Archives de catégorie : Publications

Les ego-archives, un livre de Patrice Marcilloux

ego-archives_couvertureLes ego-archives. Traces documentaires et recherche de soi, Presses universitaires de Rennes, 2013, 252 p.

Les trente dernières années du XXe siècle ont connu un phénomène de diffusion et de dispersion du mot « archives », traditionnellement au pluriel ou néologiquement au singulier, qui aboutit à un paradoxe : la présence terminologique des archives dans la société contemporaine est devenue nettement plus forte que celle de l’administration des archives elle-même. Ce décalage amène à formuler l’hypothèse d’une diversification des usages et d’une reconfiguration des demandes d’archives, dans ou en dehors de l’institution archivistique. L’enquête, volontairement affranchie des frontières nationales, des périmètres professionnels et des limites disciplinaires, finit par assigner une place inédite pour les archives dans la culture contemporaine. Nouvelle histoire locale, généalogie, psychogénéalogie, psychohistoire, archivages autobiographiques, accès aux documents administratifs, consultations des dossiers médicaux, accès aux origines personnelles, ouverture des données publiques, partage des images d’archives, archivages militants ou communautaires, engouement des artistes contemporains, affirmation des archives des droits de l’homme, sollicitation des archives de police dans les processus de transitions démocratiques : tous ces usages, toutes ces demandes d’archives ont en commun une orientation individuelle et la recherche de soi. Le concept d’ego-archives désigne autant les documents que les logiques d’usage qui permettent aux individus d’asseoir les stratégies de formation de leur individualité. Les archives y sont érigées en espace intermédiaire entre l’individu et la société. La question n’est plus celle de la place des archives dans la société de l’information mais dans celle de l’individu. Un nouveau droit est en gestation : celui de découvrir et de lire ses traces archivistiques personnelles, ses ego-archives, où qu’elles se trouvent.

Télécharger l’introduction

Télécharger la table des matières

Commander aux PUR

À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

À l’heure de la mise en ligne massive de documents d’archives numérisés, de la réforme des études d’histoire dans le cadre du processus de Bologne et des premiers signes de stagnation numérique du lectorat des services d’archives, les communications rassemblées dans cet ouvrage entendent contribuer à un renouvellement de l’approche des publics d’archives en mettant l’accent sur l’étude de leurs caractéristiques et de leurs demandes et plutôt que sur l’offre déployée par les professionnels. À  l’occasion d’une journée d’étude en 2007 par l’AEDAA, les étudiants du master « histoire et métiers des archives » et le CERHIO, les organisateurs ont plaidé pour une multiplication des enquêtes quantitatives et qualitatives, ainsi que pour une réflexion ouverte à la pluridisciplinarité. Continuer la lecture de À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses : publication de la journée d’étude du 9 mars 2007

À l’écoute des publics des archives : leurs identités, leurs attentes, nos réponses (journée d’étude du 9 mars 2007)

Présentation

L’organisation par l’Association des archivistes français en 1998 d’un colloque intitulé Les archives au service du public : quelles offres pour quelles attentes ? (actes publiés dans La Gazette des archives en 1999) était révélatrice d’une réflexion renouvelée de la profession sur les utilisateurs des services d’archives. Peu de temps après, la direction des Archives de France publiait, avec l’aide du département des études et de la prospective du ministère de la Culture, deux grandes enquêtes sur les publics des archives communales et départementales (en 2001), ainsi que nationales (en 2003) qui, pour la première fois, donnaient un fondement statistique solide à la connaissance de nos publics.

Cet intérêt nouveau signe une prise de conscience de la part des professionnels. Il marque aussi, sans doute, les interrogations d’une profession qui hésite parfois dans ses choix stratégiques.

Le débat n’est donc pas clos et le sujet mérite d’être encore approfondi. La journée du 9 mars 2007 entend y contribuer en se plaçant résolument du côté de la demande et non de l’offre : il ne s’agit pas ici de collectionner les expériences ou les explorations, si intéressantes soient-elles, d’approches originales des relations avec les usagers, mais bien de partir d’une analyse quantitative et qualitative des publics, pour envisager la possibilité et/ou la nécessité de nouvelles offres. Trois questionnements principaux structurent la journée :

 Quelle est l’identité de ces publics : qui sont-ils ?

 Quelles sont leurs attentes : pourquoi viennent-ils aux archives et qu’espèrent-ils y trouver ?

 Quelles réponses pouvons-nous et devons-nous leur apporter ? Faut-il suivre le modèle des autres services culturels (bibliothèques et musées) ?

La journée d’étude a été publiée en 2009 (ici).