Archives par mot-clé : AEDAA

Archives et démocratie à l’ère du numérique : nouveaux enjeux, nouvelles responsabilités pour les archivistes

 

XIIIe journée d’archivistique d’Angers
6 février 2015

Archives et démocratie à l’ère du numérique : nouveaux enjeux, nouvelles responsabilités pour les archivistes

Programme

9h30 : Ouverture de la journée par Didier Boisson, doyen de l’UFR des Lettres, Langues et Sciences humaines, et Anaël Roinard, président de l’Association des étudiants et diplômés d’archivistique d’Angers (AEDAA). affiche2015

9h45 : Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers : « Archives,citoyenneté et numérique »

Gestion des archives, gouvernance et démocratie

Présidence Yves Denéchère, professeur en histoire contemporaine, directeur de l’école doctorale Sociétés, cultures, échanges

10h00 Charly Jollivet, doctorant et ATER en archivistique (université d’Angers), « Archives, gouvernance et démocratie dans les pays du sud-ouest de l’océan Indien : le cas des Comores »

10h20 Éléonore Alquier, chef de la mission des Archives de France près le ministère des Affaires sociales et de la Santé, « La boîte à outils « un bon archivage pour une bonne gouvernance » du Conseil international des archives : un outil de construction et de consolidation de la fonction archives »

10h40 Geertrui Elaut, Archives de l’État de Belgique, « L’exposition virtuelle « Archives et Démocratie » aux Archives de l’État en Belgique : la sensibilisation du citoyen commence par l’enseignement »

11h00 Débats

11h20 Pause

L’archiviste, l’information publique, les données personnelles

Présidence Éric Pierre, maître de conférences en histoire contemporaine

11h40 Cyril Longin, directeur des archives municipales de Saint-Étienne, « Open data : l’archiviste gouverneur des données ? »

12h00 Marina Marchal, responsable des archives de la Cité des mémoires étudiantes, « Open data et citoyenneté universitaire/étudiante »

12h00 Débats

14h30 Catherine Bernard, directrice-adjointe des archives municipales de Toulouse : « Les archives en open data, une certaine idée du service public ? »

14h50 Enquête des étudiants du Master 2 « Métiers des archives » : « Vie privée et identité numérique chez les étudiants aux métiers des archives, des bibliothèques, et de la documentation »

15h10 Débats

15h30 Pause

Positionnements professionnels, enjeux sociétaux

Présidence Valérie Neveu, maître de conférences en bibliothéconomie

15h50 Clément Mabi, docteur en Sciences de l’information et de la communication, « L’Open Data : entre enjeux citoyens et impératifs économiques »

16h10 : Jean-Philippe Legois, directeur des archives municipales de Sevran, président de la Cité des mémoires étudiantes : « Les archivistes et les données à caractère personnel (#EUdataP) : se mobiliser, se faire comprendre, faire comprendre son rôle, se faire entendre ? Un malentendu ? »

16h30 : Corinne Bouchoux, sénatrice de Maine-et-Loire membre de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), « Que peut faire le législateur ? »

16h50 Débats

17h10 Conclusions par Florence Alibert, maître de conférence en humanités numériques

17h30 Fin de la journée

18h45 Visite de l’exposition Camille Lepage, photojournaliste (Centre culturel Georges-Brassens, Espace culturel Georges-Brassens, allée Georges-Brassens, 49240 Avrillé)

Inscriptions en ligne : je2015angers.wordpress.com/

Twitter : jearchives2015 #jearchives2015

Blog : je2015angers.wordpress.com/

Courriel : journee.detude.2015@gmail.com

Les expositions d’archives et leurs publics. Bilan, mutations, prospectives (journée d’étude du 15 février 2013)

En partenariat avec l’AEDAA (Association des étudiants et diplômés en archivistique d’Angers) et le CERHIO (Centre d’études et de recherches historique de l’Ouest), les étudiants de master 2 Métiers des Archives organisent une journée d’étude sur la question des expositions d’archives et de leurs publics.

 

9 h 30 – Ouverture de la journée d’étude

Allocutions de Didier Boisson, directeur de l’UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines et d’Anaël Roinard, président de l’AEDAA (Association des
étudiants et diplômés en archivistique d’Angers).

9 h 45 – Introduction La place des expositions d’archives aux Archives de Maine-et-Loire (1980-2002)  par Elisabeth Verry, conservatrice générale du patrimoine, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire.

Thème 1 – Connaître les publics des expositions d’archives et de documents écrits

10 h 00 – Les publics des expositions d’archives : essai d’approche quantitative et qualitative par Brigitte Guigueno, conservateur en chef chargé de la politique des publics, Service Interministériel des Archives de France.

10 h 20 – Les publics des expositions d’archives aux Archives nationales par Solène Richard, responsable de la politique de développement des publics, Archives nationales.

10 h 40 – Les publics des expositions des archives départementales de Maine-et-Loire par les étudiants du M2 Métiers des archives (Hugues Brochet, Maxime Cormier, Guillaume Coupevent, Côme de Guérines, Nicolas Massard, Lucie Perrault, Camille Ruchaud, Benjamin Rullier, Océane Valencia).

11 h 00 – Débat

11 h 20 – Pause

Thème 2  – Concevoir une offre d’exposition : des offres diversifiées et élaborées au service du public

11 h 40 – Scénographier le document écrit : l’exemple des archives départementales de Maine-et-Loire par Raphaël Aubrun, architecte-scénographe indépendant.

12 h 00 – Expositions d’archives, nouvelles pratiques culturelles et nouveaux publics par Mourad Laangry, responsable des expositions, archives municipales de Lyon.

12 h 20 – Repas

14 h 00 – Les sites multimédias des Commémorations nationales et les documents d’archives par Jean-Baptiste Auzel, conservateur en chef du patrimoine, délégué adjoint aux Commémorations nationales, Service interministériel des Archives de France.

14 h 20 – Expositions pluridisciplinaires : la place du document. L’exemple de l’exposition ‘‘1917’’ au Centre Pompidou-Metz par Claire Garnier, chargée de mission, Centre Pompidou-Metz.

14 h 40 – Débat

15 h 00 – Pause

Thème 3 – Analyser les comportements des publics

15 h 20 – Les archives mises en exposition par Sophie Mariani-Rousset, maître de conférences en psychologie, Université de Franche-Comté.

15 h 40 – L’écrit dans l’exposition. Formes et réceptions par Florence Andreacola, doctorante, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse.

16 h 00 – Entre capteurs et Eye tracking, une approche innovante des publics de musée : présentation de l’équipement d’excellence Matrice par Denis Peschanski, directeur de recherche au CNRS, responsable scientifique du programme Matrice et Yves Burnod, directeur de recherche à l’INSERM, responsable neurosciences du programme Matrice.

16 h 20 – Débat

16 h 40 – Conclusions, Patrice Marcilloux, maître de conférences en archivistique HDR, Université d’Angers.

 

18 h 00 – Visite commentée de l’exposition « Too Web or Not to Web », Xe triennale internationale des mini-textiles, Musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine.

 

Pour télécharger le dépliant et  vous inscrire : Dépliant et bulletin d’inscription.

Le blog des étudiants est ici.  Le live-tweet est ici.

Nos partenaires :

À l’écoute des publics des archives : leurs identités, leurs attentes, nos réponses (journée d’étude du 9 mars 2007)

Présentation

L’organisation par l’Association des archivistes français en 1998 d’un colloque intitulé Les archives au service du public : quelles offres pour quelles attentes ? (actes publiés dans La Gazette des archives en 1999) était révélatrice d’une réflexion renouvelée de la profession sur les utilisateurs des services d’archives. Peu de temps après, la direction des Archives de France publiait, avec l’aide du département des études et de la prospective du ministère de la Culture, deux grandes enquêtes sur les publics des archives communales et départementales (en 2001), ainsi que nationales (en 2003) qui, pour la première fois, donnaient un fondement statistique solide à la connaissance de nos publics.

Cet intérêt nouveau signe une prise de conscience de la part des professionnels. Il marque aussi, sans doute, les interrogations d’une profession qui hésite parfois dans ses choix stratégiques.

Le débat n’est donc pas clos et le sujet mérite d’être encore approfondi. La journée du 9 mars 2007 entend y contribuer en se plaçant résolument du côté de la demande et non de l’offre : il ne s’agit pas ici de collectionner les expériences ou les explorations, si intéressantes soient-elles, d’approches originales des relations avec les usagers, mais bien de partir d’une analyse quantitative et qualitative des publics, pour envisager la possibilité et/ou la nécessité de nouvelles offres. Trois questionnements principaux structurent la journée :

 Quelle est l’identité de ces publics : qui sont-ils ?

 Quelles sont leurs attentes : pourquoi viennent-ils aux archives et qu’espèrent-ils y trouver ?

 Quelles réponses pouvons-nous et devons-nous leur apporter ? Faut-il suivre le modèle des autres services culturels (bibliothèques et musées) ?

La journée d’étude a été publiée en 2009 (ici).

La numérisation : rupture ou renouvellement des pratiques du patrimoine ? (journée d’étude du 13 février 2009)

PROGRAMME

 

9h30 : Ouverture de la journée par Didier Le Gall, doyen de la faculté des Lettres, langues et sciences humaines de l’université d’Angers et Mathilde Armand, présidente de l’AEDAA.

9h45 : Introduction par Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences à l’université d’Angers.

10h00 : Préambule technique : les enseignements de la pratique par Christian Chabrier, directeur d’Arkhênum.

 

Publics et usages

10h35 : Le site Mémoire des hommes par Laurent Veyssière, direction du patrimoine, de la mémoire et des archives du ministère de la Défense.

10h5511h15 : Pause

11h15 : La numérisation du mobilier du Petit Trianon (Grand Versailles numérique) par Bertrand Rondot, musée national et domaine national de Versailles.

11h35 : Entre croyances et généalogie, les projets des Mormons par Jean-Pierre Massela, Église de Jésus Christ des saints des derniers jours.

11h55 : Discussion

Des pratiques professionnelles en adaptation

14h00 : Les usages du site des archives départementales de Maine-et-Loire, présentation par les étudiants du M2 Histoire et métiers des archives d’Angers.

14h20 : Le rôle d’une collectivité régionale dans un programme de valorisation du patrimoine : le Conseil régional d’Aquitaine et la Banque numérique du Savoir d’Aquitaine par Elise Dudézert, direction de la culture du conseil régional d’Aquitaine.

14h40 : La coopération entre bibliothèques et services d’archives pour la numérisation et la mise en ligne des collections de presse ancienne par Thierry Claerr, direction du livre et de la lecture au ministère de la Culture et Jean-François Moufflet, direction des archives de France-DITN, ministère de la Culture.

15h0015h15 : Discussion

15h1515h45 : Pause

15h45 : La numérisation des fonds photographiques de la ville de Paris par Stéphane Chantalat, bureau des musées de la ville de Paris.

16h05 : La numérisation d’archives dans les relations internationales aujourd’hui par Christine Martinez, direction des Archives de France.

16h25 : Discussion

16h40 : Conclusions par Patrice Marcilloux, maître de conférences à l’université d’Angers.

17h30 : Visite de la collégiale Saint-Martin.

 

Un rapide compte rendu de l’enquête mené par les étudiants sous la direction de Patrice Marcilloux est publié sur le site des archives départementales de Maine-et-Loire (ici).

La fonction archive et les organisations : entre coopération et stratégies d’intégration (journée d’étude du 14 mars 2008)

Présentation et programme 

Chaque organisme a des besoins en archives conduisant à une confrontation d’offres et de demandes. Les archivistes doivent s’efforcer d’appliquer les règlements et pratiques professionnelles en vigueur tout en s’adaptant aux exigences des organismes. N’y a-t-il pas lieu de constater les limites de la position traditionnelle des archivistes qui consiste à édicter des règles et des normes ? Comment les besoins des organisations influencent-ils le travail et la place de l’archiviste ? Comment s’expriment ces besoins ? L’influence est-elle positive ou dangereuse ?

 

Ouverture protocolaire :

9h30

–          M. Didier LE GALL, doyen de la faculté des lettres, langues et sciences humaines de l’université d’Angers.

–          Mme Mathilde ARMAND, présidente de l’association des étudiants et diplômés en archivistique d’Angers.

Introduction :

9h45

–          Mme Bénédicte GRAILLES – Maîtresse de conférences et responsable de la filière archives à l’université d’Angers.

Thème 1 : L’efficacité du travail de l’archiviste dans un monde normalisé

Sous la présidence de M. Yves DENÉCHÈRE,

agrégé d’histoire et maître de conférences à l’université d’Angers.

10h00

1-    M. Pascal EVEN – Responsable du département de la politique archivistique et de la coordination interministérielle à la direction des archives de France.

« La collecte des archives à l’épreuve des changements administratifs et électroniques » 

10h20

2-    M. Henri ZUBER – Conservateur du patrimoine, responsable du service des archives et de la documentation de la SNCF.

– « Construction d’un business case : le projet « nouvelle politique d’archivage » de la SNCF 

 10h40

3-    M. Sébastien STUDER – Conservateur du patrimoine, adjoint au chef du bureau de la politique des archives et des bibliothèques à la direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives, ministère de la Défense

« Le plan de modernisation des archives de la Défense »

11h00                                            Discussion

11h20-11h40                                    Pause

Thème 2 : L’expression des besoins : l’apport des théories managériales

Sous la présidence de M. Philippe HAUDRÈRE,

agrégé d’histoire, docteur d’Etat,  et professeur à l’université d’Angers et membre de l’Académie de Marine.

11h40

1-    Mme Carole Le Rendu-Lizée – Université d’Angers. Laboratoire Angevin de Recherche en Gestion des Organisations (LARGO).

– « L’apport de la sociologie des organisations »

12h00

2-    Mme Marie-Dominique Lucas – Consultante en qualité au sein de la Direction de la prospective et de la modernisation, Conseil général de Maine et Loire.

– « La norme ISO 9001 et la gestion de la documentation »

12h30-14h00                        Pause déjeuner

14h00

3-    M. Franck Vieillefon – Responsable du traitement documentaire au sein de la société Eséis (Groupe Elyo)

– « Couverture du risque par la gestion de l’information : une stratégie d’entreprise »

14h20

4-    M. Jean-Marc BLANCHERIE – Fondateur et directeur d’I-KM, Intelligence Knowledge Management

– « Le knowledge management et la capitalisation de l’information et de la connaissance »

14h40-15h00                             Discussion


 

Thème 3 : L’évolution du métier d’archiviste : vers de nouveaux modèles ?

Sous la présidence de M. JeanMichel MATZ,

maître de conférences d’histoire médiévale à l’université d’Angers.

15h00

Introduction : « Les nouvelles exigences du marché de l’emploi », par les étudiants du master 2 professionnel, archives et réseaux documentaires de l’université d’Angers.

15h15

1-    M. Pierre-André MARTIN et Mme Agnès DEJOB respectivement, Directeur des Systèmes d’information et de l’innovation numérique (DS2IN) et responsable du Pôle Archives, Conseil régional des Pays de la Loire.

« La place des archives parmi les systèmes d’information »

15h35-16h00                                   Pause

16h00

2-    Mme Mathilde ARMAND – Coordinateur de la gestion documentaire et de l’archivage au sein de la société Snecma (Groupe Safran).

– « L’archiviste et le records management : de la théorie à la pratique, un retour d’expériences »

16h20

3-    Mme Clarisse HOLIK – Responsable du centre de formation de l’Association des Archivistes Français (AAF).

– « Le centre de formation des archivistes, hasard ou nécessité ? » 

16h40                                            Discussion

Conclusion :

17h00

M. Patrice MARCILLOUX, maître de conférences à l’Université d’Angers.

Le blog des étudiants est ici.

Archives : matérialités en question (journée d’étude du 10 février 2012)

Comment repenser la matérialité des archives et ses enjeux dans un contexte de diversification des supports ?

 

         Depuis la fin du XXe siècle, nous assistons à une évolution des formes des archives et, avec le passage au numérique, de nouveaux supports sont apparus. La dématérialisation est devenue une pratique de plus en plus fréquente. Ce contexte a provoqué une reformulation de la définition légale des archives : selon la loi du 3 janvier 1979, celles-ci étaient l’ensemble des documents quel que fût « leur support matériel ».

         Mais la loi du 15 juillet 2008 a retiré toute référence à la matérialité. Pour autant cette dernière ne demeure-t-elle pas une dimension difficilement dépassable et l’effacement de la matérialité est-il même si unanimement souhaité qu’on le dit généralement ?

     Quels éléments de réponse nous apportent des sciences proches de l’archivistique comme les sciences de l’information ou les sciences humaines en général ?

     Que sait-on des mécanismes d’adaptation et des changements d’attitudes des professionnels et des publics ?

     Certains regards sur les archives, celui des artistes notamment, ne viennent-ils pas paradoxalement célébrer la matérialité des archives au moment où elle se relativise ?

 Programme

 9h15    Échange d’une convention de partenariat entre Didier Le Gall, doyen de la faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines, et Ousmane Mbaye, responsable du pôle Patrimoine documentaire d’EDF (EDF archives/reprographie).

Signature de la convention par Didier Le Gall (Université d’Angers) et Ousmane M’Baye (EDF)

9h30    Ouverture de la journée, Didier Le Gall, doyen de la faculté de Lettres, Langues et Sciences humaines de l’université d’Angers, et Anne Lafon, présidente de l’Association des étudiants et diplômés d’archivistique d’Angers.

9h45    Introduction de la journée, Damien Hamard, archiviste de l’université d’Angers.

 

 I. La matérialité, regards disciplinaires

Sous la présidence de Didier Boisson, professeur des universités en histoire moderne.

 10h05    « Numérique et matérialité : le rôle du support dans le fonctionnement de l’archive », Bruno Bachimont, directeur à la recherche de l’université de technologie de Compiègne.

 10h25     « De quelques aspects juridiques du support », Michèle Battisti, responsable de la veille juridique pour l’Association des professionnels de l’information et de la documentation.

 10h45    « La matérialité des objets d’affection : souvenirs, médiathèques domestiques et patrimonialisations », Véronique Dassié, chercheur associée au laboratoire CITERES (Tours). 

 11h05    Débat

 11h20    Pause 

 

II. Supports, pratiques professionnelles et publics

 Sous la présidence de Jean-Michel Matz, professeur des universités en histoire du Moyen Âge.

11h40    « La dématérialisation de la collecte : vers l’effacement de la matérialité de l’archive ? », Céline Guyon, responsable de la politique de gestion des documents électroniques et des archives au conseil général de l’Aube. 

 12h00    « Du généalogiste au généanaute : des pratiques renouvelées ? », étudiants du M2 professionnel Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers.

 12h20    Pause déjeuner 

14h00    « Les bibliothèques à l’épreuve de la dématérialisation », Claude Poissenot, enseignant-chercheur au département Info-Com de l’IUT Nancy-Charlemagne.

14h20    « Quels repères pour la lecture numérique ? », Claire Belisle, ingénieure de recherche CNRS.       

14h40    Débat 

 

III. Quand l’art parle d’archives 

Sous la présidence d’Yves Denéchère, professeur des universités en histoire contemporaine.

15h00   « Matières confondues », Béatrice Corfmat-Moulun, enseignante en arts plastiques au collège et lycée David d’Angers.   

15h20   « Archives de l’art, art de l’archive : coudoiements et rencontres en matérialité», Patrice Marcilloux, maître de conférences en archivistique à l’université d’Angers. 

15h40    Pause    

16h00    « Archives et pratiques contemporaines », Sylvie Mokhtari, responsable de la revue Critique d’Art, éditée par les Archives de la critique d’art. 

16h20    Débat 

16h40    Conclusion, Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers.

 

17h00     Fin de la journée d’étude

 

18h30    Découverte des œuvres de Béatrice Corfmat-Moulun dans son atelier, au 14, rue Roger de la Grandière à Angers (sur inscription).

Le blog des étudiants est ici. Le live-tweet est archivé par l’AEDAA.