Un centre de documentation en sciences humaines. Le cas de la Maison des Sciences humaines (MSH) d’Angers

D’octobre 2011 à février 2012, Naïma Bouabidi, Marion Brangeon, Margot Charon, Claire Cotard, Ségolène Cuerq, Margot Georges, Charline Revardeau, Justine Wallet (master Histoire et Métiers des archives, option Gestion des services) ont été amenées à réfléchir sur la définition d’un périmètre et de contenus pour le centre de documentation de la MSH d’Angers[1].

La recherche en SHS à Angers : de l’éparpillement à la fédération

La MSH d’Angers. Droits réservés.

La MSH d’Angers est, en octobre 2011, une plate-forme technique de structuration et de valorisation de la recherche en Lettres, Langues et Sciences Humaines. Elle est au service de six laboratoires et de groupes transversaux couvrant les domaines suivants : psychologie, langues, lettres, géographie, histoire. Deux de ces laboratoires sont des UMR et plusieurs sont multi-sites. Outre la plateforme technique MSH, le programme MSH-Confluences dirigée par Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine, développe trois axes de recherche et fédère les enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants du site. En cours de projet, ce programme est devenu une structure fédérative de recherche (SFR). La MSH, de 1994, année de sa création, à 2008, était logée très à l’étroit dans un bâtiment distant rue Fleming. Son déménagement dans des locaux spécialement conçus pour elle et l’arrivée en son sein de l’UMR Eso-Carta jusque là installée dans des locaux propres, ont profondément changé la configuration, les besoins et les ambitions.

Un centre documentaire existant conçu comme la juxtaposition de collections

Dès la conception du bâtiment, un centre de documentation est intégré dans le programme. Les différents espaces – commun, individuel, pédagogique ou non – sont définis en fonction de l’enveloppe budgétaire disponible. 160 m² sont dévolus au centre de ressources. Il faut cependant noter que cet espace est pensé comme devant accueillir l’existant : de la documentation présente dans une salle commune de la rue Flemming et celle en provenance de la géographie. Aucun projet n’est associé, aucun équipement, aucune politique n’ont été envisagés et, a fortiori, il n’y pas d’enveloppe budgétaire commune[2]. Le centre est donc destiné à recevoir et à stocker des publications et de la littérature grise selon le bon vouloir des différents laboratoires hébergés dans la MSH. De fait, le centre est en réalité l’héritier de la bibliothèque du laboratoire CARTA (Centre Angevin de Recherche sur les Territoires et l’Aménagement)[3], spécialisé en géographie humaine et sociale. Les documents de cette bibliothèque constituent encore aujourd’hui l’essentiel du fonds. Le deuxième ensemble documentaire présent provient du laboratoire d’histoire. À ses débuts, en 2008, le centre continue à bénéficier des moyens provenant du laboratoire de géographie, tant financiers qu’humains. Le départ à la retraite de la documentaliste, ingénieure de recherches CNRS, et son non-remplacement, les niveaux d’implication différents des laboratoires (presque inexistants en lettres et langues), l’absence de politique documentaire et de projet commun ont laissé le centre dans un état de déshérence inquiétant, à l’heure où les espaces jugés libres attirent toutes les convoitises.

Penser un projet fédérateur

En 2008, des axes d’amélioration sont envisagés par Emmanuelle Jarry. Ceux-ci partent des besoins exprimés en documentation et en veille documentaire. Ils posent par ailleurs la question de la répartition des collections entre la bibliothèque universitaire et le centre de documentation de la MSH et celle du rattachement au service commun de documentation. En 2011, la situation s’est encore dégradée puisque le centre n’a plus de personnel propre et qu’une partie de la salle est occupée par le secrétariat d’un laboratoire.

Pour relancer le débat autour de l’existence de ce centre, il convient de tenter de proposer de pistes nouvelles de développement, à côté ou en remplacement d’acquisitions documentaires fatalement liées à des laboratoires précis, afin de satisfaire des besoins transverses. Il faut donc redéfinir le rôle et la vocation du centre de ressources documentaires de la MSH d’Angers. L’objectif fixé au groupe projet est de proposer des solutions pour que le centre de ressources documentaires de la MSH d’Angers devienne une aide à la structuration, à la diffusion et à la valorisation de la recherche en Lettres, Langues et Sciences Humaines.



[1] Elles ont pu prendre appui sur l’état des lieux et les enquêtes établis par Emmanuelle Jarry en 2008 lors de son stage de master 2 Métiers des bibliothèques.

[2] Les laboratoires versent une dotation, représentant 7% de leur budget total, à la MSH d’Angers. Cette somme permet de financer les différents services utilisés par les laboratoires, dont le centre.

[3] Désormais ESO-Angers.

Qu’est-ce que classer des archives définitives ?

Dans le cadre du projet de modélisation du classement des archives définitives, nous avons essayé de décomposer toutes les actions, d’analyser leur enchaînement et de dresser la liste des outils mobilisés.

 À partir des quatre grandes phases, à savoir « identifier le fonds », « préparer le classement », « trier et éliminer », « mettre en œuvre le classement », différentes opérations ont été identifiées. Pour des raisons de lisibilité des ordinogrammes, il a parfois été nécessaire d’extraire des sous-processus explicitement rattachés à un processus parent.

Les quatre phases ont été décomposées en 17 sous-tâches. 

 

  Phase d’identification du fonds
  • Délimiter le fonds
  • Identifier le producteur
  • Collecter des informations sur le producteur
  • Attribuer au fonds sa place dans le plan de répartition des fonds du service

 

  Phase de préparation du classement
  • Récoler 
  • Identifier les ensembles de documents
  • Créer et mettre à jour un journal de classement
  • Identifier les documents manquants
  • Rechercher les documents manquants
  • Élaborer un plan de classement

 

  Phase de tris et éliminations
  • Trier un fonds d’archives
  • Vérifier la lisibilité du support
  • Valider l’élimination
  • Échantillonner

 

  Phase  de mise en œuvre du classement
  • Mettre en ordre matériellement un fonds
  • Constituer un article
  • Coter les articles

À titre de comparaison, les Archives nationales du Québec dans leur manuel Normes et procédures archivistiques[1] proposent, dans le chapitre C intitulé La classification d’archives[2] le cheminement suivant[3] :

  • Section 1 – L’application du principe de respect des fonds
  • Section 2 – Le plan général de classification des Archives nationales du Québec
  • Section 3 – L’élaboration du plan de classification spécifique d’un fonds ou d’une collection
  • Section 4 – La cotation des unités de description
  • Section 5 – La numérotation des unités de rangement
  • Section 6 – La numérotation des chemises de classement

 

Contexte du projet et bilan : ici.


[1] 6e édition revue et augmentée, Québec, Les publications du Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 1996, 191 p.

[2] Auteurs de ce chapitre : Jean-Pierre Therrien, Jacques Ducharme, Louis Garon, Gilles Héon, Gilles Durand, Normand Charbonneau.

[3] La question du tri est traitée dans un autre chapitre.

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

 

Cadre d’intervention

Entre décembre 2009 et mars 2010, les étudiants du master 2 Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers ont rassemblé, encadré par l’équipe d’ALMA, des témoignages de donatrices et de collectrices de fonds d’archives féministes. L’étude cherche à éclairer les motivations et les ressorts qui conduisent au don par des entretiens avec des donateurs et des collecteurs d’archives, dans le contexte spécifique des archives féministes entre « silences de l’histoire » et déficit de conservation des traces (M. Perrot, 1998[2]) voir refus de la transmission (C. Bard, 2006[3]).  Les étudiants du master Archives de l’université d’Angers (option valorisation du patrimoine) promotion 2009-2010 ayant contribué au projet sont : Camille Bernard, Blandine Chincholle, Christèle Chevalier, Pierre-Michel David, Thibaud Deshaies, Sybille Gardelle, Maïlys Leyoudec, Gwennan Raulo, Claudia Ricou.

Le lieu de l’enquête

 

Fonds conservés au Centre des archives du féminisme. © B. Grailles

 

L’étude de cas a porté sur les dons aboutis ou non au centre des archives du féminisme (CAF). Ce centre est né dans des conditions particulières et témoigne d’une construction originale[4]. À l’origine du projet, une association Archives du féminisme qui s’est elle-même constituée pour faire face à un cas exceptionnel, celui du fonds d’archives de Cécile Brunschvicg. Cécile Brunschvig[5], secrétaire nationale puis présidente de l’Union Française pour le Suffrage des Femmes, présidente de de la section Travail du Conseil National des Femmes Françaises, directrice de l’hebdomadaire féministe La Française, fait partie des premières femmes au gouvernement, appelée par Léon Blum comme sous-secrétaire d’Etat à l’Education nationale en 1936. Son fonds d’archives comme celui de son mari le philosophe Léon Brunschvicg aujourd’hui conservé à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, est spolié en juin 1940 puis saisi  par l’Armée rouge et emporté à Moscou, disparu pendant des décennies et restitués au propriétaire légitime en 2000[6].   La famille Baruch cherche alors à rendre le fonds Cécile Brunschvicg acccessible ; elle se tourne tout naturellement  vers la seule institution de conservation clairement identifiée comme centre de ressources féministes, la bibliothèque Marguerite Durand (BMD) . Faute de place, celle-ci ne peut accueillir les 45 cartons du « fonds russe » n° 280[7].  Christine Bard, enseignante, chercheuse et féministe, initie alors l’association et trouve à Angers où elle enseigne une conjonction favorable : un lieu de recherche en histoire des femmes et du féminisme, une bibliothèque universitaire sensibilisée à la question des fonds spécialisés avec un directeur soutenant le développement d’une politique de collecte, et  une formation en archivistique capable de fournir une expertise. La collaboration est formalisée par une convention le 4 octobre 2000 renouvelée le 26 avril 2007 pour cinq ans. Le CAF est officiellement inauguré le 18 juin 2001. L’association Archives du féminisme assure le repérage des fonds. Le rythme de collecte du CAF est d’environ deux à trois fonds par an, ce qui correspond aux capacités de traitement et permet d’assurer leur mise à disposition rapide. Les fonds collectés sont de deux ordres : des fonds associatifs et des fonds personnels. Le CAF se prête bien à une étude de cas de par sa spécialisation très claire et son volume de collecte, modeste au regard d’autres institutions, mais régulier.

Les personnes interrogées

Ont été sollicitées des donatrices de fonds et des personnes qui ont été amenées à initier ou participer à des collectes de fonds d’archives. Le croisement des différents itinéraires a été interrogé pour analyser les facteurs favorables et défavorables dans l’aboutissement du don. Il s’agissait aussi de s’interroger sur l’après-don. La transaction est-elle close après l’arrivée des documents ou continue-t-elle et sous quelle(s) forme(s) ? L’objectif de représentativité du corpus était bien entendu espéré au regard des personnes mais aussi au regard des documents confiés. Sept entretiens au final ont été menés.

Outils élaborés

Un module de présentation, conçu avec la chaîne éditoriale Opale et en xml  avec l’aide méthodologique du STIC et de Thomas Desserey, est proposé ici dans une version html. Vous y trouverez une présentation détaillée du projet, ainsi que tous les outils méthodologiques (guides d’entretien, contrat de communication, contrat d’abandon de droit, fiches méthodologiques). Les entretiens ont fait l’objet d’inventaires chronothématiques accessibles aussi par ce module.

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 

 

 


[1] GODBOUT (Jacques), en collaboration avec Alain CAILLÉ, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

[2] PERROT (Michelle), Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, XVI-494 p.

[3] BARD (Christine), METZ (Annie), NEVEU (Valérie), dir., Guide des sources de l’histoire du féminisme de la Révolution française à nos jours, PUR, Archives du féminisme, 2006, 442 p., p. 13.

[4] GRAILLES (Bénédicte), « Collecter et rendre visible les archives du féminisme : une action en réseaux », Les archives des syndicats et des mouvements sociaux, La Gazette des archives, n° 221, année 2011-1, p. 173-185, illustrations p. XVIII-XIX.

[5] Sur Cécile Brunschvig, on se reportera aux travaux et interventions de Cécile Formaglio : position de thèse de l’Ecole des chartes, intervention dans Femmes, une histoire en mouvement, 8 mars 2008,  article dans histoire@politique, n° 1, mai-juin 2007.

[6] CŒURÉ (Sophie), La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Paris, Éditions Payot & Rivages, 2007, 270 p.

[7] BARUCH (Marc-Olivier),  Archives du féminisme, n° 2, été 2001, p. 10.

Projet de recherche sur le don d’archives

Si l’acte de don est une « prestation effectuée sans garantie de retour en vue de nourrir le lien social »[1], y-a-t-il une spécificité du don appliqué aux archives ?  Que signifie pour collecteurs de fonds, donateurs et surtout donatrices cette interaction ? Qui donne ? Pourquoi donne-t-on ? Que donne-t-on ?

‘I wanna hold your hand’ par Josep Ma. Rosell

Nous avons tenté de fournir un premier éclairage sur cette question, en interrogeant un type particulier d’archives, celles issues d’une activité militante. À travers l’étude d’un cas précis, celui du Centre des Archives du féminisme, il s’agit de confirmer ou non le caractère opératoire des théories générales du don et à dégager quelques spécificités. Ces données doivent être croisées avec les modalités de collecte des fonds, la nature des initiatives – privées ou publiques -, et l’existence ou non de politiques de collecte. À partir des éléments réunis, des pistes de réflexion s’offrent à l’archiviste quant au périmètre des fonds à collecter ou sur les méthodes de collecte et de description : capter des parcours de vie, les accumuler, pour que dans leur lecture croisée se reconstruise une visibilité et tenir compte des spécificités typologiques de ces fonds que la normalisation de l’évaluation et de la description archivistiques tend à banaliser voire à dévaloriser. Au-delà, ce projet doit permettre tout à la fois de confirmer l’intérêt de politiques spécifiques de collecte en archives mais aussi d’améliorer et de mieux documenter l’instant de la collecte en vue du traitement et de l’exploitation ultérieurs.

 

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 


[1] Godbout (Jacques), en collaboration avec Alain Caillé, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

Classement et records management

 

Contexte et contributeurs

Ce projet de modélisation prend la suite de celui qui a été mené en 2009-2010 sur les archives définitives. Cette fois-ci, il s’agissait d’appréhender la notion de classement versus Records management. Il a été mené en collaboration et avec le soutien de la Commission Records Management (CRM) de l’Association des archivistes français (AAF)  toute nouvellement créée en 2011  et animée par Sylvie Dessolin-Baumann, responsable du centre national des archives de l’association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA). Ont contribué les étudiants de l’option Records management du master Métiers des archives de l’université d’Angers, promotion 2010-2011 : Florimont Carton, Marion Lacour, Sylvain Louvet, Marc Scaglione, Raphaël Vaudaux. Ils ont bénéficié de l’aide bienveillante de professionnels : Aurélien Conraux, chef de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives à la Bibliothèque nationale de France ; Sylvie Dessolin-Baumann déjà citée ; Delphine Fournier archiviste au sein du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies renouvelables (CEA) ; Damien Hamard, chargé de mission archives à l’Université d’Angers ; Arnaud Jules, Records Manager du groupe France Telecom ; Anne-Élyse Lebourgeois, conservateur du patrimoine au Ministère de la Défense, centre des archives du personnel et de l’armement à Châtellerault ; Anne-Sophie Maure, chargée d’études documentaires au ministère des Affaires étrangères et européennes. Le projet devait aboutir à un manuel décrivant les procédures dans lesquelles s’opéraient une classification, notamment l’élaboration des plan de classement ou de classification, système d’identification, indexation.

Méthodologie

La méthodologie suivie a été la même que pour le manuel de classement des archives historiques : revue bibliographique et cybérographique, recueil d’expériences par une enquête écrite complétée par des entretiens oraux, analyses des données et élaboration de procédures, soumission à un groupe test, corrections. Sur un plan pratique, nous avons utilisé un logiciel d’un éditeur connu qui permet de créer des diagrammes et schémas de processus dynamiques et qui présente l’avantage de proposer une version gratuite pour les étudiants.

Périmètre

Il a été décidé de se concentrer sur la phase préalable, celle de la conception d’un système de Records management, tout en intégrant les actions relatives à l’amélioration continue du système. Nous nous sommes intéressés aux opérations liées à l’élaboration d’un plan de classement de type RM (ou plan de classification, en rose), à la création d’un système de nommage et d’identification (en bleu), aux contrôles et processus correctifs (en jaune). 11 processus sur 16 ont fait l’objet d’une analyse (en gris, tâches non décrites par un ordinogramme).

Shéma des opérations de classement en Records Management

 

[télécharger l’image en pdf, cerhio_bg_process_classement_rm_2011]

Un projet voué à l’échec ?

Les difficultés ont été nombreuses et témoignent de fait des débats qui agitent les milieux professionnels sur la question du Records management  : ambigüité de définition et périmètre des Records ; existence d’une tradition de pré-archivage spécifique en France ; appréhension variable des outils du RM ; difficultés à s’accorder sur une terminologie commune et méfiance envers la terminologie internationale. Le terme de « classe » a par exemple posé problème et n’a pas suscité d’adhésion. L’objectif du projet était de modéliser les bonnes pratiques. Il a inversement démontré que le consensus professionnel n’était pas abouti sur la question. La phase d’enquête et de test a fait apparaître des injonctions contradictoires qui ont rendu la modélisation contestable. Un autre problème a surgi qui a amené à restreindre le périmètre de départ, celui de la nécessaire distinction entre la conception du système et la mise en œuvre opérationnelle.

 

Mais de possibles rebondissements

Ce projet, dont nous avons  évoqué les limites, est à concevoir comme une première étape dans la modélisation du RM. Il a été présenté lors de la réunion de la commission Records management de l’AAF le 9 décembre 2011 à Issy-les-Moulineaux (programme [en ligne], consulté le 20 mars 2011). Un groupe de travail spécifique « modélisation, procédures, partage » devra conduire un enquête auprès des membres et mener à bien un nouveau recueil d’expériences. Cette collecte, qui a un objectif plus large que la modélisation du classement puisqu’elle entend s’intéresser à l’ensemble du système RM, permettra de reprendre, avec des données complétées, cette question.

Les raisons classificatoires – Programme du séminaire ALMA 2011-2012

 

Séance 1 : jeudi 20 octobre 2011 de 10h00 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Olivier Mattéoni (université de Paris I-Panthéon-Sorbonne) : « Les archives des chambres des comptes médiévales, classements et inventaires anciens ».

 Séance 2 : jeudi 15 décembre 2011 de 10h00 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Olivier Le Deuff (université de Bordeaux III) : « Web et logiques classificatoires ».  

 Séance 3 : jeudi 26 janvier 2012 de 10h00 à 12h00 en salle D038 (bâtiment de l’UFR)

 Damien Hamard (université d’Angers) : « 998… 999… 1 000 adhérents : l’Association des archivistes française en 2000 »

 Séance 4 : jeudi 16 février 2012 de 10h30 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Travaux d’étudiants : Marion Brangeon (Les expositions d’archives : un défi pour créer des liens entre visiteurs et organisateurs. Les expositions du service des archives municipales d’Angers, 1985-2010) ; Cécile Delaunay (Le sort des archives administratives d’Ancien Régime pendant la Révolution. Le cas des archives aujourd’hui conservées aux archives départementales de Loire-Atlantique, 1790-an VIII) ; Margot Georges (Les chercheurs en laboratoire et leurs archives, étude d’une représentation des archives. Le cas du laboratoire de pathologie de la Station nationale d’essai des semences, 1993-2011) ; Aude Pouce (L’archiviste dans la seconde moitié du XIXe siècle : un professionnel des archives, un érudit et un notable. L’exemple de Charles (1852-1894) et Louis Loizeau de Grandmaison (1894-1906) en Indre-et-Loire).

Archives, livres, manuscrits et autres supports de l'information