Archives par mot-clé : Archives audiovisuelles

Logiques identitaires – Journée d’étude FabriNum du 10 avril 2015

FabriNum – La fabrique des corpus numérisés

Logiques identitaires

Vendredi 10 avril 2015 de 14h30 à 17h15

Maison des Sciences humaines

Amphi Germaine-Tillion

5bis boulevard Lavoisier, 49045 Angers

PROGRAMME

Coordination : VALÉRIE NEVEU, maître de conférences en bibliothéconomie et VÉRONIQUE SARRAZIN, maître de conférences d’histoire moderne Affiche de la journée d'étude FabriNum : logiques identitaires

14h30-15h00 Le conservatoire numérique : un instrument de communication institutionnelle ?, EMMANUELLE MINAULT-RICHOMME, directeur adjoint du Service commun de documentation du CNAM, responsable du pôle patrimoine et de la bibliothèque numérique le CNUM.

15h00-15h30 Télé Millevaches : 28 ans d’archives, histoire d’un territoire et de ses habitants. Sauvegarde d’un fonds audiovisuel et création d’un patrimoine, HÉLÉNE CHAUDEAU, chargée de diffusion et de valorisation des archives à TéléMillevaches.

15h30-15h45 Pause café

15h45-16h15 Voir le monde comme les Granvelle : Bisontins, urbains, cultivés, PIERRE-EMMANUEL GUILLERAY, responsable de la numérisation, Bibliothèque municipale de Besançon.

16h15-16h45 Archives audiovisuelles et patrimoine culturel immatériel : de la collecte à la valorisation, NOLWENN BLANCHARD, chargée de l’audiovisuel et des ressources sur le patrimoine culturel immatériel, Centre français du patrimoine culturel immatériel, Maison des cultures du monde.

16h45-17h15 Pistes de recherche

[Dépliant]

 

Le portail « Sauvegarde de la parole sarthoise » : un exemple de collaboration par Franck Pohu

Par Marion Ferrer et Marine Gaudin

Franck Pohu est responsable d’archivage et de valorisation audiovisuelle au sein de la radio associative Fréquence Sillé depuis 1999. Il porte le programme « Sauvegarde de la parole sarthoise » depuis 2003.

Ce programme a débuté en 2003 à la suite de la prise de conscience au sein de Fréquence Sillé, la radio du Pays de la Haute Sarthe, de la richesse du patrimoine immatériel du département de la Sarthe. La radio avait la réelle volonté d’associer dans ce travail des institutions, des associations et des chercheurs afin de mener ce projet. Ainsi, une équipe variée s’est mise en place, chaque membre ayant des compétences précises. S’y retrouvent des historiens, sociologues, anthropologues ou ethnologues, des associations, des artistes locaux, des passionnés du son mais aussi les archives départementales de la Sarthe qui ont un rôle central car elles reçoivent tous les documents sonores, mettent à disposition une plate-forme technique et peuvent accueillir des dons ou dépôts d’archives papier complémentaires. Fréquence Sillé et le conseil général de la Sarthe ont d’ailleurs organisé leurs apports respectifs dans une convention.

Cette activité collaborative a permis de mettre en place un programme solide en termes d’archivage (collecte, indexation, classement) mais aussi de transmission, avec notamment la création, en 2009, d’un site Internet. Par ce programme, la Sarthe est devenue le premier département français à proposer par Internet des documents audiovisuels à caractère patrimonial1. Au fil du temps, de nouveaux partenaires très différents se sont greffés, chacun partageant son expérience au profit des autres. Chaque projet permet d’ailleurs de mettre en place ou de réactiver des relais. 

« Sauvegarde la parole sarthoise » cherche à collecter, à exploiter et archiver l’ensemble du patrimoine immatériel de la Sarthe (musiques, danses, chansons, coutumes et traditions, etc). Les thèmes de collecte se décident d’un accord commun entre les partenaires. Au terme des collectes, les documents sonores sont conservés aux Archives départementales de la Sarthe et sont accessibles gratuitement sur le site Internet. sauvegarde_parole_sarthoise_20140224Chaque enregistrement sonore est accompagné d’informations de description (l’interprète, la durée, le titre, le sujet, les dates et lieux d’enregistrement, des ressources complémentaires). Selon Franck Pohu, cette technique de présentation garantit un côté convivial au lecteur. Ces contextualisations sont réalisées non pas par les internautes mais par des professionnels dans un souci de présenter un haut degré de fiabilité. De plus, chaque enregistrement fait l’objet d’une indexation (outil d’indexation fullweb) et d’un découpage chrono-thématique. Ainsi, l’enregistrement est fractionné en séquences donnant la description du contenu du son entre deux marqueurs temporels (utilisation du logiciel transcriber). Le tout est entreposé selon le protocole OAI-PMH, assurant l’interopérabilité.

En 2013, le site Internet a compté 25 000 visites pour un total de 500 h d’enregistrement, le nombre de visiteurs ne cessant de s’accroître. La réussite du portail se mesure aussi à la forte adhésion des partenaires (partenariat avec INA Ouest dernièrement). Le site est néanmoins vieillissant et il mériterait d’être repensé avec les évolutions techniques actuelles.

L’expertise acquise est reconnue. Franck Pohu a ainsi assuré l’animation de formation à la collecte de témoignages mais aussi à l’indexation pour des radios associatives en France et en Europe.

 _________________________________

1. Pour une mise en perspective régionale, Bénédicte Grailles, Patrice, Marcilloux, « Créer un patrimoine : la collecte de sons, d’images et de paroles », Les nouveaux patrimoines en Pays de la Loire, Presses universitaires de Rennes, coll. Art et société, Rennes, 2013, p. 631-644.

 

Partager ses archives familiales : l’exemple de la plate-forme www.notrehistoire.ch

Claude Zurcher, responsable éditorial du site www.notrehistoire.ch, a présenté le 15 novembre 2013, dans le cadre du séminaire ALMA, cette expérience originale de plate-forme fondée sur l’intervention de contributeurs amateurs autour des archives, principalement des archives audiovisuelles et photographiques. En 2005, un grand programme de numérisation des archives de la radio-télévision suisse romande (RTS) est lancé. La fondation pour la sauvegarde du patrimoine audiovisuel de la radio-télévision suisse ou FONSART, est créée pour financer la restauration des fonds. Dans un premier temps, un site est ouvert pour diffuser les archives numérisées de la RTS (www.rts.ch/archives). En 2009, un second site, www.notrehistoire.ch, est lancé. Cette plate-forme permet au public d’adopter une démarche participative. Sa caractéristique est de recueillir des images numérisées fixes ou animées, en provenance des fonds et albums familiaux, dans un cadre éditorial qui leur confère une valeur ajoutée.

notrehistoire_ch_20131117
Page d’accueil de notrehistoire.ch le 17 novembre 2013

Le site notrehistoire.ch reçoit 1000 visiteurs journellement, localisés dans 160 pays1. 8000 documents sont déposés tous les ans. 2400 personnes sont inscrites et constituent le réservoir des déposants et le réseau social. 10 % d’entre eux sont actifs quotidiennement. 17 institutions sont présentes et de nombreuses associations se sont saisies de cet outil. Le principe d’utilisation, très simple, est le téléchargement d’images préalablement scannées par les utilisateurs, la saisie de métadonnées grâce à un formulaire et la géolocalisation. Cette fonctionnalité a permis de développer une application mobile qui propose des visites éditorialisées et augmentées : l’utilisateur peut consulter les archives liées à un endroit en activant l’application ; il peut également suivre des parcours ou balades illustrés par des archives.

L’originalité du site est dans le croisement entre fonds institutionnels et fonds de famille, dans le tissage d’un réseau social unique et dans le cadrage éditorial. L’idée est aussi d’apporter une nouvelle approche de la connaissance par les archives pour la construction d’une mémoire collective dans une région – la Suisse romande – très fragmentée. Quatre thèmes, forcément en rapport avec la Suisse romande ou les Romands, ont été prédéterminés : personnalités, événements, lieux, vie quotidienne. Ces thèmes sont eux-même animés par des groupes d’intérêt. Le contributeur peut choisir de publier des documents en les rattachant ou non à un ou des groupes d’intérêt. Un modérateur veille à la qualité du contenu, apporte des conseils. L’éditorialisation du site passe par un certain nombre d’actions de mise en valeur : choix de la page d’accueil et de la mosaïque d’images qui évolue tous les jours et donne le ton du site et son ambiance, mise en avant de tel ou tel groupe d’intérêt sur l’onglet repérages mais aussi de contributions écrites, existence d’une lettre d’informations. La plate-forme, comme réseau social, permet de gérer des contacts, afin de suivre l’activité de chacun de manière choisie. Un forum est également très actif. Les fonctions de partage twitter et facebook sont proposées mais sont peu utilisées. Le site met aussi à disposition une fonction dite de privacité : les documents ne sont pas dans cette configuration publiés et visibles de tous, mais seulement ouverts aux seuls contacts invités. Cette fonction avait été pensée pour permettre aux familles par exemple de développer des espaces propres. De fait, elle est très peu utilisée.

40 000 photographies, 1 200 films, 1 100 enregistrements sonores et 850 témoignages écrits ont à ce jour été déposés. À tous ses participants, la plate-forme offre un débouché et une visibilité. La gratuité est totale puisque le financement de l’outil est assuré par la FONSART et ses partenaires. Tous les inscrits ne contribuent pas. On constate qu’il faut un temps d’appropriation avant de commencer à participer. Notrehistoire.ch ne s’est pas lancé dans des démarches actives de sollicitation ou dans des actions spécifiques comme des rencontres, des bourses aux images par exemple. Le souhait est que la démarche des contributeurs soit volontaire. Elle doit aussi être personnelle : on ne dépose que des documents dont on possède les droits. De ces caractéristiques on peut appréhender le partage des documents sur la plate-forme comme une démarche de don. Dans ce cas, quelles seraient les contreparties ?

Une partie de la réponse se trouve du côté de l’éditeur, de son attitude respectueuse et bienveillante2, de son accompagnement par une modération adaptée3, une aide à l’édition et la mise en valeur des fonds, des contributions écrites ou des groupes. L’éditeur assure une valorisation systématique. Celle-ci est d’ailleurs institutionnalisée par un événement annuel : les prix notrehistoire.ch qui récompensent le meilleur document et la meilleure édition. Un des développements futurs pourrait être le passage de l’univers virtuel à l’édition traditionnelle par la création d’une collection de livres.

Les raisons du succès de la plate-forme peut être recherchées dans plusieurs directions. On relèvera que le croisement entre sources institutionnelles et sources privées, publiées au même niveau, au sein de mêmes groupes d’intérêt, est un élément important pour les contributeurs. Les archives personnelles accèdent ainsi à une reconnaissance de leur valeur, à une forme de légitimation. On notera aussi l’importance de l’équilibre entre le respect du projet éditorial et le désir de partage. Enfin, on constatera que les contributeurs recherchent bien évidemment une valorisation de leurs archives et une visibilité de celles-ci que le site et la communauté qui gravite autour de lui leur assurent.

______________________________

1. Pour 4000 sur le site institutionnel, mais essentiellement francophones.

2. Les textes par exemple ne peuvent faire l’objet de corrections ou d’amendements que par leur propre auteur. Il n’y a pas – volontairement – de fonction de wiki.

3. Par exemple, les demandes de retrait pour des raisons éditoriales – le document mis en ligne n’a aucun rapport même lointain avec la Suisse romande – ou pour des questions de respect des droits de propriété intellectuelle ou du droit à l’image, sont toujours assorties d’explications motivées. Le modérateur ne supprime pas lui-même le document, mais le bascule en mode privé, laissant au contributeur le soin de supprimer lui-même le document.