Archives de catégorie : Le don d’archives et de bibliothèques

La grande collecte dans le Maine-et-Loire. Un premier bilan

La séance du 21 février 2014 a accueilli Élisabeth Verry, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire, et Jacques Le Naourès, attaché de conservation du patrimoine aux archives départementales de Maine-et-Loire, pour un sujet d’actualité. Les archives départementales de Maine-et-Loire ont en effet participé à la grande collecte, une opération d’envergure européenne visant à numériser documents personnels et souvenirs familiaux de la première guerre mondiale, dont le volet français s’est déroulé en novembre 2013.

Élisabeth Verry a rappelé le contexte institutionnel de l’opération. L’initiative s’insère dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre orchestrée autour d’une mission nationale, un GIP, et de comités départementaux qui coordonnent un certain nombre d’événements pour lesquels la participation des services départementaux d’archives est à géométrie variable1.

europeana 14-18

L’initiative de la grande collecte vient s’ajouter à ce calendrier. À l’origine du projet, se trouve la bibliothèque numérique Europeana. Cette opération2 mise en œuvre dans de nombreux pays européens est relayée en France au départ par la Bibliothèque nationale de France (BNF), à laquelle le Service interministériel des Archives de France se joint dans un second temps. La collaboration des services d’archives territoriaux est suscitée par un courrier en date du 15 avril 2013 à la suite duquel il leur revient de manifester leur volonté de participer. Peu d’informations sont transmises : les services n’ont pas de retour avant octobre 2013 et la documentation mise à leur disposition est alors restreinte. L’impression est celle d’une certaine improvisation, alors même qu’une campagne de communication très importante, y compris télévisuelle, est lancée. La communication autour de l’appel à contributions est pertinente et très percutante. Les services doivent s’organiser dans l’urgence pour faire face aux apports attendus entre le 12 et le 15 novembre 2013. Les consignes s’avèrent inapplicables : impossible de numériser en direct les documents et d’abonder le site d’Europeana en flux continu. Dans le Maine-et-Loire, les archives départementales et la bibliothèque municipale d’Angers s’accordent pour uniformiser leur accueil et leurs procédures.

Pour recevoir les contributions, il convenait d’organiser l’accueil, le déroulement des entretiens avec les déposants, l’appréhension et l’identification des documents, images et objets, les procédures de régularisation du dépôt, les conditionnements et rangements, la numérisation et la restitution. Ce sont 150 contributeurs qui se sont manifestés auprès des archives départementales de Maine-et-Loire, dont environ 50 contacts téléphoniques3.

Certains contributeurs se sont présentés avec des dossiers documentés, avaient identifié les auteurs des écrits, les personnes photographiées. Restaient à établir le lien entre le contributeur et l’origine des documents. D’autres ont amené des documents épars ou en vrac. L’entretien devait permettre d’identifier les protagonistes, auteurs de carnets ou de correspondance, ou figurant sur les photographies.

Tous les contributeurs ont été accueillis individuellement. Un soin particulier a été apporté à l’établissement d’un lien personnel, le nom du contact côté archives étant identifié et ses coordonnées figurant sur les documents remis au contributeur. Certaines personnes ont d’ailleurs complété leur dépôt ou se sont inquiétés ultérieurement de la suite donnée.

La régularisation du dépôt passe par la signature de deux formulaires : le formulaire de contribution fourni par Europeana et un formulaire visant à décrire rapidement le fonds à déposer pour numérisation. Les copies numériques ayant vocation à être publiées, la question des droits afférents est déterminante. Le contributeur doit comprendre les enjeux de cette exposition mondiale et prendre conscience qu’il accepte d’accorder le droit à des tiers d’exploiter le contenu librement.

Des sélections ont été opérées. Une des craintes du service était de voir affluer des objets. Au final, ils ont été peu nombreux. Les objets isolés, non documentés, et courants, comme des médailles ou des douilles d’obus décorées, n’ont pas été retenus, mais d’autres objets, comme des coupe-papier, encriers, cannes – ont été sélectionnés pour numérisation. Tous les documents sont au demeurant systématiquement examinés avec attention. Les critères d’éligibilité à la copie numérique se sont constitués progressivement : les carnets, les correspondances complètes ou très suivies ont vocation à être numérisés intégralement, de même que les ensembles documentaires impliquant un soldat du Maine-et-Loire. En revanche, les courriers épars peuvent subir une sélection. Certaines photographies très petites ne sont pas exploitables. Les documents isolés ou les ensembles documentaires ne répondant pas à ces critères sont échantillonnés pour répondre aux exigences d’Europeana. Sont retenus, dans un nombre très limité, des documents considérés comme représentatifs par le service.

Les objets et documents déposés ont été systématiquement conditionnés et répertoriés dans une base nominative. La numérisation devait, à la date de l’intervention, prochainement commencer. Le service a choisi de louer pour quelques mois le matériel nécessaire pour mener à bien cette mission dans d’excellentes conditions.

L’exploitation a déjà commencé, même si l’hétérogénéité des contributions pose question. Un premier travail avec un réalisateur de documentaire est en cours. Les restitutions n’ont pas encore eu lieu. Une proposition de don sera systématiquement adressée à chaque contributeur, avec une copie de l’état signalétique des services si les documents ou souvenirs remis concernent un soldat originaire du Maine-et-Loire. En l’état, très peu d’entre eux – moins de dix – ont manifesté leur intention de confier définitivement leurs documents aux archives départementales.

Aux yeux du service, cette opération est une réussite réelle car elle a permis de constituer un fonds documentaire qui alimentera les exploitations futures.

Les auditeurs ont relevé néanmoins que le mode opératoire pose de nombreuses questions, notamment sur le décalage entre une opération présentée comme nationale lors de la campagne de communication et une collecte qui est laissée à l’appréciation de chaque service, avec des objectifs différenciés mais liés au périmètre et aux politiques habituelles de ces services. Une capitalisation des critères de sélection serait intéressante, de même qu’un recensement des actions de valorisation et d’exploitation des collections constituées. Notons que la bibliothèque municipale d’Angers a par exemple décidé de poursuivre l’opération jusqu’en janvier 2014 et a programmé une exposition « participative » à l’été 20144.

______________________________________________

1. Les services ajustent leur implication en fonction de leurs moyens, de leurs forces, des politiques des collectivités de tutelle. Le Maine-et-Loire a ainsi répondu à la mise en ligne des registres de recrutement militaire, mais ne participe pas l’écriture du guide des sources de la Première Guerre, une autre action portée par cette mission nationale. Un des objectifs de la mission est de constituer un florilège de documents pour publication sur le site national pour lesquels les services d’archives sont sollicités en mai 2012.

2. Projet doté de 5,4 millions d’euros.

3. Qui restent à exploiter à la date de l’intervention. La bibliothèque municipale d’Angers fait état, de son côté, d’environ 70 contacts.

4. Exposition à venir à la médiathèque Toussaint.

 

L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon

MICHEL CHOMARAT L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon.

Intervention au séminaire Alma, 17 janvier 2014

Michel Chomarat, intervenant dans le séminaire en tant qu’« activiste gay », pour reprendre ses propres termes, est aussi éditeur, directeur de collections et de revues, collectionneur, spécialiste de Nostradamus. Elu écologiste du 1er arrondissement de Lyon en 1995, il a été nommé en 2002 par le maire de Lyon « chargé de mission mémoire », une activité qui l’a amené à défendre la mémoire des Lyonnais ayant vécu à la marge, des minorités sexuelles et ethniques aux SDF. Michel Chomarat a publié : À 13h30 place Vendôme (1990) ; les actes des Assises nationales Mémoire gay & lesbienne (2002-2005) ; Follement gay ! L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon (catalogue d’exposition), 2005 ; et de nombreuses études sur le livre ancien, Nostradamus et la franc-maçonnerie.

Le fonds Michel Chomarat témoigne d’une expérience unique en France, la présence dans une bibliothèque publique – la bibliothèque municipale de Lyon – d’une collection dédiée à l’homosexualité, à travers des supports variés : imprimés, iconographie, archives documentation. Le fonds, entré à la bibliothèque par convention de dépôt en 1992, est divers dans son contenu : si c’est l’importante documentation sur l’homosexualité qui a été présentée dans cette communication, il comporte aussi de nombreux ouvrages de bibliophilie, livres anciens, impressions lyonnaises et livres d’artistes. Ce fonds est en constante évolution, puisque son propriétaire continue à y intégrer des documents issus de son inlassable travail de collecte.

Le fonds Chomarat est particulièrement représentatif des problématiques liées au don qui ont été mises en évidence au cours de ce séminaire. La motivation principale du déposant est la recherche d’une reconnaissance publique et validée par une institution prestigieuse (la bibliothèque municipale de Lyon, première bibliothèque de province, en importance et en qualité des collections), pour un combat où s’entremêlent vie personnelle et militance. La constitution du fonds Chomarat est indissociable de la vie privée de son propriétaire : plusieurs événements marquants, liés tant à l’évolution de la législation sur l’homosexualité qu’à l’impact du sida à partir des années 1980, en constituent les jalons. Malgré, ou à cause, de cette dimension biographique, la collection est destinée par son déposant à la communication publique – avec quelques réserves liées à la nature de certains articles.

La notion d’archives homosexuelles, telle que l’entend M. Chomarat, suppose une forme d’ambiguïté conceptuelle, du moins par rapport à la définition habituelle des professionnels des archives et des bibliothèques. Si le fonds comporte des archives, au sens strict (collectés chez des particuliers ou des associations), il rassemble aussi beaucoup de documentation, parfois reliée au sujet par le seul regard du collectionneur : faute de sources suffisantes dans le passé, le document ancien se fait « archives » à la lumière d’une réinterprétation du matériau primitif (telle cette carte postale montrant un gradé donnant l’accolade au soldat qu’il vient de décorer).

La mission de sauvetage que revendique M. Chomarat peut s’accompagner de conflits liés à l’enjeu de la mémoire du mouvement homosexuel et de ses revendications actuelles. Un effet de concurrence mémorielle existe, face aux associations de déportés, par exemple, ou face à des centres d’archivage lesbiens réservés à un public restreint (Archives, recherches et cultures lesbiennes à Paris). La médiation assurée par M. Chomarat, qui suppose un versement préalable, dans son fonds, des documents collectés, ne répond pas toujours à la volonté des associations qui peuvent souhaiter un don direct à la bibliothèque.

À la suite du dépôt fait initialement en 1992 par Michel Chomarat, le maire de Lyon G. Collomb s’est engagé dans une démarche de soutien au développement de ce fonds, démarche relayée par la direction de la bibliothèque qui assure le traitement et la valorisation des documents. En 2005, l’action pour la reconnaissance des communautés homosexuelles s’est élargie à la création d’un centre de ressourcespointG documentaires gays et lesbiennes au sein de la bibliothèque municipale de Lyon, aujourd’hui dénommé « Point G – Centre de ressources sur le genre : identités, sexualité, mémoires gay et lesbienne ». En 2006, fait remarquable du point de vue des politiques de recrutement des bibliothèques publiques, la création d’un poste de bibliothécaire dédié à ce fonds a été votée par le conseil municipal de Lyon.

La constitution du fonds Michel Chomarat / Point G nous permet de nous interroger sur les relations entre pouvoirs publics et communautés spécifiques partagées entre la tentation du repli sur soi et la volonté de visibilité et de reconnaissance : la stratégie du don (ou dépôt) pouvant alors être le moyen d’accès à des établissements culturels jusque-là indifférents ou fermés à ces revendications, tels que les bibliothèques, historiquement bâties sur le modèle de l’universalisme des collections.

 

Le don patrimonial de documents, de manuscrits et de fonds d’archives au XIXe siècle. Le cas de la ville d’Angers (1870-1914)

Par Aurélie Coulon

Aurélie Coulon, Le don patrimonial de documents, de manuscrits et de fonds d’archives au XIXe siècle. Le cas de la ville d’Angers (1870-1914), Angers, mémoire de recherche de master 1 Histoire, document (métiers des archives), 2013, 69 p.

Le point de départ de cette étude, en écho au séminaire sur le don d’archives et de bibliothèques, de l’axe ALMA du CERHIO, est de réfléchir à un type de don particulier que serait le don patrimonial. Cette expression vise à recouvrir tout don d’objets, livres, documents isolés ou fonds d’archives à des institutions de ressources patrimoniales,   chargées de la conservation et de la communication du patrimoine. Les bibliothèques, les musées, mais aussi les muséums, arboretum ou jardins publics, les écoles et les centres d’archives reçoivent des dons de type patrimoniaux.

Le cas étudié, à savoir celui des institutions rattachées à la ville d’Angers de 1870 à 1914, offre justement une grande diversité dans les destinations possibles : bibliothèque municipale, bibliothèques populaires, bibliothèques scolaires, écoles communales, école régionale des Beaux-Arts, musée de peintures et de sculptures, musée d’archéologie ou musée Saint-Jean, galerie David d’Angers, musée Pincé, musée d’histoire naturelle, jardin des plantes, musée d’art industriel, théâtre, hospices. Les registres de délibérations du conseil municipal (série 1 D des archives municipales d’Angers) ont fait l’objet d’un dépouillement exhaustif sur plus de 40 ans permettant de recenser près de 400 dons de patrimoine écrit, « fruit des intérêts de la société civile »1.

Diverses raisons poussent les donateurs à accomplir un tel geste : un patriotisme national ou local, la reconnaissance, la promotion de l’art, d’une personne, ou encore une volonté d’encourager l’histoire, de favoriser les études, d’aider la recherche… On peut ici rejoindre les conclusions de Véronique Sarrazin dans son exposé du 22 février 2013 (Les dons à la bibliothèque municipale d’Angers au XIXe siècle : intentions et réception). Un profil type du donateur peut être dressé : c’est un homme né à Angers, artiste, professeur, médecin ou politique.

aurelie_coulon_copyright_p_63
1. Dominique Poulot , « De la raison patrimoniale aux mondes du patrimoine », Socio-anthropologie, n° 19, 2006.

Partager ses archives familiales : l’exemple de la plate-forme www.notrehistoire.ch

Claude Zurcher, responsable éditorial du site www.notrehistoire.ch, a présenté le 15 novembre 2013, dans le cadre du séminaire ALMA, cette expérience originale de plate-forme fondée sur l’intervention de contributeurs amateurs autour des archives, principalement des archives audiovisuelles et photographiques. En 2005, un grand programme de numérisation des archives de la radio-télévision suisse romande (RTS) est lancé. La fondation pour la sauvegarde du patrimoine audiovisuel de la radio-télévision suisse ou FONSART, est créée pour financer la restauration des fonds. Dans un premier temps, un site est ouvert pour diffuser les archives numérisées de la RTS (www.rts.ch/archives). En 2009, un second site, www.notrehistoire.ch, est lancé. Cette plate-forme permet au public d’adopter une démarche participative. Sa caractéristique est de recueillir des images numérisées fixes ou animées, en provenance des fonds et albums familiaux, dans un cadre éditorial qui leur confère une valeur ajoutée.

notrehistoire_ch_20131117
Page d’accueil de notrehistoire.ch le 17 novembre 2013

Le site notrehistoire.ch reçoit 1000 visiteurs journellement, localisés dans 160 pays1. 8000 documents sont déposés tous les ans. 2400 personnes sont inscrites et constituent le réservoir des déposants et le réseau social. 10 % d’entre eux sont actifs quotidiennement. 17 institutions sont présentes et de nombreuses associations se sont saisies de cet outil. Le principe d’utilisation, très simple, est le téléchargement d’images préalablement scannées par les utilisateurs, la saisie de métadonnées grâce à un formulaire et la géolocalisation. Cette fonctionnalité a permis de développer une application mobile qui propose des visites éditorialisées et augmentées : l’utilisateur peut consulter les archives liées à un endroit en activant l’application ; il peut également suivre des parcours ou balades illustrés par des archives.

L’originalité du site est dans le croisement entre fonds institutionnels et fonds de famille, dans le tissage d’un réseau social unique et dans le cadrage éditorial. L’idée est aussi d’apporter une nouvelle approche de la connaissance par les archives pour la construction d’une mémoire collective dans une région – la Suisse romande – très fragmentée. Quatre thèmes, forcément en rapport avec la Suisse romande ou les Romands, ont été prédéterminés : personnalités, événements, lieux, vie quotidienne. Ces thèmes sont eux-même animés par des groupes d’intérêt. Le contributeur peut choisir de publier des documents en les rattachant ou non à un ou des groupes d’intérêt. Un modérateur veille à la qualité du contenu, apporte des conseils. L’éditorialisation du site passe par un certain nombre d’actions de mise en valeur : choix de la page d’accueil et de la mosaïque d’images qui évolue tous les jours et donne le ton du site et son ambiance, mise en avant de tel ou tel groupe d’intérêt sur l’onglet repérages mais aussi de contributions écrites, existence d’une lettre d’informations. La plate-forme, comme réseau social, permet de gérer des contacts, afin de suivre l’activité de chacun de manière choisie. Un forum est également très actif. Les fonctions de partage twitter et facebook sont proposées mais sont peu utilisées. Le site met aussi à disposition une fonction dite de privacité : les documents ne sont pas dans cette configuration publiés et visibles de tous, mais seulement ouverts aux seuls contacts invités. Cette fonction avait été pensée pour permettre aux familles par exemple de développer des espaces propres. De fait, elle est très peu utilisée.

40 000 photographies, 1 200 films, 1 100 enregistrements sonores et 850 témoignages écrits ont à ce jour été déposés. À tous ses participants, la plate-forme offre un débouché et une visibilité. La gratuité est totale puisque le financement de l’outil est assuré par la FONSART et ses partenaires. Tous les inscrits ne contribuent pas. On constate qu’il faut un temps d’appropriation avant de commencer à participer. Notrehistoire.ch ne s’est pas lancé dans des démarches actives de sollicitation ou dans des actions spécifiques comme des rencontres, des bourses aux images par exemple. Le souhait est que la démarche des contributeurs soit volontaire. Elle doit aussi être personnelle : on ne dépose que des documents dont on possède les droits. De ces caractéristiques on peut appréhender le partage des documents sur la plate-forme comme une démarche de don. Dans ce cas, quelles seraient les contreparties ?

Une partie de la réponse se trouve du côté de l’éditeur, de son attitude respectueuse et bienveillante2, de son accompagnement par une modération adaptée3, une aide à l’édition et la mise en valeur des fonds, des contributions écrites ou des groupes. L’éditeur assure une valorisation systématique. Celle-ci est d’ailleurs institutionnalisée par un événement annuel : les prix notrehistoire.ch qui récompensent le meilleur document et la meilleure édition. Un des développements futurs pourrait être le passage de l’univers virtuel à l’édition traditionnelle par la création d’une collection de livres.

Les raisons du succès de la plate-forme peut être recherchées dans plusieurs directions. On relèvera que le croisement entre sources institutionnelles et sources privées, publiées au même niveau, au sein de mêmes groupes d’intérêt, est un élément important pour les contributeurs. Les archives personnelles accèdent ainsi à une reconnaissance de leur valeur, à une forme de légitimation. On notera aussi l’importance de l’équilibre entre le respect du projet éditorial et le désir de partage. Enfin, on constatera que les contributeurs recherchent bien évidemment une valorisation de leurs archives et une visibilité de celles-ci que le site et la communauté qui gravite autour de lui leur assurent.

______________________________

1. Pour 4000 sur le site institutionnel, mais essentiellement francophones.

2. Les textes par exemple ne peuvent faire l’objet de corrections ou d’amendements que par leur propre auteur. Il n’y a pas – volontairement – de fonction de wiki.

3. Par exemple, les demandes de retrait pour des raisons éditoriales – le document mis en ligne n’a aucun rapport même lointain avec la Suisse romande – ou pour des questions de respect des droits de propriété intellectuelle ou du droit à l’image, sont toujours assorties d’explications motivées. Le modérateur ne supprime pas lui-même le document, mais le bascule en mode privé, laissant au contributeur le soin de supprimer lui-même le document.

Confiez-nous vos archives : la politique d’appel aux dons du Mémorial de la Shoah

Karen Taiëb, responsable des archives du Mémorial de la Shoah, retrace les politiques de collecte de documents et fonds personnels du Mémorial de la Shoah et en souligne les spécificités, dans le cadre du séminaire Do ut des, le 25 novembre 2013.

Chaque année, le Mémorial de la Shoah1 reçoit des milliers de personnes et plusieurs centaines d’entre elles acceptent de confier leurs archives temporairement pour reproduction ou définitivement. En 2012, ce sont plus de 4500 documents et 3000 photographies qui ont été donnés par plus de 2000 personnes pour moitié sous forme d’originaux2. Ces documents privés et personnels rejoignent au Mémorial d’autres documents et fonds d’archives, originaux ou reproduits, collectés afin de constituer des preuves de la persécution des juifs.

Le Centre de documentation juive contemporaine a en effet été créé en 1943, dans la clandestinité, pour la conservation de ces preuves. Le premier cercle de la collecte d’archives du Mémorial date de cette période. Il s’agit d’une collection de documents divers récupérés partout où c’était possible : mairies, organisations nazis ou clandestines… À l’occasion du procès de Nuremberg, d’autres fonds d’archives originaux et des copies ont été récupérés. Progressivement, la collection des fonds s’est étoffée. Le centre détient des copies de fonds ou de documents conservés dans toute l’Europe et le monde3.

Le centre recueille aussi des documents personnels. Ces derniers – un passeport, une correspondance… – ne sont pas considérés généralement par leurs propriétaires comme des archives et sont parfois des documents isolés, des épaves. Chaque année, un peu plus de 200 personnes confient quelques milliers de pages. Or, ces documents, très émouvants et empreints d’une grande affectivité, nécessitent une forte implication pour les obtenir.

Plusieurs facteurs favorisent cet échange. Le premier est le lien d’empathie qui se tisse entre les visiteurs du centre de documentation du Mémorial et les professionnels de la gestion documentaire. Les visiteurs arrivent avec leur histoire et leurs questionnements, ils sont en situation de se raconter, de se livrer, sans les enjeux d’affectivité familiale, avec une certaine liberté offerte par la distance ; les documentalistes et archivistes les reçoivent avec disponibilité et leur donnent les informations dont ils disposent. Il se crée entre eux une forme d’intimité et un rapport de confiance. À l’issue de chaque entretien, les seconds demandent aux premiers s’ils détiennent des documents ou des traces et si ils sont prêts à les confier.

Le centre met en avant l’importance de la conservation de ces traces individuelles et, à travers elles, des parcours de vie. S’il cherche à collecter les documents témoignant de la persécution et ceux liés à la déportation, l’intéressent également les pièces qui éclairent l’avant et l’après : albums de famille, reconnaissance du statut de victime, indemnisations ou démarches de la famille pour ceux qui ne sont pas revenus. Il s’agit de conserver une vie en son entièreté.memorial_shoah_plaquette_don

Pour ce faire, il est nécessaire de faire la preuve que le document personnel peut aussi témoigner de quelque chose de collectif et qu’il présente un intérêt au delà de la famille. Les expositions4 jouent ce rôle. Elles s’appuient régulièrement sur des archives privées. D’autres actions – publications par exemple – sont menées parallèlement. Depuis 2012, le Mémorial commémore le 60e anniversaire des départs des convois. Ces cérémonies sont l’occasion de rechercher les photographies des personnes, lesquelles sont affichées sur une borne. Cette action a suscité l’arrivée de nombreuses photographies.

Le centre n’attend pas d’être sollicité ; il mène des actions de sensibilisation et suscite la collecte : diffusion d’une plaquette lors de tous les événements, partenariat avec des associations et utilisation de leurs fichiers d’adhérents, collectes organisées en province (Lyon, Bordeaux, Nice en 2013 par exemple), sur le site de Drancy et à l’étranger (notamment aux États-Unis) par voie de presse. Il cherche aussi à dépasser le cercle de la communauté.

Un autre facteur favorisant est le fait de ne pas rechercher à tout prix à obtenir l’original du document. Le centre propose d’en faire une reproduction, ce qui aplanit les difficultés, même si le simple dessaisissement, même temporaire le temps de la copie, peut parfois être très douloureux et difficile. De même, il faut être respectueux du rythme de chacun. Certaines personnes ont besoin d’un long cheminement pour accepter de communiquer leurs documents.

Sur le plan juridique, un contrat précise les conditions de communication et d’utilisation. Au delà du respect de la lettre juridique, le centre s’efforce de respecter aussi l’esprit en prenant par exemple contact systématiquement avec les donateurs quant il y a un projet, même si le contrat ne l’y contraint pas. Ce rapport individuel systématique rassure les donateurs.

______________________________

1. Le Mémorial de la Shoah est issu de la fusion en 2005 du Centre de documentation juive contemporaine créé en 1943 avec le Mémorial du martyr juif inconnu, créé en 1956. En janvier 2013, l’association est devenue une fondation.

2. La proportion original/copie est variable d’une année à l’autre.

3. Par exemple, le fonds du commissariat aux questions juives (éclaté entre le Mémorial et les Archives nationales où il forme la sous-série AJ 38, ou l’Union générale des Israëlites de France (conservé aux États-Unis à New-York).

4. La politique d’expositions a démarré dès 1945 et a été dès l’origine le prétexte à la collecte de documents partout en Europe puis dans le monde.

Programme 2013-2014

Séance 1 : vendredi 25 octobre 2013, 10 h.

KAREN TAÏEB, responsable du service archives du Mémorial de la Shoah :
« Confiez-nous vos archives », la politique d’appel aux dons du Mémorial de la Shoah.

Séance 2 : vendredi 15 novembre 2013, 10 h.

CLAUDE ZURCHER, responsable éditorial de www.notrehistoire.ch. : Partager ses archives familiales : l’exemple de la plateforme www.notrehistoire.ch.

Séance 3 : vendredi 17 janvier 2014, 10 h.

MICHEL CHOMARAT, chargé de mission Mémoire à la ville de Lyon : L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon.

Séance 4 : vendredi 21 février 2014, 10 h.

ÉLISABETH VERRY, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire : La grande collecte 14-18 en Maine-et-Loire.

Lieu : MSH d’Angers, salle Germaine Tillion.