Archives de catégorie : Archives, bibliothèques et société

Projet de recherche sur le don d’archives

Si l’acte de don est une « prestation effectuée sans garantie de retour en vue de nourrir le lien social »[1], y-a-t-il une spécificité du don appliqué aux archives ?  Que signifie pour collecteurs de fonds, donateurs et surtout donatrices cette interaction ? Qui donne ? Pourquoi donne-t-on ? Que donne-t-on ?

‘I wanna hold your hand’ par Josep Ma. Rosell

Nous avons tenté de fournir un premier éclairage sur cette question, en interrogeant un type particulier d’archives, celles issues d’une activité militante. À travers l’étude d’un cas précis, celui du Centre des Archives du féminisme, il s’agit de confirmer ou non le caractère opératoire des théories générales du don et à dégager quelques spécificités. Ces données doivent être croisées avec les modalités de collecte des fonds, la nature des initiatives – privées ou publiques -, et l’existence ou non de politiques de collecte. À partir des éléments réunis, des pistes de réflexion s’offrent à l’archiviste quant au périmètre des fonds à collecter ou sur les méthodes de collecte et de description : capter des parcours de vie, les accumuler, pour que dans leur lecture croisée se reconstruise une visibilité et tenir compte des spécificités typologiques de ces fonds que la normalisation de l’évaluation et de la description archivistiques tend à banaliser voire à dévaloriser. Au-delà, ce projet doit permettre tout à la fois de confirmer l’intérêt de politiques spécifiques de collecte en archives mais aussi d’améliorer et de mieux documenter l’instant de la collecte en vue du traitement et de l’exploitation ultérieurs.

 

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 


[1] Godbout (Jacques), en collaboration avec Alain Caillé, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

 

Cadre d’intervention

Entre décembre 2009 et mars 2010, les étudiants du master 2 Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers ont rassemblé, encadré par l’équipe d’ALMA, des témoignages de donatrices et de collectrices de fonds d’archives féministes. L’étude cherche à éclairer les motivations et les ressorts qui conduisent au don par des entretiens avec des donateurs et des collecteurs d’archives, dans le contexte spécifique des archives féministes entre « silences de l’histoire » et déficit de conservation des traces (M. Perrot, 1998[2]) voir refus de la transmission (C. Bard, 2006[3]).  Les étudiants du master Archives de l’université d’Angers (option valorisation du patrimoine) promotion 2009-2010 ayant contribué au projet sont : Camille Bernard, Blandine Chincholle, Christèle Chevalier, Pierre-Michel David, Thibaud Deshaies, Sybille Gardelle, Maïlys Leyoudec, Gwennan Raulo, Claudia Ricou.

Le lieu de l’enquête

 

Fonds conservés au Centre des archives du féminisme. © B. Grailles

 

L’étude de cas a porté sur les dons aboutis ou non au centre des archives du féminisme (CAF). Ce centre est né dans des conditions particulières et témoigne d’une construction originale[4]. À l’origine du projet, une association Archives du féminisme qui s’est elle-même constituée pour faire face à un cas exceptionnel, celui du fonds d’archives de Cécile Brunschvicg. Cécile Brunschvig[5], secrétaire nationale puis présidente de l’Union Française pour le Suffrage des Femmes, présidente de de la section Travail du Conseil National des Femmes Françaises, directrice de l’hebdomadaire féministe La Française, fait partie des premières femmes au gouvernement, appelée par Léon Blum comme sous-secrétaire d’Etat à l’Education nationale en 1936. Son fonds d’archives comme celui de son mari le philosophe Léon Brunschvicg aujourd’hui conservé à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, est spolié en juin 1940 puis saisi  par l’Armée rouge et emporté à Moscou, disparu pendant des décennies et restitués au propriétaire légitime en 2000[6].   La famille Baruch cherche alors à rendre le fonds Cécile Brunschvicg acccessible ; elle se tourne tout naturellement  vers la seule institution de conservation clairement identifiée comme centre de ressources féministes, la bibliothèque Marguerite Durand (BMD) . Faute de place, celle-ci ne peut accueillir les 45 cartons du « fonds russe » n° 280[7].  Christine Bard, enseignante, chercheuse et féministe, initie alors l’association et trouve à Angers où elle enseigne une conjonction favorable : un lieu de recherche en histoire des femmes et du féminisme, une bibliothèque universitaire sensibilisée à la question des fonds spécialisés avec un directeur soutenant le développement d’une politique de collecte, et  une formation en archivistique capable de fournir une expertise. La collaboration est formalisée par une convention le 4 octobre 2000 renouvelée le 26 avril 2007 pour cinq ans. Le CAF est officiellement inauguré le 18 juin 2001. L’association Archives du féminisme assure le repérage des fonds. Le rythme de collecte du CAF est d’environ deux à trois fonds par an, ce qui correspond aux capacités de traitement et permet d’assurer leur mise à disposition rapide. Les fonds collectés sont de deux ordres : des fonds associatifs et des fonds personnels. Le CAF se prête bien à une étude de cas de par sa spécialisation très claire et son volume de collecte, modeste au regard d’autres institutions, mais régulier.

Les personnes interrogées

Ont été sollicitées des donatrices de fonds et des personnes qui ont été amenées à initier ou participer à des collectes de fonds d’archives. Le croisement des différents itinéraires a été interrogé pour analyser les facteurs favorables et défavorables dans l’aboutissement du don. Il s’agissait aussi de s’interroger sur l’après-don. La transaction est-elle close après l’arrivée des documents ou continue-t-elle et sous quelle(s) forme(s) ? L’objectif de représentativité du corpus était bien entendu espéré au regard des personnes mais aussi au regard des documents confiés. Sept entretiens au final ont été menés.

Outils élaborés

Un module de présentation, conçu avec la chaîne éditoriale Opale et en xml  avec l’aide méthodologique du STIC et de Thomas Desserey, est proposé ici dans une version html. Vous y trouverez une présentation détaillée du projet, ainsi que tous les outils méthodologiques (guides d’entretien, contrat de communication, contrat d’abandon de droit, fiches méthodologiques). Les entretiens ont fait l’objet d’inventaires chronothématiques accessibles aussi par ce module.

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 

 

 


[1] GODBOUT (Jacques), en collaboration avec Alain CAILLÉ, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

[2] PERROT (Michelle), Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, XVI-494 p.

[3] BARD (Christine), METZ (Annie), NEVEU (Valérie), dir., Guide des sources de l’histoire du féminisme de la Révolution française à nos jours, PUR, Archives du féminisme, 2006, 442 p., p. 13.

[4] GRAILLES (Bénédicte), « Collecter et rendre visible les archives du féminisme : une action en réseaux », Les archives des syndicats et des mouvements sociaux, La Gazette des archives, n° 221, année 2011-1, p. 173-185, illustrations p. XVIII-XIX.

[5] Sur Cécile Brunschvig, on se reportera aux travaux et interventions de Cécile Formaglio : position de thèse de l’Ecole des chartes, intervention dans Femmes, une histoire en mouvement, 8 mars 2008,  article dans histoire@politique, n° 1, mai-juin 2007.

[6] CŒURÉ (Sophie), La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Paris, Éditions Payot & Rivages, 2007, 270 p.

[7] BARUCH (Marc-Olivier),  Archives du féminisme, n° 2, été 2001, p. 10.

À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

À l’heure de la mise en ligne massive de documents d’archives numérisés, de la réforme des études d’histoire dans le cadre du processus de Bologne et des premiers signes de stagnation numérique du lectorat des services d’archives, les communications rassemblées dans cet ouvrage entendent contribuer à un renouvellement de l’approche des publics d’archives en mettant l’accent sur l’étude de leurs caractéristiques et de leurs demandes et plutôt que sur l’offre déployée par les professionnels. À  l’occasion d’une journée d’étude en 2007 par l’AEDAA, les étudiants du master « histoire et métiers des archives » et le CERHIO, les organisateurs ont plaidé pour une multiplication des enquêtes quantitatives et qualitatives, ainsi que pour une réflexion ouverte à la pluridisciplinarité. Continuer la lecture de À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

Le don, une approche renouvelée des archives privées (journée d’étude du 11 février 2011)

Programme

  • 9h30 : Ouverture de la journée par M. Didier LE GALL , doyen de la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines de l’Université d’Angers et Mme Anne LAFON, présidente de l’AEDAA
  • 9h45 : Introduction, Mme Élisabeth VERRY, directrice des services scientifiques du Maine-et-Loire

 

I – L’expression de soi par le don et l’écrit

Sous la présidence de M. Didier BOISSON, professeur des universités en histoire moderne, directeur du département d’histoire

  • 10h : Mme Laëtitia PIHEL, maîtresse de conférences : Ce que donner veut dire
  • 10h40-11h : Pause
  • 11h :  Mme Alix BERNARD, maîtresse de conférences en psychologie : Donner, perdre, transmettre, [se] raconter, écrire : accueillir une histoire de vie
  • 11h20-11h40 : Discussion

 

II – Le donateur et ses archives : un rapport complexe

Sous la présidence de Mme Christine BARD, professeure des universités en histoire contemporaine, directrice de Confluences – Maison des sciences humaines

 

  • 11h40 : M. Jacques PÉROT, président de l’Association française de protection des archives privées : Les raisons des donateurs
  • 12h : Mme Hélène MOUCHARD-ZAY, directrice du Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement du Loiret : Le don aux Archives Nationales des archives Jean Zay : cheminement d’une décision
  • 12h20-14h : Repas
  • 14h : Mme Bénédicte GRAILLES, maîtresse de conférences : « Quand je fais un don, c’est un plaisir que je me donne », quelques réflexions à l’usage des archivistes
  • 14h20 : Mme Magali LACOUSSE, conservatrice à la section des archives privées du Centre historique des archives nationales :Après le don, les relations entre archivistes et donateurs
  • 14h40-15h : Discussion
  • 15h-15h20 : Pause

 

III – De la sélection au remerciement : le rôle de l’archiviste

Sous la présidence de Jean-Michel Matz,
professeur des universités en histoire du Moyen Âge

  • 15h20 : Étudiants du Master 2 professionnel Archives de l’université d’Angers : Les archives privées des archives départementales de Maine-et-Loire : pesée globale
  • 15h40 : M. Olivier CORPET, directeur du l’institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) : Archives privées et diversité des acteurs institutionnels : collaborations et concurrences ?
  • 16h00 : Mme Anne-Catherine MARIN, directrice des archives municipales de Lyon : Rendre hommage aux donateurs : la démarche des Archives de Lyon
  • 16h20-16h40 :  Discussion
  • 16h40 : Conclusion par Patrice MARCILLOUX, maître de conférences en archivistique, vice-doyen de la faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines de l’Université d’Angers
  • 17h30 à 19h : Activité de fin de journée, bibliothèque municipale d’Angers, par M. Marc-Édouard GAUTIER, conservateur chargé des fonds patrimoniaux à la Bibliothèque municipale d’Angers: Les dons dans les politiques documentaires et de valorisation de la bibliothèque municipale d’Angers

Blog des étudiants ici. Un compte rendu complet de la journée est disponible sur ce blog.

Plusieurs billets sur le blog Archivistes et réseaux (Live tweet  et notes). Merci à Damien Hamard.

Sur le don, voir aussi le séminaire ALMA Do ut des ?.

Destructions d’archives : le cas des Comores (1975-2001)

Le 25 avril 2012, une journée d’étude sur les Résonances de guerres dans le monde contemporain   s’est déroulée à la maison des sciences humaines de l’université d’Angers. Elle était organisée par les doctorants en lettres, langues et sciences humaines de l’école doctorale Sociétés Cultures Échanges du PRES L’UNAM.

Charly Jollivet, doctorant en archivistique (CERHIO Angers), a présenté une communication intitulée « Entre instabilité politique, coups d’État, guerres civiles et sécessions : la destruction d’archives aux Comores (1975-2001) ».  En soi, cette intervention est une gageure puisqu’il s’agissait de reconstituer des événements dont les traces sont par définition plus que lacunaires, ce qui a – logiquement – amené Charly Jollivet à trouver des personnes-ressource et à collecter des témoignages oraux, recoupés ensuite avec les traces papier encore existantes, généralement hors des frontières actuelles des Comores   et d’Anjouan.  En effet, seuls 120 ml linéaires subsistent encore à Grande Comore et 20 ml à Anjouan.

Charly Jollivet est revenu sur les deux années qui ont vu la destruction massive d’archives, soit par autodafé, soit par pillage. Dans le cas de Grande Comore en 1977, c’est un épisode révolutionnaire qui a présidé à une élimination systématique et visiblement organisée des archives : ont été brûlés les titres de propriété, d’état civil, les dossiers de personnel , les actes notariés notamment. Tous les ministères ont été touchés.  À Anjouan, c’est également un pilonnage volontaire, maîtrisé et ordonné qui aboutit à la disparition des cartons d’archives de la résidence du gouverneur.  En 1978, c’est un autre type d’intervention qui a amené à la destruction physique de documents à Grande Comore : le bâtiment qui accueillait le service des Archives nationales créé deux années plus tôt a été pillé et les documents ont servi de papier d’emballage aux vendeurs de cacahuètes. 

À travers ces épisodes de grande tension, on peut lire l’inscription volontaire de ruptures symboliques et institutionnelles : en finir avec les privilèges, détruire les documents et empêcher ainsi le retour au régime précédent ; rompre le lien entre les régimes politiques et religieux des deux îles.  Une sorte de « tribunal révolutionnaire des parchemins » pour reprendre l’expression choisie par Michelet pour qualifier les bureaux de triage dans la France de la Révolution[1].

Charly Jollivet s’est également intéressé aux conséquences que ces éliminations de documents ont généré, tant pour la population de ces deux îles que pour le fonctionnement des administrations, tant  du point de vue des preuves juridiques que de celui de la mémoire, mais également dans la conduite et les modes d’évaluation des documents par les archivistes.


[1] Repris dans Cœuré (Sophie), Duclert (Vincent), Les archives, Paris, La Découverte, 124 p., p. 17.