Archives par mot-clé : Archives privées

Archiver Charlie : collecte émotionnelle ou rationnelle ? par Cyril Longin, directeur des Archives de Saint-Etienne

Par Adelaïde Laloux

Cyril Longin, directeur des archives municipales de Saint-Etienne, inscrit d’emblée son intervention dans le cadre du séminaire Alma du 10 novembre 2017 sur la collecte du mémorial éphémère de sa ville suite aux attentats de janvier 2015, dans une réflexion sur l’émergence de problématiques professionnelles inédites. Par rapport à ce contexte, l’intervenant rend compte de son point de vue mais également des questionnements sur le rôle de l’archiviste, sur la nature des archives et sur le traitement du corpus. Continuer la lecture de Archiver Charlie : collecte émotionnelle ou rationnelle ? par Cyril Longin, directeur des Archives de Saint-Etienne

Séminaire 2016-2017

Séance 1 : vendredi 7octobre 2016 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MRGT d’Angers

Valérie Neveu (Université d’Angers), L’indexation des sujets en bibliothèques est-elle influencée par la demande sociale ?

Séance 2 : vendredi 4 novembre 2016 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MRGT d’Angers

Julien Mathieu (responsable des archives communales et communautaires de Valence Romans Sud Rhône-Alpes), Le projet de charte de collecte d’archives privées aux archives municipales et communautaires de Valence (Drôme)

 

La politique de collecte et de traitement des fonds d’associations dans les services publics d’archives (de 1870 à aujourd’hui). Le cas des Archives départementales de Maine-et-Loire

Par Marina Kounkou-Kekolo

Marina Kounkou-Kekolo, La politique de collecte et de traitement des fonds d’associations dans les services publics d’archives (de 1870 à aujourd’hui). Le cas des Archives départementales de Maine-et-Loire, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 99 p.

On sait que les archives privées sont entrées très progressivement dans les services publics d’archives1, l’enregistrement dans le cadre de classement des archives départementales n’intervenant au demeurant qu’avec la mise en place de la série J par la circulaire du 15 avril 1944. Au sein des archives privées, on distingue habituellement des catégories différentes2 : papiers de famille, archives d’entreprise, archives d’hommes politiques ou encore archives d’association.

Concernant ces dernières, on constate que la chronologie de la collecte est différente. La question se pose vraiment avec l’augmentation du nombre d’associations. S’il existait déjà des associations et des sociétés savantes au XIXe siècle, c’est la loi de 1901 qui permet leur multiplication. Elles investissent progressivement des champs et des rôles nouveaux dans la société. Leur nombre augmente au fil du XXe siècle et ne décroit pas.

La plupart des associations sont productrices d’archives privées. Certaines assurant des missions de service public sont également productrices d’archives publiques. L’élargissement de leurs compétences conjugués à de possibles fonds mixtes éveillent l’intérêt des archivistes.

L’intérêt de ce mémoire de Master 1 est d’étudier la collecte et le traitement des fonds d’association au d’un service départemental d’archives – celui de Maine-et-Loire – pour en découvrir les particularités et les évolutions.

nombre_fonds_ad_49
Répartition des fonds associatifs dans le cadre de classement aux archives départementales de Maine-et-Loire

C’est en 1970 que le premier fonds entre dans le service. Le rythme de collecte a d’abord été lent pour s’accélérer à partir de 1996 : 17 fonds entre 1970 et 1995, 49 fonds depuis 19953.

typologie_ir
Typologie des instruments de recherche couvrant les fonds associatifs aux archives départementales de Maine-et-Loire
communicabilité
Conditions de communicabilité des fonds associatifs aux archives départementales de Maine-et-Loire

Pour compléter les fonds, les archives départementales ont mis en place depuis quelques années une collecte complémentaire de témoignages oraux. On notera parallèlement qu’un effort important est produit pour traiter rapidement les fonds. Le traitement et le classement de ces fonds commencent d’ailleurs aujourd’hui souvent avant l’entrée définitive dans le service. En effet un premier récolement est effectué dans l’association pour sélectionner et déménager les documents dans de bonnes conditions. Les fonds les plus consultés ces dernières années sont des fonds entrés et classés récemment. Il s’agit des fonds de l’Association pour la promotion et l’intégration dans la région d’Angers (APTIRA, 247 J et 25 Av), de l’Amicale des anciens élèves de Combrée (273 J, 70 ml), de l’Association pour la sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (ASEA, 321 J, fonds mixte). On notera que ces fonds recèlent tous des dossiers individuels.

 __________________________________

1. NOUGARET (Christine), « Les Archives de France et les écrits du for privé, un lent apprivoisement », dans CASSAN (Michel), BARDET (Jean-Pierre), RUGGIU (François-Joseph), Les écrits du for privé, objets matériels, objets édités, Limoges, 2007, p. 15-25.

2. NOUGARET (Christine), EVEN (Pascal), Les archives privées, manuel pratique et juridique, Paris, La documentation française, 2008, 204 p.

3. Ont été exclus de ce décompte les papiers isolés et petits fonds constituant la sous-série 1 J.

Programme 2013-2014

Séance 1 : vendredi 25 octobre 2013, 10 h.

KAREN TAÏEB, responsable du service archives du Mémorial de la Shoah :
« Confiez-nous vos archives », la politique d’appel aux dons du Mémorial de la Shoah.

Séance 2 : vendredi 15 novembre 2013, 10 h.

CLAUDE ZURCHER, responsable éditorial de www.notrehistoire.ch. : Partager ses archives familiales : l’exemple de la plateforme www.notrehistoire.ch.

Séance 3 : vendredi 17 janvier 2014, 10 h.

MICHEL CHOMARAT, chargé de mission Mémoire à la ville de Lyon : L’homosexualité dans les collections de la bibliothèque de Lyon.

Séance 4 : vendredi 21 février 2014, 10 h.

ÉLISABETH VERRY, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire : La grande collecte 14-18 en Maine-et-Loire.

Lieu : MSH d’Angers, salle Germaine Tillion.

 

 

 

Les archives personnelles, valeur, mémoire, émotions. Les archives d’une famille déracinée

Par Marine Vautier

Marine Vautier, Les archives personnelles, valeur, mémoire, émotions. Les archives d’une famille déracinée, Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 68 p.

Les archives privées et en particulier les archives personnelles ont longtemps été ignorées. Aussi nombreuses qu’il y a d’individus, elles ont progressivement trouvé leur place dans la société et ses institutions en tant que complément nécessaire des archives publiques. Aujourd’hui, il est admis que les archives personnelles sont indispensables pour mesurer l’importance, la complexité et les conséquences des guerres et grands événements politiques.

 Les archives personnelles possèdent de multiples facettes, mais peuvent aussi être considérées sous des angles divers : celui de l’marine_vautier_page_couverturearchiviste, celui de l’historien mais aussi ceux d’autres spécialistes de sciences humaines et sociales (sociologues, ethnologues par exemple). Ces différents regards aident à éclairer un point fondamental et central dans ce mémoire : pourquoi une personne ou une famille conserve-t-elle des archives ? Que représentent les documents pour traverser ainsi les années, être transmis de générations en générations ? Le cas étudié, celui d’une famille soumise aux aléas de l’histoire, ballottée d’exils en déracinements, est particulièrement éclairant. Alors que toutes les conditions étaient réunies pour que les documents disparaissent, ceux-ci ont au contraire fait l’objet d’une attention soutenue, d’un soin constant, suivant la famille au gré des pays et des kilomètres. Qu’est-ce qui fait survivre ces documents pourtant les plus exposés aux détériorations, éliminations et destructions jusqu’à constituer un musée familial ?

 L’étude s’est appuyée conjointement sur une cartographie précise de ces objets d’affection1, mettant en relation les documents, leurs contenus et leurs supports avec leur mise en scène dans l’espace familial, des pièces de sociabilité aux pièces de l’intimité, et sur des entretiens non directifs.

 Le cas des archives de cette famille le prouve de manière très nette, la raison d’être de ces documents réside dans l’émotion qu’ils ravivent et contiennent auprès de leurs possesseurs. Les archives familiales sont le résultat d’un contexte social et historique particulier, d’une subjectivité individuelle et du lien émotif qui résulte de la rencontre des deux. Elles sont un enjeu familial central car elles incarnent la transmission intergénérationnelle.

___________________________________

1. Nous reprenons ici l’expression de Véronique Dassié (Objets d’affection, une ethnologie de l’intime, Paris, éditions du comité des travaux historiques et scientifiques, 2010).

Les enjeux de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’exemple du Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France

Par Valentin Favrie

Valentin Favrie, Les enjeux de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’exemple du Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 74 p.

 En 2003, l’Unesco crée un nouveau classement patrimonial, une liste inscrivant les patrimoines culturels immatériels du monde entier qu’il est important de sauvegarder. Un patrimoine culturel immatériel se définit avant tout par son appartenance à une communauté. Ainsi, cette considération tend à faire reconnaître au niveau mondial que de nombreuses communautés présentes sur la planète possèdent des traditions séculaires, des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être. Il existe autant de communautés que de « traditions » au sens large. En conséquence, la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco vise à recenser toutes les communautés ayant un savoir souvent méconnu, et tous les savoirs méconnus produits et transmis par des communautés.

L’enjeu de la sauvegarde de ce patrimoine immatériel réside dans sa définition. Chaque patrimoine étant différent, on a coutume de dire que le patrimoine culturel immatériel est la communauté à laquelle il appartient. En effet, il s’agit de formuler ce qui appartient à la communauté avant d’envisager une méthode pour sa sauvegarde. Celle-ci est aussi compliquée que multiple. Les traditions immatérielles des communautés actuelles sont vivantes, et donc en mutation constante. L’essentiel pour une communauté est par conséquent de conserver d’abord son histoire, en vue de la protéger de l’oubli, puis de la transmettre.

Le Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France (AOCDTF) à Angers s’est donné pour mission de suivre cette démarche. Depuis 2010, les Compagnonnages dcliche_valentin_favrie_droits_reservese France sont enregistrés sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel en tant que « seau de transmission des savoirs et des identités par le métier ». À l’heure des nombreuses mutations technologiques que vivent les métiers artisanaux, il est essentiel, au regard de la communauté compagnonnique, de conserver les anciennes traditions qui font son identité. Or, l’exemple de ce centre montre qu’un patrimoine culturel immatériel, c’est-à-dire des savoirs transmis oralement de générations en générations, peut se matérialiser à travers une multitude d’objets et d’archives. L’objectif de la centralisation de tous ces témoignages est ainsi de s’assurer de leur préservation, en vue d’une transmission interne et d’une communication à un public peu averti. Le centre a pour objectifs de conserver des traces en vue d’une transmission dans une démarche parfois muséale d’accumulation d’artefacts. Les entrées, encore modestes du fait du jeune âge du centre, sont des dépôts de corps de métiers ou des fonds personnels. Les logiques à l’œuvre sont proches de la collection. Les documents et objets qui parviennent au centre sont chargés d’une forte valeur identitaire (timbres, bannières, souvenirs de tours de France etc.) et relativement anciens.

L’étude de ce mémoire s’inscrit donc entre le passé et le futur. Il raconte comment une communauté tente de préserver son histoire d’un avenir incertain. Il ne décrit qu’un exemple parmi d’autres d’une sauvegarde du patrimoine culturel immatériel d’une communauté. Cependant, il pourra éclairer le lecteur sur les enjeux et les difficultés que peuvent poser la sauvegarde d’un savoir bien spécifique.