Archives de catégorie : Archives, bibliothèques et société

À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

À l’heure de la mise en ligne massive de documents d’archives numérisés, de la réforme des études d’histoire dans le cadre du processus de Bologne et des premiers signes de stagnation numérique du lectorat des services d’archives, les communications rassemblées dans cet ouvrage entendent contribuer à un renouvellement de l’approche des publics d’archives en mettant l’accent sur l’étude de leurs caractéristiques et de leurs demandes et plutôt que sur l’offre déployée par les professionnels. À  l’occasion d’une journée d’étude en 2007 par l’AEDAA, les étudiants du master « histoire et métiers des archives » et le CERHIO, les organisateurs ont plaidé pour une multiplication des enquêtes quantitatives et qualitatives, ainsi que pour une réflexion ouverte à la pluridisciplinarité. Continuer la lecture de À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

Le don, une approche renouvelée des archives privées (journée d’étude du 11 février 2011)

Programme

  • 9h30 : Ouverture de la journée par M. Didier LE GALL , doyen de la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines de l’Université d’Angers et Mme Anne LAFON, présidente de l’AEDAA
  • 9h45 : Introduction, Mme Élisabeth VERRY, directrice des services scientifiques du Maine-et-Loire

 

I – L’expression de soi par le don et l’écrit

Sous la présidence de M. Didier BOISSON, professeur des universités en histoire moderne, directeur du département d’histoire

  • 10h : Mme Laëtitia PIHEL, maîtresse de conférences : Ce que donner veut dire
  • 10h40-11h : Pause
  • 11h :  Mme Alix BERNARD, maîtresse de conférences en psychologie : Donner, perdre, transmettre, [se] raconter, écrire : accueillir une histoire de vie
  • 11h20-11h40 : Discussion

 

II – Le donateur et ses archives : un rapport complexe

Sous la présidence de Mme Christine BARD, professeure des universités en histoire contemporaine, directrice de Confluences – Maison des sciences humaines

 

  • 11h40 : M. Jacques PÉROT, président de l’Association française de protection des archives privées : Les raisons des donateurs
  • 12h : Mme Hélène MOUCHARD-ZAY, directrice du Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement du Loiret : Le don aux Archives Nationales des archives Jean Zay : cheminement d’une décision
  • 12h20-14h : Repas
  • 14h : Mme Bénédicte GRAILLES, maîtresse de conférences : « Quand je fais un don, c’est un plaisir que je me donne », quelques réflexions à l’usage des archivistes
  • 14h20 : Mme Magali LACOUSSE, conservatrice à la section des archives privées du Centre historique des archives nationales :Après le don, les relations entre archivistes et donateurs
  • 14h40-15h : Discussion
  • 15h-15h20 : Pause

 

III – De la sélection au remerciement : le rôle de l’archiviste

Sous la présidence de Jean-Michel Matz,
professeur des universités en histoire du Moyen Âge

  • 15h20 : Étudiants du Master 2 professionnel Archives de l’université d’Angers : Les archives privées des archives départementales de Maine-et-Loire : pesée globale
  • 15h40 : M. Olivier CORPET, directeur du l’institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) : Archives privées et diversité des acteurs institutionnels : collaborations et concurrences ?
  • 16h00 : Mme Anne-Catherine MARIN, directrice des archives municipales de Lyon : Rendre hommage aux donateurs : la démarche des Archives de Lyon
  • 16h20-16h40 :  Discussion
  • 16h40 : Conclusion par Patrice MARCILLOUX, maître de conférences en archivistique, vice-doyen de la faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines de l’Université d’Angers
  • 17h30 à 19h : Activité de fin de journée, bibliothèque municipale d’Angers, par M. Marc-Édouard GAUTIER, conservateur chargé des fonds patrimoniaux à la Bibliothèque municipale d’Angers: Les dons dans les politiques documentaires et de valorisation de la bibliothèque municipale d’Angers

Blog des étudiants ici. Un compte rendu complet de la journée est disponible sur ce blog.

Plusieurs billets sur le blog Archivistes et réseaux (Live tweet  et notes). Merci à Damien Hamard.

Sur le don, voir aussi le séminaire ALMA Do ut des ?.

Destructions d’archives : le cas des Comores (1975-2001)

Le 25 avril 2012, une journée d’étude sur les Résonances de guerres dans le monde contemporain   s’est déroulée à la maison des sciences humaines de l’université d’Angers. Elle était organisée par les doctorants en lettres, langues et sciences humaines de l’école doctorale Sociétés Cultures Échanges du PRES L’UNAM.

Charly Jollivet, doctorant en archivistique (CERHIO Angers), a présenté une communication intitulée « Entre instabilité politique, coups d’État, guerres civiles et sécessions : la destruction d’archives aux Comores (1975-2001) ».  En soi, cette intervention est une gageure puisqu’il s’agissait de reconstituer des événements dont les traces sont par définition plus que lacunaires, ce qui a – logiquement – amené Charly Jollivet à trouver des personnes-ressource et à collecter des témoignages oraux, recoupés ensuite avec les traces papier encore existantes, généralement hors des frontières actuelles des Comores   et d’Anjouan.  En effet, seuls 120 ml linéaires subsistent encore à Grande Comore et 20 ml à Anjouan.

Charly Jollivet est revenu sur les deux années qui ont vu la destruction massive d’archives, soit par autodafé, soit par pillage. Dans le cas de Grande Comore en 1977, c’est un épisode révolutionnaire qui a présidé à une élimination systématique et visiblement organisée des archives : ont été brûlés les titres de propriété, d’état civil, les dossiers de personnel , les actes notariés notamment. Tous les ministères ont été touchés.  À Anjouan, c’est également un pilonnage volontaire, maîtrisé et ordonné qui aboutit à la disparition des cartons d’archives de la résidence du gouverneur.  En 1978, c’est un autre type d’intervention qui a amené à la destruction physique de documents à Grande Comore : le bâtiment qui accueillait le service des Archives nationales créé deux années plus tôt a été pillé et les documents ont servi de papier d’emballage aux vendeurs de cacahuètes. 

À travers ces épisodes de grande tension, on peut lire l’inscription volontaire de ruptures symboliques et institutionnelles : en finir avec les privilèges, détruire les documents et empêcher ainsi le retour au régime précédent ; rompre le lien entre les régimes politiques et religieux des deux îles.  Une sorte de « tribunal révolutionnaire des parchemins » pour reprendre l’expression choisie par Michelet pour qualifier les bureaux de triage dans la France de la Révolution[1].

Charly Jollivet s’est également intéressé aux conséquences que ces éliminations de documents ont généré, tant pour la population de ces deux îles que pour le fonctionnement des administrations, tant  du point de vue des preuves juridiques que de celui de la mémoire, mais également dans la conduite et les modes d’évaluation des documents par les archivistes.


[1] Repris dans Cœuré (Sophie), Duclert (Vincent), Les archives, Paris, La Découverte, 124 p., p. 17.