Archives par mot-clé : Archives orales

Le Web doc VIDOM

Par Noura Bahidj, Baptiste Bonnefoy, Marion Ferrer, Marina Kounkou-Kekolo, Camille Olivier, Natacha Potereau, Aude Royer.

Les étudiants de l’option « valorisation du patrimoine » du master 2 Métiers des archives d’Angers ont travaillé de septembre 2014 à février 2015 sur le projet VIDOM : Vision de l’immigration des DOM vers la métropole dans les années 1970. Continuer la lecture de Le Web doc VIDOM

Le portail « Sauvegarde de la parole sarthoise » : un exemple de collaboration par Franck Pohu

Par Marion Ferrer et Marine Gaudin

Franck Pohu est responsable d’archivage et de valorisation audiovisuelle au sein de la radio associative Fréquence Sillé depuis 1999. Il porte le programme « Sauvegarde de la parole sarthoise » depuis 2003.

Ce programme a débuté en 2003 à la suite de la prise de conscience au sein de Fréquence Sillé, la radio du Pays de la Haute Sarthe, de la richesse du patrimoine immatériel du département de la Sarthe. La radio avait la réelle volonté d’associer dans ce travail des institutions, des associations et des chercheurs afin de mener ce projet. Ainsi, une équipe variée s’est mise en place, chaque membre ayant des compétences précises. S’y retrouvent des historiens, sociologues, anthropologues ou ethnologues, des associations, des artistes locaux, des passionnés du son mais aussi les archives départementales de la Sarthe qui ont un rôle central car elles reçoivent tous les documents sonores, mettent à disposition une plate-forme technique et peuvent accueillir des dons ou dépôts d’archives papier complémentaires. Fréquence Sillé et le conseil général de la Sarthe ont d’ailleurs organisé leurs apports respectifs dans une convention.

Cette activité collaborative a permis de mettre en place un programme solide en termes d’archivage (collecte, indexation, classement) mais aussi de transmission, avec notamment la création, en 2009, d’un site Internet. Par ce programme, la Sarthe est devenue le premier département français à proposer par Internet des documents audiovisuels à caractère patrimonial1. Au fil du temps, de nouveaux partenaires très différents se sont greffés, chacun partageant son expérience au profit des autres. Chaque projet permet d’ailleurs de mettre en place ou de réactiver des relais. 

« Sauvegarde la parole sarthoise » cherche à collecter, à exploiter et archiver l’ensemble du patrimoine immatériel de la Sarthe (musiques, danses, chansons, coutumes et traditions, etc). Les thèmes de collecte se décident d’un accord commun entre les partenaires. Au terme des collectes, les documents sonores sont conservés aux Archives départementales de la Sarthe et sont accessibles gratuitement sur le site Internet. sauvegarde_parole_sarthoise_20140224Chaque enregistrement sonore est accompagné d’informations de description (l’interprète, la durée, le titre, le sujet, les dates et lieux d’enregistrement, des ressources complémentaires). Selon Franck Pohu, cette technique de présentation garantit un côté convivial au lecteur. Ces contextualisations sont réalisées non pas par les internautes mais par des professionnels dans un souci de présenter un haut degré de fiabilité. De plus, chaque enregistrement fait l’objet d’une indexation (outil d’indexation fullweb) et d’un découpage chrono-thématique. Ainsi, l’enregistrement est fractionné en séquences donnant la description du contenu du son entre deux marqueurs temporels (utilisation du logiciel transcriber). Le tout est entreposé selon le protocole OAI-PMH, assurant l’interopérabilité.

En 2013, le site Internet a compté 25 000 visites pour un total de 500 h d’enregistrement, le nombre de visiteurs ne cessant de s’accroître. La réussite du portail se mesure aussi à la forte adhésion des partenaires (partenariat avec INA Ouest dernièrement). Le site est néanmoins vieillissant et il mériterait d’être repensé avec les évolutions techniques actuelles.

L’expertise acquise est reconnue. Franck Pohu a ainsi assuré l’animation de formation à la collecte de témoignages mais aussi à l’indexation pour des radios associatives en France et en Europe.

 _________________________________

1. Pour une mise en perspective régionale, Bénédicte Grailles, Patrice, Marcilloux, « Créer un patrimoine : la collecte de sons, d’images et de paroles », Les nouveaux patrimoines en Pays de la Loire, Presses universitaires de Rennes, coll. Art et société, Rennes, 2013, p. 631-644.

 

De la constitution à la mise en valeur d’un fonds d’archives orales en France : le cas du Service historique de la Défense (1974-2005)

Par Pierre Hamel

Pierre Hamel, De la constitution à la mise en valeur d’un fonds d’archives orales en France : le cas du Service Historique de la Défense (1974-2005), Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire, Document (métiers des archives) de l’université d’Angers , 2013, 184 p.

Si les archives orales et leur développement en France ont fait l’objet de nombreux articles et retours d’expérience tant du côté des spécialistes des sciences sociales que de celui des archivistes y compris ceux du ministère de la Défense, les politiques et pratiques des services historiques des Armées, aujourd’hui rassemblés au sein du Service historique de la Défense (SHD), méritaient une analyse approfondie1. Le SHD détient en 2013 le plus grand corpus de témoignages oraux en France2 et l’un des rares qui atteigne le seuil de 1 000 témoins.

C’est au tournant des années 1970 que l’un des services historiques des Armées, celui de l’armée de l’Air, s’intéresse au courant encore marginal en France des archives orales. Dans une optique principale de comblement de lacunes et de meilleure compréhension des archives, 671 témoignages émanant de soldats de tous grades totalisant 3 000 heures sont enregistrés sur 16 thèmes, selon une solide méthode élaborée progressivement – à tel point qu’elle constitue rapidement un modèle pour le recueil de témoignages oraux – incluant le choix de l’entretien semi-directif.

Les autres services historiques des Armées rejoignent ce courant successivement en 1979 pour la Marine, 1996 pour l’armée de Terre et enfin 2000 pour la gendarmerie. Si l’objectif premier est le même, à savoir le comblement de lacunes dans les fonds, une meilleure compréhension de ceux-ci mais aussi l’affirmation paradoxale de vouloir documenter les « oubliés » de l’histoire, ces services n’optent pas tous pour les mêmes méthodes (entretien non-directif ou entretien semi-directif), et concentrent leurs actions en direction des hauts gradés3. Les fonds totalisent 146 témoignages à la Marine et 73 à l’armée de Terre4.

pierre_hamel_copyright

L’émergence du Service historique de la Défense en 2005 a pour conséquence de mutualiser les sections d’archives orales des différentes armes en une seule, créée au sein de la division de l’innovation technologique et des entrées par voie extraordinaire (DITEEX). Cela implique d’uniformiser des méthodes radicalement différentes utilisées dans des services dont les intitulés mêmes variaient. Désormais, c’est la méthode de l’armée de Terre qui est appliquée et généralisée à toutes les armes existantes, tant du point de vue des thèmes choisis, de la semi-directivité que des témoins choisis. Par ailleurs, la mutualisation oriente la collecte vers des thèmes jugés transversaux aux armes mais aussi à la délégation générale pour l’armement et aux organismes civils du ministère.

______________________________________________

1. Les collectes orales de la gendarmerie nationale ont été analysées dans le cadre d’un DESS : Jean-François Nativité, Les archives orales de la gendarmerie nationale: descriptif, traitement et mise en valeur, mémoire de DESS métiers des archives, Université Jean Moulin-Lyon III.

2. En nombre de témoins.

3. Au Service historique de l’armée de Terre, sur les 98 témoins interrogés, on compte 11 officiers généraux (22%), 12 officiers supérieurs (24%), mais aucun sous-officier ou militaire de rang. De plus, les hauts fonctionnaires représentent 44,90% du corpus.

4. Ceux de la gendarmerie ne peuvent quant à eux être quantifiés exactement du fait de leur inventaire encore partiel.