Archives par mot-clé : Archives départementales

La féminisation des professions de documentation et du patrimoine. Les femmes archivistes (1906-1990)

Par Lili Willefert

Lili Willefert, La féminisation des professions de documentation et du patrimoine. Les femmes archivistes (1906-1990), mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), Université d’Angers, 2013, 55 p.

Le XXe siècle représente une période d’évolution majeure pour le statut des femmes au sein de la société française, un tournant amorcé cependant à la fin du XIXsiècle, par les réformes scolaires. Admises à l’université et dans les grandes écoles formant aux professions culturelles, telles que l’École des Chartes et l’École du Louvre, les femmes se mettent à côtoyer les hommes en salle de cours, une mixité plus ou moins admise et tolérée selon les points de vue et les facultés, étudiants et professeurs n’ayant pas les mêmes opinions. Il faut attendre les années 1920 pour que, de simples auditrices, les jeunes femmes commencent à représenter une réelle main-d’œuvre susceptible de concurrencer leurs camarades de classe masculins. En effet, bénéficiant d’un moindre salaire mais consciencieuses dans leur travail, les nouvelles diplômées, pâtissant au départ de la réticence des professionnels, apparaissent bientôt comme des candidates intéressantes.

Créée en 1821, l’École des Chartes admet sa première élève en 1906, avant d’en accueillir une deuxième dix ans plus tard. En 1924, les femmes représentent 50% des élèves admis en première année. À partir du début des années 1950, elles deviennent majoritaires. Si les diplômées de l’École du Louvre investissent à partir de 1920 les postes de chargées d’accompagnement au sein des musées, celles de l’École des Chartes se répartissent entre bibliothèques, services d’archives, CNRS et domaines artistiques.

L’étude montre la prégnance d’une répartition des missions genrée. Les femmes archivistes-paléographes se dirigent dans un premier temps plus majoritairement vers les postes de bibliothécaires que vers ceux d’archivistes auxquels elles peuvent prétendre par leur qualification. À partir de 1950, elles représentent plus de 50% du personnel des bibliothèques. Les missions qui leur sont confiées – une orientation nette par exemple vers le catalogage ou le contact avec le public – sont volontiers perçues comme adaptées à leur sexe car elles nécessiteraient des qualités intrinsèques comme la patience, la rigueur, l’attention, qualités d’épouses et de mères de famille, mais les cantonnent à des rôles de second plan.

lili_willefert

Parmi les diplômées de l’École des Chartes, seule une petite partie exerce sa carrière entière au sein d’un service d’archives. Au sein des couples de chartistes, nombreux durant tout le XXe siècle, on constate que l’époux occupe un poste d’archiviste1 et que l’épouse, elle, se tourne vers les bibliothèques, les doubles postes d’archivistes-paléographes en service d’archives étant rares en département sur une bonne partie de la période étudiée. La consultation des archives de l’École nationale des Chartes, conservées aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine), associée à la lecture des rubriques nécrologiques de la revue Bibliothèque de l’École des Chartes, a permis d’établir une liste de 56 chartistes et de distinguer les grandes étapes de leur carrière. Sur ces 56 femmes étudiées, seules 24 d’entre elles ont, à un moment donné de leur vie professionnelle, travaillé dans un service d’archives. Cependant, dès les années 1920, des étudiantes effectuent des stages dans des services d’archives et reçoivent un bon accueil, même si certaines structures se montrent réticentes à leur égard. Cela n’empêche pas les femmes d’intégrer les Archives nationales et les archives départementales. Certaines chartistes, entrées aux Archives nationales dès les années 1930, y restent une grande partie de leur carrière. Cependant, durant la première moitié du XXe siècle, on observe que, s’il est possible pour les nouveaux diplômés masculins d’obtenir un poste de directeur des Archives départementales peu de temps après avoir quitté l’École, ce n’est jamais le cas pour les femmes.

Les étudiantes de l’École des Chartes sont respectées et estimées par leurs camarades, et paraissent proches du directeur de l’École, à qui elles n’hésitent pas à demander conseil et qui les soutient dans leurs candidatures. Elles ne semblent pas avoir été systématiquement cantonnées aux postes de bibliothécaires, les nominations en bibliothèque étant aussi fréquentes du côté des élèves masculins. On remarque un changement à partir du début des années 1960. Les anciennes étudiantes sont alors également nommées à des postes de direction dans les archives des départements, et ce sans lien apparent avec leur classement à la sortie de l’École. Sauf exception, elles ne restent à leur poste que quelques années avant d’être mutées dans un autre département.

D’après un recensement effectué grâce à l’annuaire des services d’archives mis en ligne sur le site internet du Service interministériel des Archives de France, actuellement, les femmes représentent 67 % des responsables de services d’archives municipales et 48% des directeurs d’archives départementales. Cette différence de pourcentage indique que, d’une manière générale, les femmes continuent à avoir un moindre accès aux postes à responsabilité.

__________________________________

1. Généralement l’époux devient archiviste départemental, c’est-à-dire qu’il dirige le service d’archives départemental.

Scénographier le document écrit : l’exemple des archives départementales de Maine-et-Loire par Raphaël Aubrun

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Raphaël Aubrun est architecte-scénographe indépendant. Après des études à l’école des Beaux-Arts de Paris complétées par une formation d’architecte-urbaniste, il a travaillé dans une agence spécialisée en muséographie où il a éprouvé le soin apporté au dessin du mobilier, notamment de la vitrine, et le souci de servir le document. Il a beaucoup travaillé pour les archives départementales en Loire-Atlantique, dans les Deux-Sèvres ou le Maine-et-Loire. Son intervention propose de revisiter ces expériences sur des thèmes divers.

L’exposition Clichés barbares aux archives départementales de Maine-et-Loire présentait la particularité de proposer onze dessins réalisés par Jeanne Letourneau en déportation. Le choix était de favoriser le recueillement et le rassemblement : la table était ronde et les visiteurs en face à face. Un film a été réalisé avec des zooms sur le grain du document.

L’exposition sur la loi de 1905, plus colorée, comportait inversement beaucoup de documents. Là encore, le média vidéo a été proposé pour favoriser l’immersion des scolaires. Des archives et des hommes dans les Deux-Sèvres était une exposition inaugurale et de grande ampleur. L’éventail des supports et des formats était ouvert. Dans L’école en Anjou sous la Troisième République aux archives départementales de Maine-et-Loire, les objets accompagnent le document, les photographies sont grand format.

Le souffle du printemps sur mai 68 aux archives départementales de Loire-Atlantique supposait de mettre en scène des documents très contemporains parfois de mauvaise qualité ou en très mauvais état. D’où l’idée de travailler uniquement sur des reproductions et de les coller au mur.

Verdun utilisait des tôles d’acier suspendues, un espace ouvert et fermé à la fois. Le mobilier de l’exposition André Leroy était fabriqué, dans un souci de développement durable, avec des arbres contemporains du pépiniériste. Pour Raphaël Aubrun, il est aussi nécessaire de travailler sur l’éthique des matériaux1.

La mémoire des Ducs de Bretagne en Loire-Atlantique permettait un travail sur le soclage. Histoire et historiens en Anjou aux archives départementales de Maine-et-Loire a permis de concevoir des vitrines réutilisables par le service. La scénographie tournait autour du feuillet, du livre ouvert, tout en travaillant encore des matériaux bruts. L’intérêt des tôles d’acier est que l’on peut utiliser des aimants pour fixer les documents.

Pour les scénographes, il est important d’avoir du temps avec l’équipe des archives, de s’imprégner des lieux. Le document prime et le scénographe produit un écrin. Il y a une bonne alchimie avec le média vidéo. Il s’agit de créer une ambiance et non un décorum. Un bon scénographe est-il celui dont la scénographie ne se voit pas ?

 

_____________________________________

1. Le mobilier de l’exposition L’école en Anjou a été récupéré par Emmaüs.

Les publics des expositions des archives départementales de Maine-et-Loire par les étudiants du M2 Métiers des archives (Université d’Angers)

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Océane Valencia et Hugues Brochet présentent les résultats d’une étude menée avec Maxime Cormier, Guillaume Coupevent, Côme de Guérines, Nicolas Massard, Lucie Perrault, Camille Ruchaud, Benjamin Rullier, étudiants en master Métiers des archives à l’Université d’Angers promotion 2012-2013, sur le public de l’exposition 1942 en Anjou aux archives départementales de Maine-et-Loire, enquête menée sur une durée de trois semaines. Le questionnaire était composé de 25 questions organisées en grands champs : carte d’identité, pratiques culturelles, point de vue sur l’exposition. De ce questionnaire, on peut déduire le profil type du visiteur ainsi que des éléments sur sa relation à l’exposition.

Le visiteur est majoritairement âgé de 60 à 74 ans (60 %). Le public est donc plus âgé que la moyenne nationale1 et comprend beaucoup de retraités, ce qui est à mettre en lien avec les horaires d’ouverture. 76 % des visiteurs habitent Angers ou les communes limitrophes, soit un public local pour une exposition locale.

Le public de cette exposition est un public spécifique qui se déplace spécialement pour elle. Il a des pratiques culturelles soutenues (musée, monument historique, expositions, mais aussi cinéma et théâtre) et beaucoup sont déjà venus voir une exposition aux archives. Les visiteurs ont eu connaissance de l’exposition par la presse écrite (44 %), le bouche-à-oreille (24 %), les affiches ou prospectus distribués (14 %).

Les visiteurs viennent parfois accompagnés comme en témoigne le livre d’or. En moyenne, ils ont passé 1h 10 dans l’exposition. Ce sont des visiteurs « fourmis ». 53 % ont suivi la visite commentée et 81 % en sont satisfaits.

Les visiteurs qui ont répondu au questionnaire sont tous satisfaits ou très satisfaits, même si certains ont trouvé que l’éclairage était trop faible, l’écriture trop petite ou inscrite trop bas et relèvent le manque de places assises. Ils ont été particulièrement heureux des documents et objets exposés. Certains points ne font pas l’unanimité : scénographie, film2. Beaucoup de visiteurs mettent en avant le thème : souvenirs personnels, illustration de la grande histoire. Si les photographies mériteraient plus de contextualisation, les documents écrits remportent tous les suffrages.

Un enseignement important de cette enquête est qu’il existe un public qui ne fréquente pas la salle de lecture mais qui vient régulièrement visiter les expositions proposées par les archives.

______________________________________

1. La répartition homme/femme est conforme à la moyenne nationale.

2. Le son semble avoir parfois gêné la visite.

La place des expositions d’archives aux Archives de Maine-et-Loire (1980-2002) par Elisabeth Verry

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Élisabeth Verry, directrice des services patrimoniaux du Maine-et-Loire et des archives départementales de Maine-et-Loire, commence son intervention par l’ interrogation suivante : des expositions, pour quoi faire ? Elle relève le désir de montrer les choses, de rendre visible ce qui n’est pas forcément très accessible car ardu, l’envie de faire surgir des richesses enfouies.

Au moment où le service du Maine-et-Loire a commencé à s’orienter vers le média de l’exposition, c’était une option originale que peu de services pratiquaient. L’attente et l’intérêt du public comme des tutelles ont été immédiates et un encouragement. L’environnement était favorable dans les années 1980. Le service était perçu comme un espace de production de culture. Déjà Célestin Port exportait des conférences hors les murs, à l’école normale par exemple. Jacques Levron a initié les premières expositions. Le contexte de la décentralisation a été également un facteur important. Le nouveau bâtiment des archives a bénéficié d’une salle d’exposition et de nouveaux moyens ont été mis à disposition du service.

Exposition des archives départementales de Maine-et-Loire
Exposition du bicentenaire de la Révolution, salle Célestin Port, Conseil général de Maine-et-Loire

En 30 ans, le service a réalisé a minima 120 expositions, auxquelles il faut ajouter celles auxquelles il a participé. Le premier événement fut le cinquième centenaire du Roi René pour lequel le service a été sollicité. Cela s’est traduit par une exposition dans la chapelle du château d’Angers, accompagnée d’un petit catalogue. Le second événement fut en 1987 le millénaire capétien, qui correspondait à l’arrivée dans le nouveau bâtiment et à l’acquisition des premières vitrines. Il s’agissait de reproduction sur des panneaux. 1989 et le bicentenaire furent un tournant. Le président du Conseil général souhaitait une exposition au Conseil général, accompagné de différents produits (catalogue, cassette vidéo, concours scolaire). Le sujet était délicat mais le traitement fut résolument et fermement historique. En 1991, pour la première fois, les objets sont introduits à côté des documents1. Des expositions hors les murs ont permis d’investir d’autres lieux comme l’abbaye de Fontevraud ou les communes. Le service se dote d’un matériel itinérant. Des valorisations sont systématiquement proposées en parallèle de l’intervention d’archivistes en commune. Avec le cinquantenaire de la Libération se déroule la première collaboration avec un maquettiste. L’idée était aussi de créer une ligne graphique, de réfléchir une identité visuelle et d’associer l’art contemporain. Les caractéristiques de cette exposition furent également une intégration texte image sur des panneaux, des photographies agrandies, des objets véritablement mis en scène. À partir de la fin des années 1990, le décor s’invite vraiment dans les murs des archives2. Début des années 2000, les premiers travaux de numérisation sont lancés avec le cadastre et la carte postale. C’est l’occasion de mettre en valeur aussi le document écrit par une vraie mise en scène. Le décor est devenu l’écrin du document : la roue des documents pour l’exposition sur les enfants assistés ou la table d’écriture pour l’exposition sur la calligraphie. Avec l’exposition sur l’école, apparaît l’image animée en liaison avec les documents.

Exposition Calligraphie aux archives départementales de Maine-et-Loire
Exposition Calligraphie aux archives départementales de Maine-et-Loire. Scénographie Raphaël Aubrun.

En conclusion, le socle reste les collections et leur richesse, en appui avec des facteurs favorables : un anniversaire, un événementiel, un partenaire. Le multimédia est essentiel. Il est aussi important de laisser une trace par des publications imprimées ou en ligne. Les expositions sont aussi des moments où on travaille en équipe, avec l’envie de créer et du bonheur.

1. Médecine et médecine en Anjou,du 3 avril au 10 juillet 1991. Cette exposition rencontra un grand succès et fut présentée dans divers lieux jusqu’au musée de l’hospice Comtesse à Lille.

2. Reconstitution d’une salle d’assises dans l’exposition Droit et justice par exemple.