 000 volumes au milieu du XIXe s., elle attire un lectorat peu nombreux et peu diversifié socialement, malgré son statut public. Dans les faits, ses horaires d’ouverture réduits et l’orientation que lui donnent ses bibliothécaires (d’après François Grille, la bibliothèque doit être un « sanctuaire des arts ») la réservent aux professions intellectuelles et libérales et aux rentiers.

Bien que correctement dotée en personnel, la BM d’Angers n’a qu’un faible budget d’acquisition et se repose essentiellement sur les dons qui représentent 70% des acquisitions. La majorité de ces dons provient de collectivités ou d’organismes publics, notamment des concessions gouvernementales. Mais ce n’est qu’à travers le don privé que l’on peut appréhender le geste d’un donateur.

L’interrogation croisée de plusieurs sources (archives municipales, archives internes de la bibliothèque, Journal du Maine-et-Loire), a permis de répertorier 170 dons pour 125 donateurs, de 1816 à 1891. Malgré leur caractère formel et souvent répétitif, les traces laissées par ces dons permettent de déterminer les motivations des donateurs, et de mettre en lumière le processus du don et contre-don (do ut des), thème du séminaire.

 

Le don fait à la bibliothèque, ou à la ville (les donateurs pouvant spécifier l’un ou l’autre destinataire) s’explique d’abord par une démarche présentée comme spontanée – mais en fait, le plus souvent suscitée par le bibliothécaire, qui tisse un réseau de relations à Angers et au-delà, jusque dans les milieux littéraires parisiens. Le donateur-type est un homme, et lui-même auteur dans 70% des cas. Il donne généralement un livre (plus rarement des ensembles de livres) ; 12,5% des donations concernent néanmoins des manuscrits, fiches documentaires, objets. Le donateur est animé par deux motivations principales : être utile à l’instruction publique ; faire preuve de patriotisme local.

 

La notion d’utilité publique est héritée des fondateurs de bibliothèques publiques au XVIIIe s. et des Lumières. Cependant, les donateurs ne sont pas réceptifs au thème de la démocratisation évoqué par F. Grille en 1830. On souhaite élargir le public, par exemple en permettant aux étudiants d’accéder à des documents jusque là réservés aux professeurs : c’est le sens du don de l’herbier Batard en 1818 ; mais sans bouleverser l’origine sociale des lecteurs.

Le patriotisme local (qui fait écho au culte de la « petite patrie » développé par les auteurs antiques) suscite des dons d’habitants d’Angers comme d’expatriés. Il va de soi que le bibliothécaire doit accueillir toutes les œuvres des Angevins, la solidarité locale lui imposant de leur faire bon accueil même si leur qualité littéraire n’est pas démontrée. Cette valeur affective donnée au livre local transparaît dans les correspondances mais pas dans les annonces de presse, plus neutres.

 

Au-delà de l’intention généreuse, les donateurs expriment des attentes variées et souvent, le souhait d’une reconnaissance personnelle : élargir son lectorat ou l’atteindre plus facilement (notamment dans le cadre d’une démarche militante) ; être agréé par le bibliothécaire dont on reconnaît la compétence littéraire ; s’inscrire dans une collection prestigieuse. Pour tout cela, ils font confiance à la bibliothèque et n’expriment que rarement des réserves sur le traitement bibliothéconomique. Au contraire, la pérennité du lieu, son caractère public et la conservation indéfinie des collections sont un puissant facteur d’attraction.

 

Le discours sur le don, tel qu’il se dévoile dans les archives, montre la complexité du processus. Le donateur se situe déjà dans la perspective d’un contre-don. En faisant « l’hommage » d’un livre, c’est lui qui remercie pour des bienfaits déjà reçus de la ville ou de sa bibliothèque. Mais il attend à son tour des remerciements et une reconnaissance qui seront concrétisés par un accusé de réception rapide (le bibliothécaire François Grille inaugure le système des annonces dans la presse locale) et une lettre officielle d’acceptation du don. Pour la ville d’Angers et son bibliothécaire, souligner la générosité du donateur, c’est aussi l’encourager à renouveler ses dons. Ainsi, donateur et bibliothèque s’inscrivent-ils dans un circuit complexe de don et contre-don, une boucle potentiellement sans fin qui ne s’interrompt pas forcément à la mort du donateur puisque des veuves ou des héritiers peuvent perpétuer le geste.

 

Peut-on dire qu’il existe un profil et des comportements spécifiques aux donateurs de la bibliothèque municipale ? Oui, si l’on compare le statut du don fait à la BM avec celui du don fait aux bibliothèques populaires gérées par la municipalité angevine. Ce contre-exemple montre un profil de donateurs sensiblement différent : les femmes sont mieux représentées parmi les donateurs d’ailleurs moins nombreux que pour la BM (18 dons seulement pour la période 1867-1911) ; l’éventail social est un peu plus large. Et surtout les donateurs se disent motivés par le seul souci de servir à l’instruction, dans une démarche militante mais sans connotation patriotique, personnelle ou affective, puisque l’usage du don est laissé « à la convenance » de la ville.

 

Le donateur qui choisit la BM lui est donc attaché par une « prédilection » particulière, que le bibliothécaire a pour mission de reconnaître et d’entretenir, comme le fait François Grille en 1838, dans une lettre de remerciement à Royer Collard qui a été lue en conclusion de la communication.


Une réflexion au sujet de « Les dons à la bibliothèque municipale d’Angers au XIXe siècle : intentions et réception par Véronique Sarrazin »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *