Archives par mot-clé : Censure

Séminaire 2015-2016 – Programme du second semestre

Séance 3 : vendredi 15 janvier 2016 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la Maison de la recherche

Diane Anastassiou (université d’Angers), Bibliothèques publiques et censure.

Léna Vuillemenot (université d’Angers), Le contrôle des services publics d’archives par l’administration centrale des archives. L’élaboration, l’application et l’interprétation des priorités de classement (1841-1940)

Séance 4 : vendredi 29 janvier 2016 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la Maison de la recherche

Aurélien Bénel (maître de conférences en informatique, Université de technologie de Troyes), Archives numériques et construction du sens ou « comment échapper au Web sémantique ? »

Séance 5 : vendredi 4 mars 2016 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la Maison de la recherche

Travaux d’étudiants

Fonds, collections et régulations sociales : problématiques et pistes de recherche

La première séance du séminaire 2014-2015, animée par Véronique Sarrazin, maître de conférences en histoire et Patrice Marcilloux, professeur en archivistique (université d’Angers), visait à introduire le thème du nouveau cycle portant sur les fonds et collections comme espaces et outils de régulations sociales.

La notion de régulations sociales renvoie à la mise en place de règles par les groupes sociaux, leurs ajustements, leurs diffusions et leurs contestations. Dans les bibliothèques, comme dans les services d’archives même si les modalités et le cadrage réglementaire diffèrent, se pratiquent sélection, choix et exclusion. Celles-ci s’opèrent dans le processus de fabrication et de mise à disposition du document, limité éventuellement par la censure, à tout le moins par des attentes sociétales en termes de contrôle.

Véronique Sarrazin souligne que, dans l’histoire des bibliothèques, la question du choix et de la responsabilité du professionnel est corrélée à l’émergence d’une lecture publique. Les premières inquiétudes sur le choix des livres s’expriment dès 1860 avec la multiplication des bibliothèques populaires mais surtout après la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Les évolutions vers la lecture publique, l’insertion de la littérature enfantine dans l’offre à partir des années 1960 confortent la nécessaire régulation.

L’historiographie s’est déjà intéressé à un certain nombre de problématiques qui croisent la question des régulations comme l’histoire des bibliothèques populaires1, des bibliothèques municipales2 ou des censures politiques3. Les milieux professionnels se sont aussi saisis du sujet notamment à l’occasion d’affaires de censure municipales au milieu des années 1980 ou à l’occasion d’expositions ou de valorisation de fonds ou de thèmes particuliers4.

Certaines problématiques seraient néanmoins fertiles. Ainsi le discours sur le « bon » livre, l’effacement progressif de cette orientation pour l’affirmation du pluralisme, le passage de la notion positive du choix à celle de la censure, l’acception ou le rejet de certains genres pourraient être éclairés par la confrontation entre les intentions et la réalité des collections constituées ou mises à disposition. Les modalités d’intervention et d’encadrement, comme la mesure de l’efficacité des mécanismes mises en place sont encore mal connues ; la réponse des professionnels, du côté des formations et de la formulation d’une déontologie professionnelle, également, de même que les pressions des usagers et la reconnaissance variable de leur légitimité. La traduction des collections de livre en espaces – permanence d’espaces de relégation, mise en magasin par exemple -, comme l’insertion des titres dans une médiation – choix de la cote, présentation d’un ouvrage dans un contexte de débat notamment – seraient des thèmes à approfondir. On pourrait interroger aussi l’impact de la présence ou de l’absence d’un titre dans les bibliothèques et les enjeux symboliques qui en découlent tant pour la réputation de la bibliothèque comme institution culturelle légitimante que pour les auteurs et éditeurs.cliché B. Grailles

Pour les services d’archives, Patrice Marcilloux relève que la question se pose d’une manière très différente. Les archives sont-elles des objets construits ? C’est déjà un premier enjeu que de l’établir.

Un certain nombre de points semble s’opposer à cette affirmation. Mais un certain nombre d’indices donne à penser le contraire.

La notion même de fonds d’archives semble ne laisser aucune place à un espace de régulation sociale. Ils sont formés en dehors des services d’archives et arriveraient mécaniquement. Dans le principe de respect des fonds, le respect de l’ordre originel semble conduire d’ailleurs à un simple enregistrement de ce qui pré-existe par l’archiviste. La figure de l’archiviste historien qui émerge dans les années 1830 ancre l’archiviste dans une position de scientificité, de neutralité encore très forte aujourd’hui. Les discours de prescription sont par ailleurs très forts : la plupart des actes de la pratique sont réglementés. L’archiviste peut avoir l’impression de se raccrocher à un cadre qui ne lui laisse pas vraiment de choix.

A l’étranger, les approches sont très différentes. La littérature anglophone s’intéresse largement aux limites de la neutralité de l’archiviste5 . Le canadien Terry Cook, rénovateur des théories sur l’évaluation des archives, fait de l’archiviste un acteur6. L’américaine Elisabeth Kaplan dénonce les efforts des archivistes pour apparaître comme des sélectionneurs désintéressés7. Du côté de l’art contemporain où il y a un grand intérêt pour les archives, les traces, le discours porte souvent sur une mise en garde relative à la responsabilité de l’archiviste. On a même parlé de « fascisme » archivistique8. Sonia Combe9 énonce que la formation de l’archiviste repose sur l’illusion de la neutralité alors que le choix est central dans son activité et voit dans les délais de communication une forme douce de censure. On peut également noter que la question de la place des archives dans la fabrique de l’histoire soulève, chez les historiens, depuis quelques années beaucoup d’intérêt. Depuis les années 2000, on observe l’émergence de l’expression de « mise en archives »10.

Les différents actes archivistiques mériteraient d’être observés sous l’angle des régulations sociales. Éric Ketelaar11 a proposé le terme « archivalisation » pour justement mettre en avant la notion de choix, conscient ou inconscient dans la collecte. Les archives privées constituent un révélateur intéressant des mécanismes de prise en compte des demandes sociales, que ce soit par les politiques non formalisées mais observables dans les services publics d’archives ou par l’étude de l’émergence de lieux de collecte concurrentiels. La question se pose aussi pour archives publiques. Ainsi, Mathias Gardet (université Paris VIII) prenant acte de la faible collecte des institutions d’enfants y lit un double déni : déni de l’existence des enfants et déni des traces laissées12. Les priorisations en matière de classements sont intéressantes13. On peut aussi envisager la question des éliminations et donc celle de l’utilité historique14. De même, on pourrait interroger les intervalles existant entre règles de communicabilité et communication effective. Notons par exemple que la notion d’ « honneur des familles » est encore présente dans le Manuel d’archivistique (1970). La pression sociale s’exerce particulièrement dans ce domaine. On peut penser à la mise en ligne des numérisations des registres matricules militaires autorisée par la CNIL contre les propres règles fixées par elle-même.

_________________________________

1. Noël Richter, Les bibliothèques populaires, Paris, Cercle de la librairie, 1978, 227 p. ou plus récemment Laure Léveillé, Les petites bibliothèques de la République : aux origines de la lecture publique parisienne des années 1870 aux années 1930, Université de Paris X, 1998.

2. Marie Kuhlmann, Nelyy Kuntzmann, Hélène Bellour, Censures et bibliothèques au XXe siècle, Paris, Cercle de la librairie, 1989, 352 p.

3. Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008, 587 p.

4. Comme par exemple L’enfer de la bibliothèque. Éros au secret en 2007 à la BNF.

5. Par exemple, Randall c. Jimerson, Archives Power : Memory, Accountability and Social Justice, Society of American Archivists, 2009, réimpr. 2010, 466 p.

6. Par exemple, « Archives, Records, and Power: From (Postmodern) Theory to (Archival) Performance. », Archival Science, 2002, n° 2, p. 171–185.

7. « We are What We Collect, We Collect What We Are : Archives and the Construction of Identity », The American Archivist, vol. 63, 2000, p. 126-151.

8. Archive Fever : Uses of the Document in Contemporary Art, exposition conçue par le centre international de la photographie de New York en 2008.

9. Archives interdites. L’histoire confisquée, Paris, La Découverte, 2010, édition revue, première édition 2001.

10. La mise en archives. Histoire anthropologique des pratiques d’archives, séminaire et enseignement assuré par Yann Potin, professeur agrégé puis chargé d’études documentaires aux Archives nationales, à l’EHESS à partir de 2009.

11. « Archivalisation and Archiving », Archives and manuscripts. The Journal of the Australian Society of Archivists, vol. 27, 1999, p. 54-61.

12. Demi-journée d’étude Quelles sources ? Quelle histoire ? Sources, archives et droits de l’enfant coordonnée par Pascale Quincy-Lefebvre et David Niget, Université d’Angers, CERHIO, le 25 novembre 2014.

13. Bénédicte Grailles, « Les dossiers de dommages de guerre 1914-1918 : une question toujours ouverte ? » dans Martine Aubry, Isabelle Chave, Vincent Doom (éd.), Archives, archivistes, archivistique dans l’Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, entre gouvernance et mémoire, colloque organisé par l’Association des archivistes français et le centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du nord-ouest, Roubaix, 2-4 décembre 2004, Villeneuve d’Ascq, Centre de gestion de l’édition scientifique, 2007, p. 55-69.

14. On peut penser ici à la question de l’élimination des cartes de combattants de la première guerre mondiale en dépit de l’utilisation qu’Antoine Prost a pu en faire dans sa thèse Les Anciens Combattants et la société française (1914-1939) (Paris, Presses de la FNSP, 3 vol., 1977).