Archives par mot-clé : Archives communautaires

L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon

MICHEL CHOMARAT L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon.

Intervention au séminaire Alma, 17 janvier 2014

Michel Chomarat, intervenant dans le séminaire en tant qu’« activiste gay », pour reprendre ses propres termes, est aussi éditeur, directeur de collections et de revues, collectionneur, spécialiste de Nostradamus. Elu écologiste du 1er arrondissement de Lyon en 1995, il a été nommé en 2002 par le maire de Lyon « chargé de mission mémoire », une activité qui l’a amené à défendre la mémoire des Lyonnais ayant vécu à la marge, des minorités sexuelles et ethniques aux SDF. Michel Chomarat a publié : À 13h30 place Vendôme (1990) ; les actes des Assises nationales Mémoire gay & lesbienne (2002-2005) ; Follement gay ! L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon (catalogue d’exposition), 2005 ; et de nombreuses études sur le livre ancien, Nostradamus et la franc-maçonnerie.

Le fonds Michel Chomarat témoigne d’une expérience unique en France, la présence dans une bibliothèque publique – la bibliothèque municipale de Lyon – d’une collection dédiée à l’homosexualité, à travers des supports variés : imprimés, iconographie, archives documentation. Le fonds, entré à la bibliothèque par convention de dépôt en 1992, est divers dans son contenu : si c’est l’importante documentation sur l’homosexualité qui a été présentée dans cette communication, il comporte aussi de nombreux ouvrages de bibliophilie, livres anciens, impressions lyonnaises et livres d’artistes. Ce fonds est en constante évolution, puisque son propriétaire continue à y intégrer des documents issus de son inlassable travail de collecte.

Le fonds Chomarat est particulièrement représentatif des problématiques liées au don qui ont été mises en évidence au cours de ce séminaire. La motivation principale du déposant est la recherche d’une reconnaissance publique et validée par une institution prestigieuse (la bibliothèque municipale de Lyon, première bibliothèque de province, en importance et en qualité des collections), pour un combat où s’entremêlent vie personnelle et militance. La constitution du fonds Chomarat est indissociable de la vie privée de son propriétaire : plusieurs événements marquants, liés tant à l’évolution de la législation sur l’homosexualité qu’à l’impact du sida à partir des années 1980, en constituent les jalons. Malgré, ou à cause, de cette dimension biographique, la collection est destinée par son déposant à la communication publique – avec quelques réserves liées à la nature de certains articles.

La notion d’archives homosexuelles, telle que l’entend M. Chomarat, suppose une forme d’ambiguïté conceptuelle, du moins par rapport à la définition habituelle des professionnels des archives et des bibliothèques. Si le fonds comporte des archives, au sens strict (collectés chez des particuliers ou des associations), il rassemble aussi beaucoup de documentation, parfois reliée au sujet par le seul regard du collectionneur : faute de sources suffisantes dans le passé, le document ancien se fait « archives » à la lumière d’une réinterprétation du matériau primitif (telle cette carte postale montrant un gradé donnant l’accolade au soldat qu’il vient de décorer).

La mission de sauvetage que revendique M. Chomarat peut s’accompagner de conflits liés à l’enjeu de la mémoire du mouvement homosexuel et de ses revendications actuelles. Un effet de concurrence mémorielle existe, face aux associations de déportés, par exemple, ou face à des centres d’archivage lesbiens réservés à un public restreint (Archives, recherches et cultures lesbiennes à Paris). La médiation assurée par M. Chomarat, qui suppose un versement préalable, dans son fonds, des documents collectés, ne répond pas toujours à la volonté des associations qui peuvent souhaiter un don direct à la bibliothèque.

À la suite du dépôt fait initialement en 1992 par Michel Chomarat, le maire de Lyon G. Collomb s’est engagé dans une démarche de soutien au développement de ce fonds, démarche relayée par la direction de la bibliothèque qui assure le traitement et la valorisation des documents. En 2005, l’action pour la reconnaissance des communautés homosexuelles s’est élargie à la création d’un centre de ressourcespointG documentaires gays et lesbiennes au sein de la bibliothèque municipale de Lyon, aujourd’hui dénommé « Point G – Centre de ressources sur le genre : identités, sexualité, mémoires gay et lesbienne ». En 2006, fait remarquable du point de vue des politiques de recrutement des bibliothèques publiques, la création d’un poste de bibliothécaire dédié à ce fonds a été votée par le conseil municipal de Lyon.

La constitution du fonds Michel Chomarat / Point G nous permet de nous interroger sur les relations entre pouvoirs publics et communautés spécifiques partagées entre la tentation du repli sur soi et la volonté de visibilité et de reconnaissance : la stratégie du don (ou dépôt) pouvant alors être le moyen d’accès à des établissements culturels jusque-là indifférents ou fermés à ces revendications, tels que les bibliothèques, historiquement bâties sur le modèle de l’universalisme des collections.

 

Programme 2013-2014

Séance 1 : vendredi 25 octobre 2013, 10 h.

KAREN TAÏEB, responsable du service archives du Mémorial de la Shoah :
« Confiez-nous vos archives », la politique d’appel aux dons du Mémorial de la Shoah.

Séance 2 : vendredi 15 novembre 2013, 10 h.

CLAUDE ZURCHER, responsable éditorial de www.notrehistoire.ch. : Partager ses archives familiales : l’exemple de la plateforme www.notrehistoire.ch.

Séance 3 : vendredi 17 janvier 2014, 10 h.

MICHEL CHOMARAT, chargé de mission Mémoire à la ville de Lyon : L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon.

Séance 4 : vendredi 21 février 2014, 10 h.

ÉLISABETH VERRY, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire : La grande collecte 14-18 en Maine-et-Loire.

Lieu : MSH d’Angers, salle Germaine Tillion.

 

 

 

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

Bénédicte Grailles est maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers. Conservatrice du patrimoine, elle a été archiviste aux archives départementales du Pas-de-Calais pendant une dizaine d’années. Ses thèmes de recherche actuels portent sur les relations internationales archivistiques, l’analyse des pratiques professionnelles ou la réflexion archivistique théorique.

L’intervention prononcée dans le cadre du séminaire Le don en archives et bibliothèques : do ut des ? fait état d’une recherche entièrement originale sur les enjeux symboliques de la transmission des archives militantes et les éventuelles contreparties attendues par leurs donateurs ou déposants. Son propos s’appuie principalement sur deux études de cas : le Centre des archives du féminisme d’Angers (CAF) et le Centre d’histoire du travail (CHT) de Nantes. Les différences entre les deux structures sont évidentes : l’une a la personnalité morale (le CHT), l’autre non (CAF) ; l’une rassemble principalement des femmes (CAF), l’autre des hommes (CHT). Mais ces deux centres d’archives partagent un même objectif de collecte militante d’archives elles-mêmes militantes ce qui en fait un échantillon de recherche intéressant. On peut en effet se demander en quoi l’ethos militant, caractérisé par la mise en mouvement collective de l’individu, influence les conditions et modalités du don d’archives.

Les sources mobilisées sont principalement orales : une enquête orale menée en 2009-2010 par les étudiants du master 2 auprès de donatrices du CAF (en ligne), un film produit par le CHT, Avoir 20 ans dans les archives, ainsi que des entretiens réalisés par le centre et donnés à une radio locale.

L’étude confirme en premier lieu des formes du don qui sont sans doute communes à l’ensemble des archives privées, collectives ou personnelles. Beaucoup de fonds parviennent à ces deux centres d’archives en plusieurs fois, de sorte qu’il n’est pas exagéré de dire qu’ils demeurent longtemps à l’état de fonds ouverts toujours susceptibles d’accroissement. Les hésitations ou confusions sur les formes juridiques du transfert, dépôt ou don, sont non seulement la règle mais semblent même volontairement entretenues, le temps de faire connaissance et d’établir une relation de confiance. C’est au bout de cinq dépôts que l’Union féminine civique et sociale accepte de passer au don. Don ou dépôt, le transfert des fonds d’archives est souvent à mettre en relation avec un événement déclencheur : élaboration d’un travail de type histoire militante par le producteur, remise d’une décoration à un responsable de l’association, événement de nature statutaire invitant à un réinvestissement du passé, encombrement matériel bien sûr, mais toujours vécu comme incluant une dimension mémorielle, psychologique, morale.

En même temps, il y a une incontestable spécificité du don d’archives militantes. Par nature le militant s’efface devant le collectif de sorte que le don ne devient légitime que s’il sert le collectif ce qui donne immédiatement une dimension militante non seulement au choix du lieu de conservation mais encore à la préparation du fonds avant transfert. Les fonds détenus par le CAF ou le CHT sont presque toujours des fonds remodelés, triés, expurgés notamment des documents à dimension trop fortement individuelle. Le don d’archives militantes s’accompagne presque mécaniquement d’un mandat implicite : d’une manière ou d’une autre les donateurs souhaitent que le dépositaire des archives prenne en charge une partie du contenu idéologique initial, assure une continuation du combat, permette le dépassement des générations. CAF et CHT ont beaucoup d’activités qui vont au-delà des simples missions de collecte et de conservation : expositions, colloques, publications, conférences, programmation cinématographique.

Ce positionnement se traduit aussi par le besoin d’un après-don, ressenti par beaucoup de donateurs, qui dépasse l’envoi de l’instrument de recherche et qui permette de vérifier que les archives sont effectivement devenues le ferment d’activités conformes à l’idéologie qui a présidé leur production. Les deux centres adoptent des dispositifs institutionnels qui permettent d’associer étroitement à leur fonctionnement des représentants des donateurs ou potentiels donateurs. On note aussi l’importance des stratégies d’accompagnement du don qui cherchent à orienter l’interprétation des archives cédées : récits de vie réitérés par les donateurs, notules et papillons adhésifs de toute sorte, classements et conditionnements préalables.

Au total, c’est un modèle d’archives de communauté qui se dessine, comparable aux Community Archives anglo-saxonnes dans sa volonté plus ou moins consciente de corriger les effets de collecte induits par le système archivistique public, mais différent dans son acceptation naturelle d’un financement public majoritaire comme dans son désir revendiqué d’adossement à la puissance publique, la caution universitaire jouant un rôle central pour le CAF comme pour le CHT.

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013