Archives par mot-clé : Archives historiques

Les enjeux de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’exemple du Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France

Par Valentin Favrie

Valentin Favrie, Les enjeux de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’exemple du Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 74 p.

 En 2003, l’Unesco crée un nouveau classement patrimonial, une liste inscrivant les patrimoines culturels immatériels du monde entier qu’il est important de sauvegarder. Un patrimoine culturel immatériel se définit avant tout par son appartenance à une communauté. Ainsi, cette considération tend à faire reconnaître au niveau mondial que de nombreuses communautés présentes sur la planète possèdent des traditions séculaires, des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être. Il existe autant de communautés que de « traditions » au sens large. En conséquence, la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco vise à recenser toutes les communautés ayant un savoir souvent méconnu, et tous les savoirs méconnus produits et transmis par des communautés.

L’enjeu de la sauvegarde de ce patrimoine immatériel réside dans sa définition. Chaque patrimoine étant différent, on a coutume de dire que le patrimoine culturel immatériel est la communauté à laquelle il appartient. En effet, il s’agit de formuler ce qui appartient à la communauté avant d’envisager une méthode pour sa sauvegarde. Celle-ci est aussi compliquée que multiple. Les traditions immatérielles des communautés actuelles sont vivantes, et donc en mutation constante. L’essentiel pour une communauté est par conséquent de conserver d’abord son histoire, en vue de la protéger de l’oubli, puis de la transmettre.

Le Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France (AOCDTF) à Angers s’est donné pour mission de suivre cette démarche. Depuis 2010, les Compagnonnages dcliche_valentin_favrie_droits_reservese France sont enregistrés sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel en tant que « seau de transmission des savoirs et des identités par le métier ». À l’heure des nombreuses mutations technologiques que vivent les métiers artisanaux, il est essentiel, au regard de la communauté compagnonnique, de conserver les anciennes traditions qui font son identité. Or, l’exemple de ce centre montre qu’un patrimoine culturel immatériel, c’est-à-dire des savoirs transmis oralement de générations en générations, peut se matérialiser à travers une multitude d’objets et d’archives. L’objectif de la centralisation de tous ces témoignages est ainsi de s’assurer de leur préservation, en vue d’une transmission interne et d’une communication à un public peu averti. Le centre a pour objectifs de conserver des traces en vue d’une transmission dans une démarche parfois muséale d’accumulation d’artefacts. Les entrées, encore modestes du fait du jeune âge du centre, sont des dépôts de corps de métiers ou des fonds personnels. Les logiques à l’œuvre sont proches de la collection. Les documents et objets qui parviennent au centre sont chargés d’une forte valeur identitaire (timbres, bannières, souvenirs de tours de France etc.) et relativement anciens.

L’étude de ce mémoire s’inscrit donc entre le passé et le futur. Il raconte comment une communauté tente de préserver son histoire d’un avenir incertain. Il ne décrit qu’un exemple parmi d’autres d’une sauvegarde du patrimoine culturel immatériel d’une communauté. Cependant, il pourra éclairer le lecteur sur les enjeux et les difficultés que peuvent poser la sauvegarde d’un savoir bien spécifique.

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Les premiers résultats de l’enquête ont pu être présentés par Bénédicte Grailles dans le cadre du colloque Les féministes de la deuxième vague, actrices du changement social organisé parle CERHIO (Angers) et   Le Centre d’histoire de Sciences Po (Paris) (21-22 mai 2010, Université d’Angers, programme en ligne).

Ils ont été publiés en 2012 : « Les raisons du don. L’exemple du Centre des archives du féminisme (2001-2010) », dans Bard (Christine) dir., Les féministes de la deuxième vague, Rennes, PUR, 2012, 260 p., p. 43-58.

 

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

Qu’est-ce que classer des archives définitives ?

Dans le cadre du projet de modélisation du classement des archives définitives, nous avons essayé de décomposer toutes les actions, d’analyser leur enchaînement et de dresser la liste des outils mobilisés.

 À partir des quatre grandes phases, à savoir « identifier le fonds », « préparer le classement », « trier et éliminer », « mettre en œuvre le classement », différentes opérations ont été identifiées. Pour des raisons de lisibilité des ordinogrammes, il a parfois été nécessaire d’extraire des sous-processus explicitement rattachés à un processus parent.

Les quatre phases ont été décomposées en 17 sous-tâches. 

 

  Phase d’identification du fonds
  • Délimiter le fonds
  • Identifier le producteur
  • Collecter des informations sur le producteur
  • Attribuer au fonds sa place dans le plan de répartition des fonds du service

 

  Phase de préparation du classement
  • Récoler 
  • Identifier les ensembles de documents
  • Créer et mettre à jour un journal de classement
  • Identifier les documents manquants
  • Rechercher les documents manquants
  • Élaborer un plan de classement

 

  Phase de tris et éliminations
  • Trier un fonds d’archives
  • Vérifier la lisibilité du support
  • Valider l’élimination
  • Échantillonner

 

  Phase  de mise en œuvre du classement
  • Mettre en ordre matériellement un fonds
  • Constituer un article
  • Coter les articles

À titre de comparaison, les Archives nationales du Québec dans leur manuel Normes et procédures archivistiques[1] proposent, dans le chapitre C intitulé La classification d’archives[2] le cheminement suivant[3] :

  • Section 1 – L’application du principe de respect des fonds
  • Section 2 – Le plan général de classification des Archives nationales du Québec
  • Section 3 – L’élaboration du plan de classification spécifique d’un fonds ou d’une collection
  • Section 4 – La cotation des unités de description
  • Section 5 – La numérotation des unités de rangement
  • Section 6 – La numérotation des chemises de classement

 

Contexte du projet et bilan : ici.


[1] 6e édition revue et augmentée, Québec, Les publications du Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 1996, 191 p.

[2] Auteurs de ce chapitre : Jean-Pierre Therrien, Jacques Ducharme, Louis Garon, Gilles Héon, Gilles Durand, Normand Charbonneau.

[3] La question du tri est traitée dans un autre chapitre.

Projet de recherche sur le don d’archives

Si l’acte de don est une « prestation effectuée sans garantie de retour en vue de nourrir le lien social »[1], y-a-t-il une spécificité du don appliqué aux archives ?  Que signifie pour collecteurs de fonds, donateurs et surtout donatrices cette interaction ? Qui donne ? Pourquoi donne-t-on ? Que donne-t-on ?

‘I wanna hold your hand’ par Josep Ma. Rosell

Nous avons tenté de fournir un premier éclairage sur cette question, en interrogeant un type particulier d’archives, celles issues d’une activité militante. À travers l’étude d’un cas précis, celui du Centre des Archives du féminisme, il s’agit de confirmer ou non le caractère opératoire des théories générales du don et à dégager quelques spécificités. Ces données doivent être croisées avec les modalités de collecte des fonds, la nature des initiatives – privées ou publiques -, et l’existence ou non de politiques de collecte. À partir des éléments réunis, des pistes de réflexion s’offrent à l’archiviste quant au périmètre des fonds à collecter ou sur les méthodes de collecte et de description : capter des parcours de vie, les accumuler, pour que dans leur lecture croisée se reconstruise une visibilité et tenir compte des spécificités typologiques de ces fonds que la normalisation de l’évaluation et de la description archivistiques tend à banaliser voire à dévaloriser. Au-delà, ce projet doit permettre tout à la fois de confirmer l’intérêt de politiques spécifiques de collecte en archives mais aussi d’améliorer et de mieux documenter l’instant de la collecte en vue du traitement et de l’exploitation ultérieurs.

 

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 


[1] Godbout (Jacques), en collaboration avec Alain Caillé, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

 

Cadre d’intervention

Entre décembre 2009 et mars 2010, les étudiants du master 2 Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers ont rassemblé, encadré par l’équipe d’ALMA, des témoignages de donatrices et de collectrices de fonds d’archives féministes. L’étude cherche à éclairer les motivations et les ressorts qui conduisent au don par des entretiens avec des donateurs et des collecteurs d’archives, dans le contexte spécifique des archives féministes entre « silences de l’histoire » et déficit de conservation des traces (M. Perrot, 1998[2]) voir refus de la transmission (C. Bard, 2006[3]).  Les étudiants du master Archives de l’université d’Angers (option valorisation du patrimoine) promotion 2009-2010 ayant contribué au projet sont : Camille Bernard, Blandine Chincholle, Christèle Chevalier, Pierre-Michel David, Thibaud Deshaies, Sybille Gardelle, Maïlys Leyoudec, Gwennan Raulo, Claudia Ricou.

Le lieu de l’enquête

 

Fonds conservés au Centre des archives du féminisme. © B. Grailles

 

L’étude de cas a porté sur les dons aboutis ou non au centre des archives du féminisme (CAF). Ce centre est né dans des conditions particulières et témoigne d’une construction originale[4]. À l’origine du projet, une association Archives du féminisme qui s’est elle-même constituée pour faire face à un cas exceptionnel, celui du fonds d’archives de Cécile Brunschvicg. Cécile Brunschvig[5], secrétaire nationale puis présidente de l’Union Française pour le Suffrage des Femmes, présidente de de la section Travail du Conseil National des Femmes Françaises, directrice de l’hebdomadaire féministe La Française, fait partie des premières femmes au gouvernement, appelée par Léon Blum comme sous-secrétaire d’Etat à l’Education nationale en 1936. Son fonds d’archives comme celui de son mari le philosophe Léon Brunschvicg aujourd’hui conservé à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, est spolié en juin 1940 puis saisi  par l’Armée rouge et emporté à Moscou, disparu pendant des décennies et restitués au propriétaire légitime en 2000[6].   La famille Baruch cherche alors à rendre le fonds Cécile Brunschvicg acccessible ; elle se tourne tout naturellement  vers la seule institution de conservation clairement identifiée comme centre de ressources féministes, la bibliothèque Marguerite Durand (BMD) . Faute de place, celle-ci ne peut accueillir les 45 cartons du « fonds russe » n° 280[7].  Christine Bard, enseignante, chercheuse et féministe, initie alors l’association et trouve à Angers où elle enseigne une conjonction favorable : un lieu de recherche en histoire des femmes et du féminisme, une bibliothèque universitaire sensibilisée à la question des fonds spécialisés avec un directeur soutenant le développement d’une politique de collecte, et  une formation en archivistique capable de fournir une expertise. La collaboration est formalisée par une convention le 4 octobre 2000 renouvelée le 26 avril 2007 pour cinq ans. Le CAF est officiellement inauguré le 18 juin 2001. L’association Archives du féminisme assure le repérage des fonds. Le rythme de collecte du CAF est d’environ deux à trois fonds par an, ce qui correspond aux capacités de traitement et permet d’assurer leur mise à disposition rapide. Les fonds collectés sont de deux ordres : des fonds associatifs et des fonds personnels. Le CAF se prête bien à une étude de cas de par sa spécialisation très claire et son volume de collecte, modeste au regard d’autres institutions, mais régulier.

Les personnes interrogées

Ont été sollicitées des donatrices de fonds et des personnes qui ont été amenées à initier ou participer à des collectes de fonds d’archives. Le croisement des différents itinéraires a été interrogé pour analyser les facteurs favorables et défavorables dans l’aboutissement du don. Il s’agissait aussi de s’interroger sur l’après-don. La transaction est-elle close après l’arrivée des documents ou continue-t-elle et sous quelle(s) forme(s) ? L’objectif de représentativité du corpus était bien entendu espéré au regard des personnes mais aussi au regard des documents confiés. Sept entretiens au final ont été menés.

Outils élaborés

Un module de présentation, conçu avec la chaîne éditoriale Opale et en xml  avec l’aide méthodologique du STIC et de Thomas Desserey, est proposé ici dans une version html. Vous y trouverez une présentation détaillée du projet, ainsi que tous les outils méthodologiques (guides d’entretien, contrat de communication, contrat d’abandon de droit, fiches méthodologiques). Les entretiens ont fait l’objet d’inventaires chronothématiques accessibles aussi par ce module.

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 

 

 


[1] GODBOUT (Jacques), en collaboration avec Alain CAILLÉ, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

[2] PERROT (Michelle), Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, XVI-494 p.

[3] BARD (Christine), METZ (Annie), NEVEU (Valérie), dir., Guide des sources de l’histoire du féminisme de la Révolution française à nos jours, PUR, Archives du féminisme, 2006, 442 p., p. 13.

[4] GRAILLES (Bénédicte), « Collecter et rendre visible les archives du féminisme : une action en réseaux », Les archives des syndicats et des mouvements sociaux, La Gazette des archives, n° 221, année 2011-1, p. 173-185, illustrations p. XVIII-XIX.

[5] Sur Cécile Brunschvig, on se reportera aux travaux et interventions de Cécile Formaglio : position de thèse de l’Ecole des chartes, intervention dans Femmes, une histoire en mouvement, 8 mars 2008,  article dans histoire@politique, n° 1, mai-juin 2007.

[6] CŒURÉ (Sophie), La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Paris, Éditions Payot & Rivages, 2007, 270 p.

[7] BARUCH (Marc-Olivier),  Archives du féminisme, n° 2, été 2001, p. 10.

Modélisation du classement des archives définitives

Les contributeurs du projet

Le projet de modélisation des opérations de classement des archives définitives a été mené en 2009-2010 par ALMA avec les étudiants du master Métiers des archives de l’université d’Angers (option gestion des services) : Adeline Connan, Patrice Denis, Karoline Koch, Maude Lebrun, Florian Lhuissier, Cécile Masala. Ils en ont rendu compte dans le cadre de la journée d’études  Normes et archives : vers des pratiques professionnelles optimisées  dans une intervention intitulée Pour une auto-évaluation des pratiques de classement en fonction des normes : l’élaboration d’un manuel de procédures. Des professionnels ont également contribué en acceptant de tester les procédures : Anne Chesnoy, archives du ministère de la Justice, Cécile Daussun, archives historiques du Sénat, Damien Ferrero, archives de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), Damien Hamard, archives de l’université d’Angers, Frédéric Kuzar, archives de la communauté d’agglomération Ventoux-Comtat Venaissin, Isabelle Las, service des archives hospitalières et privées aux archives départementales de la Mayenne, Gaëlle Ouvrard, archiviste aux archives municipales de Pontivy. Thomas Desserey du STIC (université d’Angers) a également pris part au projet dans la phase de mise en forme.

Les phases du classement

Quatre phases ont été identifiées dans la méthodologie communément admise par la littérature professionnelle. La première porte sur l’identification du fonds, donc du producteur, qui, étant l’application directe du principe de respect des fonds, conditionne l’ensemble des opérations suivantes. D’elle découle notamment la place dans le cadre de classement ou le plan de répartition des fonds du service dépositaire. La deuxième phase prépare le classement proprement dit. Il s’agit de photographier le fonds, d’en délimiter une cartographie qui tient compte des documents existants mais aussi des manques et des lacunes, d’identifier finement les séries organiques et d’élaborer le plan de classement. Grâce à cette macro-connaissance, une réflexion peut être engagée en troisième lieu sur les tris et les éliminations. Enfin, la quatrième phase recouvre la mise en œuvre matérielle des décisions intellectuelles prises précédemment et aboutit à la cotation des articles.

Phasage des opérations de classement des archives historiques

 Ces quatres phases ont été décomposées en 17 opérations (ici).

Le référentiel élaboré

D’un point de vue pratique, nous avons travaillé avec un logiciel d’un éditeur connu qui permet de créer des diagrammes et schémas de processus dynamiques. La mise en forme finale a été assurée par Thomas Desserey. Il a utilisé les possibilités offertes par l’outil libre SCENARIChain et un encodage xml.

Le manuel, tel qu’il se présente dans sa forme dynamique, propose des ordinogrammes qui peuvent être interrogés phase par phase ou par fonctions. On peut également se déplacer d’un ordinogramme à un autre en suivant les enchaînements logiques (par simple clic). La rubrique « glossaire » permet d’accéder aux définitions et une rubrique « aide » donne le référentiel de lecture des ordinogrammes et permet l’accès à la bibliographie de référence. 

Premier bilan

Qu’apporte cet outil à la réflexion autour du classement mais aussi pratiquement à la mise en œuvre de celui-ci ?

Notons d’abord qu’il matérialise de bonnes pratiques et qu’en cela il permet aussi à chaque archiviste de contrôler et de vérifier sa méthodologie au quotidien.

Un soin particulier a été apporté à l’identification de tous les outils mobilisés ou mobilisables dans le cadre du classement : réglementation, normes, logiciels, documents initiés par l’archiviste (registre d’entrée, bordereau, contrat, récolement, journal de classement, dossier de service etc.).

Sur un plan plus théorique, la décomposition de toutes les tâches et de leur enchaînement montre l’extrême complexité de la démarche de classement et l’entremêlement des compétences à mettre en œuvre. Elle montre également l’importance d’un outil qui est généralement négligé par la littérature professionnelle : le journal de classement dont la mise à jour fait l’objet d’un ordinogramme spécifique. Cet outil s’avère central pour capitaliser l’ensemble des données, connaissances et intuitions issues de la fréquentation intime que noue l’archiviste avec le fonds qu’il classe. Il en permet la transmission. Il a vocation à alimenter la notice ISAD (G) de niveau fonds et singulièrement la rubrique « mode de classement ».