Archives de catégorie : Pratiques professionnelles – Cadre théorique et outils

Projet de recherche en modélisations des procédures relatives au classement d’archives

Le classement, c’est-à-dire la mise en ordre intellectuelle d’un fonds, est considéré par les archivistes comme une activité centrale, dans laquelle s’incarnent les marqueurs identitaires du métier. C’est le troisième item des 4 C, les pierres angulaires de l’archivistique que la profession met en avant en France pour communiquer sur son activité, depuis les années 2000 : collecter, conserver, classer, communiquer.

 

 Une question d’actualité ?

Au cœur du classement, se joue  la mise en œuvre du principe de respect des fonds ou principe de provenance qui fait  la spécificité de l’archivistique par rapport aux autres modes de  gestion de l’information. Cette opération fait l’objet d’une abondante littérature professionnelle, renouvelée à partir des années 1990 par l’apparition de normes internationales initiées par le conseil international des archives (ISAD(G), ISAAR(CPF), ISDF).

Peut-on ordonner la mise en ordre ?

Pour autant, aucune modélisation n’a été proposée à ce jour. Or, de plus en plus de services s’engagent dans la description de leurs processus, notamment dans le cadre de la mise en œuvre de procédures ou de certification qualité. Partant de ces constats et en lien avec le séminaire ALMA sur les raisons classificatoires, nous avons décidé de modéliser le consensus professionnel dans le cadre d’un projet de recherche associant les étudiants du master Archives d’Angers. Cette modélisation a porté en 2009-2010 sur le périmètre des archives historiques, donc le classement des archives dites définitives, et en 2010-2011 sur celui des records au sens où la norme sur le Records management les définit. Le choix a été fait de décrire de manière détaillée par le biais d’ordinogrammes,  c’est-à-dire sous une forme schématique permettant d’expliquer de façon nette et précise les différentes étapes du travail de classement, tant du point de vue conceptuel que matériel.

 Pour en faire quoi ?

Nous avons déjà signalé les besoins en matière de description de procédures des services et des professionnels. Mais la modélisation peut apporter d’autres bénéfices : évaluer les écarts entre une pratique donnée et les bonnes pratiques reconnues par la communauté professionnelle, pérenniser les savoir-faire, soutenir la qualité intrinsèque des classements, partager une culture et valoriser l’activité des services vis à vis de la hiérarchie ou des partenaires. Ainsi 17 opérations différentes, successives ou concomitantes, ont été identifiées pour le classement d’un fonds d’archives définitives. Leur description permet de rendre visible des compétences spécifiques du métier d’archiviste.