De la constitution à la mise en valeur d’un fonds d’archives orales en France : le cas du Service historique de la Défense (1974-2005)

Par Pierre Hamel

Pierre Hamel, De la constitution à la mise en valeur d’un fonds d’archives orales en France : le cas du Service Historique de la Défense (1974-2005), Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire, Document (métiers des archives) de l’université d’Angers , 2013, 184 p.

Si les archives orales et leur développement en France ont fait l’objet de nombreux articles et retours d’expérience tant du côté des spécialistes des sciences sociales que de celui des archivistes y compris ceux du ministère de la Défense, les politiques et pratiques des services historiques des Armées, aujourd’hui rassemblés au sein du Service historique de la Défense (SHD), méritaient une analyse approfondie1. Le SHD détient en 2013 le plus grand corpus de témoignages oraux en France2 et l’un des rares qui atteigne le seuil de 1 000 témoins.

C’est au tournant des années 1970 que l’un des services historiques des Armées, celui de l’armée de l’Air, s’intéresse au courant encore marginal en France des archives orales. Dans une optique principale de comblement de lacunes et de meilleure compréhension des archives, 671 témoignages émanant de soldats de tous grades totalisant 3 000 heures sont enregistrés sur 16 thèmes, selon une solide méthode élaborée progressivement – à tel point qu’elle constitue rapidement un modèle pour le recueil de témoignages oraux – incluant le choix de l’entretien semi-directif.

Les autres services historiques des Armées rejoignent ce courant successivement en 1979 pour la Marine, 1996 pour l’armée de Terre et enfin 2000 pour la gendarmerie. Si l’objectif premier est le même, à savoir le comblement de lacunes dans les fonds, une meilleure compréhension de ceux-ci mais aussi l’affirmation paradoxale de vouloir documenter les « oubliés » de l’histoire, ces services n’optent pas tous pour les mêmes méthodes (entretien non-directif ou entretien semi-directif), et concentrent leurs actions en direction des hauts gradés3. Les fonds totalisent 146 témoignages à la Marine et 73 à l’armée de Terre4.

pierre_hamel_copyright

L’émergence du Service historique de la Défense en 2005 a pour conséquence de mutualiser les sections d’archives orales des différentes armes en une seule, créée au sein de la division de l’innovation technologique et des entrées par voie extraordinaire (DITEEX). Cela implique d’uniformiser des méthodes radicalement différentes utilisées dans des services dont les intitulés mêmes variaient. Désormais, c’est la méthode de l’armée de Terre qui est appliquée et généralisée à toutes les armes existantes, tant du point de vue des thèmes choisis, de la semi-directivité que des témoins choisis. Par ailleurs, la mutualisation oriente la collecte vers des thèmes jugés transversaux aux armes mais aussi à la délégation générale pour l’armement et aux organismes civils du ministère.

______________________________________________

1. Les collectes orales de la gendarmerie nationale ont été analysées dans le cadre d’un DESS : Jean-François Nativité, Les archives orales de la gendarmerie nationale: descriptif, traitement et mise en valeur, mémoire de DESS métiers des archives, Université Jean Moulin-Lyon III.

2. En nombre de témoins.

3. Au Service historique de l’armée de Terre, sur les 98 témoins interrogés, on compte 11 officiers généraux (22%), 12 officiers supérieurs (24%), mais aucun sous-officier ou militaire de rang. De plus, les hauts fonctionnaires représentent 44,90% du corpus.

4. Ceux de la gendarmerie ne peuvent quant à eux être quantifiés exactement du fait de leur inventaire encore partiel.


2 réflexions au sujet de « De la constitution à la mise en valeur d’un fonds d’archives orales en France : le cas du Service historique de la Défense (1974-2005) »

  1. Le mémoire devrait être mis en ligne dans les prochaines semaines et disponible sur Dune, le dépôt universitaire numérique des étudiants de l’université d’Angers (adresse : http://dune.univ-angers.fr/node). Nous mettrons à jour le billet avec l’adresse directe de consultation dès que la publication sera effective. Merci de votre intérêt.

  2. Merci de cette information. Le mémoire est-il disponible sur le web ? Peut-on en prendre connaissance ? J’appartiens à une commission Archives orales qui travaille sous la direction du professeur Vaïsse sur le statut juridique des archives orales pour le compte du Conseil supérieur des Archives, et je pense que la sous commission pourrait être intéressée par ce mémoire, car elle a planché sur les problèmes spécifiques posés par les AO de la Défense…Florence Descamps, maitre de conférence en histoire à l’EPHE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *