Archives de catégorie : Le don d’archives et de bibliothèques

Le don : l’approche de l’université des Appalaches (Etats-Unis). Une intervention d’Elizabeth Cramer et John Boyd

L’intervention du 26 octobre 2012 dans le cadre du séminaire ALMA sur le don nous proposait d’explorer la question du don en archives et en bibliothèques à la lumière de l’expérience d’une bibliothèque universitaire américaine, la Belk Library de l’université des Appalaches située à Boone en Caroline du Nord.

Les deux conférenciers, Elizabeth Cramer et John Boyd, collaborent tous deux au sein de cet établissement. Elizabeth est actuellement en charge de la coordination des services techniques  et du développement des collections de littératures et langues étrangères. Elle a précédemment exercé des fonctions d’archiviste.  John se consacre à la formation des utilisateurs.  Ils se sont appuyés, dans leur exposé, sur leur propre expérience et celles de sept de leurs collègues.

Une collecte liée à une identité locale forte

L’intervention a commencé  par situer l’environnement institutionnel, social, géographique dans lequel cet établissement se déploie.  L’université est implantée à Boone, une petite ville de Caroline-du-Nord (15 000 habitants et 17 000 étudiants). C’est particulièrement important dans la mesure où les caractéristiques et l’histoire de la région des Appalaches du Sud jouent un rôle décisif dans les processus d’acquisition et de don de la bibliothèque. A cette région, en effet, a été longtemps associée une image négative : elle était perçue comme arriérée, peuplée de rustres incultes et violents s’étant illustrés dans la contrebande d’alcool pendant la Prohibition. La mascotte de l’université des Appalaches, Yosef, témoigne de ces stéréotypes, mais aussi de leur évolution. Pourtant cette région est un lieu d’expressions culturelles riches mais méconnues, notamment du côté des musiques traditionnelles, des contes[1]ou de l’artisanat. Dans les années 1970, différents centres de recherche et programmes d’études ont commencé à œuvrer dans le souci de rééquilibrer les points de vue[2].  

Un enrichissement par don encadré

La Belk library, outre sa collection généraliste, entretient deux fonds documentaires spécialisés : la collection des Appalaches qui s’intéresse au folklore, à l’ethnographie, l’histoire locale, la généalogie et la littérature appalachiennes, soit  44 000 volumes et 1 500 fonds d’archives, et la collection spécialisée dans les courses de stock-car[3]. La bibliothèque accepte les dons de livres, CD, DVD ou de documents. Une charte des dons ou politique documentaire définit des critères d’acceptation des dons et les principes applicables. Les dons recherchés sont ceux qui enrichissent les collections et participent à son excellence. Les dons sont acceptés de manière sélective. La bibliothèque se réserve le droit de déterminer le sort définitif de tout don. Les documents peuvent notamment être revendus ou éliminés. Si le don est évalué positivement et conservé, c’est la bibliothèque qui décide de la collection dans laquelle il est intégré. La collection des Appalaches recueille notamment tous les documents relatifs à la région quels que soient leur âge, leur format, que ce soit des documents scientifiques ou de vulgarisation. 

Depuis juillet 2010, les dons ont représenté  le nombre de livres très conséquent de 22 660[4]. 40 % ont effectivement enrichi les collections ; 55 % ont rejoint les ventes de livres[5] et 5% sont partis au recyclage. La collection des Appalaches a recueilli 1 400 collections d’archives dont 450 ont été traités.

Les motivations des donateurs

Elles sont de plusieurs ordres. La conscience d’une valeur historique est une motivation importante. Elle se conjugue éventuellement avec des facteurs humains ou émotionnels. Nombreux sont les donateurs qui évoquent leur répugnance à jeter des livres ou des documents, ce qui est le signe d’un profond respect pour le support comme pour ce qu’il évoque.

Le don est aussi souvent, une transmission, un legs moral : un legs que l’on fait en son nom propre ou un « legs » au nom d’une personne aimée. Il se peut par exemple qu’aucun membre de la famille n’ait d’intérêt pour les papiers familiaux.

La valeur émotionnelle peut être présente. Ainsi une personne a confié le journal intime qu’elle tenait scrupuleusement depuis les années 1970 après avoir appris qu’elle était atteinte d’un cancer généralisé qui ne lui laissait pas d’espoir. Voir acceptés par l’archiviste ces documents très intimes a été pour elle source d’apaisement et  l’a aidée à accepter la mort.

Plus prosaïquement, certains donateurs espèrent valoriser le don par une déduction fiscale. La bibliothèque n’a pas le droit de prendre en charge les expertises d’évaluation. Ce sont les donateurs qui doivent rétribuer l’expert. D’où une éventuelle déception.

Enfin, les dons affluent souvent au moment des déménagements ou des nettoyages des maisons – et des garages –, notamment pour des documents qui relèvent de la collection sur le stock-car.

Leurs attentes

Les donateurs sont clairement informés du sort des livres qui ne seront pas intégrés dans les collections. Ils attendent surtout que la section compétente prenne soin des fonds. Certains espèrent une forte mise en valeur, par exemple une exposition permanente ou une accessibilité par voie électronique, ce qui est une demande de plus en plus fréquente qui a contraint la bibliothèque à réajuster son programme de numérisation.

Les enjeux

La bibliothèque doit convaincre le donateur qu’elle saura respecter ses souhaits.  En même temps, elle doit veiller à proposer à ses usagers des documents accessibles et utilisables. Elle tente donc d’obtenir des donateurs la cession des droits d’auteurs.

La bibliothèque n’accepte aucun dépôt. En cas de conflits familiaux, d’opposition d’un membre de la famille qui refuse de rendre publique la collection, les documents sont retournés.

Certaines conditions posées par les donateurs sont parfois difficiles à respecter dans le temps. De plus, des dons grevés de conditions contraignantes sont parfois acceptés par les autorités universitaires car les demandes émanent de contributeurs financiers. Il est difficile de faire respecter constamment la charte par tout le monde et dans tous les cas.

Une autre difficulté est que l’afflux de dons est chronophage : réception, évaluation et traitement des livres prennent beaucoup de temps. Il faut un appui institutionnel et un personnel suffisants.

D’autres difficultés sont inhérentes aux dons. Des fonds restent ouverts et augmentent régulièrement, ce qui occasionne des difficultés de traitement intellectuel et matériel. Certains éléments sont difficiles à traiter : costumes d’halloween, boîtes de céréales, morceaux de briques etc.

Enfin, il faut réfléchir sur un plan doctrinal à la portée de l’acte de collecte et à la responsabilité du bibliothécaire : la bibliothèque n’entretient-elle pas les stéréotypes préexistants ? Est-elle capable de fournir des contrepoints ? Il faut sans cesse travailler à la construction d’un point de vue équilibré. 

 


[1] Ray Hicks, un conteur, a été reconnu comme trésor national par le Fonds national pour les arts.

[2] Notamment les travaux de Cratis Williams.

[3] Apparues dans le sud des Appalaches, ces courses participent au folklore autour du « Moonshine » (alcool de contrebande). C’est aujourd’hui un sport très suivi (10 millions de passionnés). Beaucoup de recherches universitaires s’intéressent à cette partie du patrimoine régional.

[4] Une même personne a donné une bibliothèque de 5 000 livres.

[5] La bibliothèque s’appuie sur des libraires d’anciens qui reprennent les livres et la fournissent pour une valeur équivalente.

Programme 2012-2013 (premier semestre)

Séance 1 : vendredi 26 octobre 2012 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH d’Angers

 Elizabeth Cramer, John Boyd (Belk Library Appalachian State University) : « Le don, l’approche de l’université des Appalaches (USA) ».

 

Séance 2 : vendredi 23 novembre 2012 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH d’Angers

 Goulven Le Brech (responsable de la mission archives de Sciences Po Paris) : « Les archives des chercheurs et le don : enjeux symboliques et pratiques archivistiques ».

En savoir plus sur le thème du séminaire, ici.

Projet de recherche sur le don d’archives

Si l’acte de don est une « prestation effectuée sans garantie de retour en vue de nourrir le lien social »[1], y-a-t-il une spécificité du don appliqué aux archives ?  Que signifie pour collecteurs de fonds, donateurs et surtout donatrices cette interaction ? Qui donne ? Pourquoi donne-t-on ? Que donne-t-on ?

‘I wanna hold your hand’ par Josep Ma. Rosell

Nous avons tenté de fournir un premier éclairage sur cette question, en interrogeant un type particulier d’archives, celles issues d’une activité militante. À travers l’étude d’un cas précis, celui du Centre des Archives du féminisme, il s’agit de confirmer ou non le caractère opératoire des théories générales du don et à dégager quelques spécificités. Ces données doivent être croisées avec les modalités de collecte des fonds, la nature des initiatives – privées ou publiques -, et l’existence ou non de politiques de collecte. À partir des éléments réunis, des pistes de réflexion s’offrent à l’archiviste quant au périmètre des fonds à collecter ou sur les méthodes de collecte et de description : capter des parcours de vie, les accumuler, pour que dans leur lecture croisée se reconstruise une visibilité et tenir compte des spécificités typologiques de ces fonds que la normalisation de l’évaluation et de la description archivistiques tend à banaliser voire à dévaloriser. Au-delà, ce projet doit permettre tout à la fois de confirmer l’intérêt de politiques spécifiques de collecte en archives mais aussi d’améliorer et de mieux documenter l’instant de la collecte en vue du traitement et de l’exploitation ultérieurs.

 

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 


[1] Godbout (Jacques), en collaboration avec Alain Caillé, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

 

Cadre d’intervention

Entre décembre 2009 et mars 2010, les étudiants du master 2 Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers ont rassemblé, encadré par l’équipe d’ALMA, des témoignages de donatrices et de collectrices de fonds d’archives féministes. L’étude cherche à éclairer les motivations et les ressorts qui conduisent au don par des entretiens avec des donateurs et des collecteurs d’archives, dans le contexte spécifique des archives féministes entre « silences de l’histoire » et déficit de conservation des traces (M. Perrot, 1998[2]) voir refus de la transmission (C. Bard, 2006[3]).  Les étudiants du master Archives de l’université d’Angers (option valorisation du patrimoine) promotion 2009-2010 ayant contribué au projet sont : Camille Bernard, Blandine Chincholle, Christèle Chevalier, Pierre-Michel David, Thibaud Deshaies, Sybille Gardelle, Maïlys Leyoudec, Gwennan Raulo, Claudia Ricou.

Le lieu de l’enquête

 

Fonds conservés au Centre des archives du féminisme. © B. Grailles

 

L’étude de cas a porté sur les dons aboutis ou non au centre des archives du féminisme (CAF). Ce centre est né dans des conditions particulières et témoigne d’une construction originale[4]. À l’origine du projet, une association Archives du féminisme qui s’est elle-même constituée pour faire face à un cas exceptionnel, celui du fonds d’archives de Cécile Brunschvicg. Cécile Brunschvig[5], secrétaire nationale puis présidente de l’Union Française pour le Suffrage des Femmes, présidente de de la section Travail du Conseil National des Femmes Françaises, directrice de l’hebdomadaire féministe La Française, fait partie des premières femmes au gouvernement, appelée par Léon Blum comme sous-secrétaire d’Etat à l’Education nationale en 1936. Son fonds d’archives comme celui de son mari le philosophe Léon Brunschvicg aujourd’hui conservé à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, est spolié en juin 1940 puis saisi  par l’Armée rouge et emporté à Moscou, disparu pendant des décennies et restitués au propriétaire légitime en 2000[6].   La famille Baruch cherche alors à rendre le fonds Cécile Brunschvicg acccessible ; elle se tourne tout naturellement  vers la seule institution de conservation clairement identifiée comme centre de ressources féministes, la bibliothèque Marguerite Durand (BMD) . Faute de place, celle-ci ne peut accueillir les 45 cartons du « fonds russe » n° 280[7].  Christine Bard, enseignante, chercheuse et féministe, initie alors l’association et trouve à Angers où elle enseigne une conjonction favorable : un lieu de recherche en histoire des femmes et du féminisme, une bibliothèque universitaire sensibilisée à la question des fonds spécialisés avec un directeur soutenant le développement d’une politique de collecte, et  une formation en archivistique capable de fournir une expertise. La collaboration est formalisée par une convention le 4 octobre 2000 renouvelée le 26 avril 2007 pour cinq ans. Le CAF est officiellement inauguré le 18 juin 2001. L’association Archives du féminisme assure le repérage des fonds. Le rythme de collecte du CAF est d’environ deux à trois fonds par an, ce qui correspond aux capacités de traitement et permet d’assurer leur mise à disposition rapide. Les fonds collectés sont de deux ordres : des fonds associatifs et des fonds personnels. Le CAF se prête bien à une étude de cas de par sa spécialisation très claire et son volume de collecte, modeste au regard d’autres institutions, mais régulier.

Les personnes interrogées

Ont été sollicitées des donatrices de fonds et des personnes qui ont été amenées à initier ou participer à des collectes de fonds d’archives. Le croisement des différents itinéraires a été interrogé pour analyser les facteurs favorables et défavorables dans l’aboutissement du don. Il s’agissait aussi de s’interroger sur l’après-don. La transaction est-elle close après l’arrivée des documents ou continue-t-elle et sous quelle(s) forme(s) ? L’objectif de représentativité du corpus était bien entendu espéré au regard des personnes mais aussi au regard des documents confiés. Sept entretiens au final ont été menés.

Outils élaborés

Un module de présentation, conçu avec la chaîne éditoriale Opale et en xml  avec l’aide méthodologique du STIC et de Thomas Desserey, est proposé ici dans une version html. Vous y trouverez une présentation détaillée du projet, ainsi que tous les outils méthodologiques (guides d’entretien, contrat de communication, contrat d’abandon de droit, fiches méthodologiques). Les entretiens ont fait l’objet d’inventaires chronothématiques accessibles aussi par ce module.

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 

 

 


[1] GODBOUT (Jacques), en collaboration avec Alain CAILLÉ, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

[2] PERROT (Michelle), Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, XVI-494 p.

[3] BARD (Christine), METZ (Annie), NEVEU (Valérie), dir., Guide des sources de l’histoire du féminisme de la Révolution française à nos jours, PUR, Archives du féminisme, 2006, 442 p., p. 13.

[4] GRAILLES (Bénédicte), « Collecter et rendre visible les archives du féminisme : une action en réseaux », Les archives des syndicats et des mouvements sociaux, La Gazette des archives, n° 221, année 2011-1, p. 173-185, illustrations p. XVIII-XIX.

[5] Sur Cécile Brunschvig, on se reportera aux travaux et interventions de Cécile Formaglio : position de thèse de l’Ecole des chartes, intervention dans Femmes, une histoire en mouvement, 8 mars 2008,  article dans histoire@politique, n° 1, mai-juin 2007.

[6] CŒURÉ (Sophie), La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Paris, Éditions Payot & Rivages, 2007, 270 p.

[7] BARUCH (Marc-Olivier),  Archives du féminisme, n° 2, été 2001, p. 10.

À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

À l’heure de la mise en ligne massive de documents d’archives numérisés, de la réforme des études d’histoire dans le cadre du processus de Bologne et des premiers signes de stagnation numérique du lectorat des services d’archives, les communications rassemblées dans cet ouvrage entendent contribuer à un renouvellement de l’approche des publics d’archives en mettant l’accent sur l’étude de leurs caractéristiques et de leurs demandes et plutôt que sur l’offre déployée par les professionnels. À  l’occasion d’une journée d’étude en 2007 par l’AEDAA, les étudiants du master « histoire et métiers des archives » et le CERHIO, les organisateurs ont plaidé pour une multiplication des enquêtes quantitatives et qualitatives, ainsi que pour une réflexion ouverte à la pluridisciplinarité. Continuer la lecture de À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

Le don, une approche renouvelée des archives privées (journée d’étude du 11 février 2011)

Programme

  • 9h30 : Ouverture de la journée par M. Didier LE GALL , doyen de la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines de l’Université d’Angers et Mme Anne LAFON, présidente de l’AEDAA
  • 9h45 : Introduction, Mme Élisabeth VERRY, directrice des services scientifiques du Maine-et-Loire

 

I – L’expression de soi par le don et l’écrit

Sous la présidence de M. Didier BOISSON, professeur des universités en histoire moderne, directeur du département d’histoire

  • 10h : Mme Laëtitia PIHEL, maîtresse de conférences : Ce que donner veut dire
  • 10h40-11h : Pause
  • 11h :  Mme Alix BERNARD, maîtresse de conférences en psychologie : Donner, perdre, transmettre, [se] raconter, écrire : accueillir une histoire de vie
  • 11h20-11h40 : Discussion

 

II – Le donateur et ses archives : un rapport complexe

Sous la présidence de Mme Christine BARD, professeure des universités en histoire contemporaine, directrice de Confluences – Maison des sciences humaines

 

  • 11h40 : M. Jacques PÉROT, président de l’Association française de protection des archives privées : Les raisons des donateurs
  • 12h : Mme Hélène MOUCHARD-ZAY, directrice du Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement du Loiret : Le don aux Archives Nationales des archives Jean Zay : cheminement d’une décision
  • 12h20-14h : Repas
  • 14h : Mme Bénédicte GRAILLES, maîtresse de conférences : « Quand je fais un don, c’est un plaisir que je me donne », quelques réflexions à l’usage des archivistes
  • 14h20 : Mme Magali LACOUSSE, conservatrice à la section des archives privées du Centre historique des archives nationales :Après le don, les relations entre archivistes et donateurs
  • 14h40-15h : Discussion
  • 15h-15h20 : Pause

 

III – De la sélection au remerciement : le rôle de l’archiviste

Sous la présidence de Jean-Michel Matz,
professeur des universités en histoire du Moyen Âge

  • 15h20 : Étudiants du Master 2 professionnel Archives de l’université d’Angers : Les archives privées des archives départementales de Maine-et-Loire : pesée globale
  • 15h40 : M. Olivier CORPET, directeur du l’institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) : Archives privées et diversité des acteurs institutionnels : collaborations et concurrences ?
  • 16h00 : Mme Anne-Catherine MARIN, directrice des archives municipales de Lyon : Rendre hommage aux donateurs : la démarche des Archives de Lyon
  • 16h20-16h40 :  Discussion
  • 16h40 : Conclusion par Patrice MARCILLOUX, maître de conférences en archivistique, vice-doyen de la faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines de l’Université d’Angers
  • 17h30 à 19h : Activité de fin de journée, bibliothèque municipale d’Angers, par M. Marc-Édouard GAUTIER, conservateur chargé des fonds patrimoniaux à la Bibliothèque municipale d’Angers: Les dons dans les politiques documentaires et de valorisation de la bibliothèque municipale d’Angers

Blog des étudiants ici. Un compte rendu complet de la journée est disponible sur ce blog.

Plusieurs billets sur le blog Archivistes et réseaux (Live tweet  et notes). Merci à Damien Hamard.

Sur le don, voir aussi le séminaire ALMA Do ut des ?.