Archives par mot-clé : Centre des archives du féminisme

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Les premiers résultats de l’enquête ont pu être présentés par Bénédicte Grailles dans le cadre du colloque Les féministes de la deuxième vague, actrices du changement social organisé parle CERHIO (Angers) et   Le Centre d’histoire de Sciences Po (Paris) (21-22 mai 2010, Université d’Angers, programme en ligne).

Ils ont été publiés en 2012 : « Les raisons du don. L’exemple du Centre des archives du féminisme (2001-2010) », dans Bard (Christine) dir., Les féministes de la deuxième vague, Rennes, PUR, 2012, 260 p., p. 43-58.

 

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

Bénédicte Grailles est maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers. Conservatrice du patrimoine, elle a été archiviste aux archives départementales du Pas-de-Calais pendant une dizaine d’années. Ses thèmes de recherche actuels portent sur les relations internationales archivistiques, l’analyse des pratiques professionnelles ou la réflexion archivistique théorique.

L’intervention prononcée dans le cadre du séminaire Le don en archives et bibliothèques : do ut des ? fait état d’une recherche entièrement originale sur les enjeux symboliques de la transmission des archives militantes et les éventuelles contreparties attendues par leurs donateurs ou déposants. Son propos s’appuie principalement sur deux études de cas : le Centre des archives du féminisme d’Angers (CAF) et le Centre d’histoire du travail (CHT) de Nantes. Les différences entre les deux structures sont évidentes : l’une a la personnalité morale (le CHT), l’autre non (CAF) ; l’une rassemble principalement des femmes (CAF), l’autre des hommes (CHT). Mais ces deux centres d’archives partagent un même objectif de collecte militante d’archives elles-mêmes militantes ce qui en fait un échantillon de recherche intéressant. On peut en effet se demander en quoi l’ethos militant, caractérisé par la mise en mouvement collective de l’individu, influence les conditions et modalités du don d’archives.

Les sources mobilisées sont principalement orales : une enquête orale menée en 2009-2010 par les étudiants du master 2 auprès de donatrices du CAF (en ligne), un film produit par le CHT, Avoir 20 ans dans les archives, ainsi que des entretiens réalisés par le centre et donnés à une radio locale.

L’étude confirme en premier lieu des formes du don qui sont sans doute communes à l’ensemble des archives privées, collectives ou personnelles. Beaucoup de fonds parviennent à ces deux centres d’archives en plusieurs fois, de sorte qu’il n’est pas exagéré de dire qu’ils demeurent longtemps à l’état de fonds ouverts toujours susceptibles d’accroissement. Les hésitations ou confusions sur les formes juridiques du transfert, dépôt ou don, sont non seulement la règle mais semblent même volontairement entretenues, le temps de faire connaissance et d’établir une relation de confiance. C’est au bout de cinq dépôts que l’Union féminine civique et sociale accepte de passer au don. Don ou dépôt, le transfert des fonds d’archives est souvent à mettre en relation avec un événement déclencheur : élaboration d’un travail de type histoire militante par le producteur, remise d’une décoration à un responsable de l’association, événement de nature statutaire invitant à un réinvestissement du passé, encombrement matériel bien sûr, mais toujours vécu comme incluant une dimension mémorielle, psychologique, morale.

En même temps, il y a une incontestable spécificité du don d’archives militantes. Par nature le militant s’efface devant le collectif de sorte que le don ne devient légitime que s’il sert le collectif ce qui donne immédiatement une dimension militante non seulement au choix du lieu de conservation mais encore à la préparation du fonds avant transfert. Les fonds détenus par le CAF ou le CHT sont presque toujours des fonds remodelés, triés, expurgés notamment des documents à dimension trop fortement individuelle. Le don d’archives militantes s’accompagne presque mécaniquement d’un mandat implicite : d’une manière ou d’une autre les donateurs souhaitent que le dépositaire des archives prenne en charge une partie du contenu idéologique initial, assure une continuation du combat, permette le dépassement des générations. CAF et CHT ont beaucoup d’activités qui vont au-delà des simples missions de collecte et de conservation : expositions, colloques, publications, conférences, programmation cinématographique.

Ce positionnement se traduit aussi par le besoin d’un après-don, ressenti par beaucoup de donateurs, qui dépasse l’envoi de l’instrument de recherche et qui permette de vérifier que les archives sont effectivement devenues le ferment d’activités conformes à l’idéologie qui a présidé leur production. Les deux centres adoptent des dispositifs institutionnels qui permettent d’associer étroitement à leur fonctionnement des représentants des donateurs ou potentiels donateurs. On note aussi l’importance des stratégies d’accompagnement du don qui cherchent à orienter l’interprétation des archives cédées : récits de vie réitérés par les donateurs, notules et papillons adhésifs de toute sorte, classements et conditionnements préalables.

Au total, c’est un modèle d’archives de communauté qui se dessine, comparable aux Community Archives anglo-saxonnes dans sa volonté plus ou moins consciente de corriger les effets de collecte induits par le système archivistique public, mais différent dans son acceptation naturelle d’un financement public majoritaire comme dans son désir revendiqué d’adossement à la puissance publique, la caution universitaire jouant un rôle central pour le CAF comme pour le CHT.

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

Projet de recherche sur le don d’archives

Si l’acte de don est une « prestation effectuée sans garantie de retour en vue de nourrir le lien social »[1], y-a-t-il une spécificité du don appliqué aux archives ?  Que signifie pour collecteurs de fonds, donateurs et surtout donatrices cette interaction ? Qui donne ? Pourquoi donne-t-on ? Que donne-t-on ?

‘I wanna hold your hand’ par Josep Ma. Rosell

Nous avons tenté de fournir un premier éclairage sur cette question, en interrogeant un type particulier d’archives, celles issues d’une activité militante. À travers l’étude d’un cas précis, celui du Centre des Archives du féminisme, il s’agit de confirmer ou non le caractère opératoire des théories générales du don et à dégager quelques spécificités. Ces données doivent être croisées avec les modalités de collecte des fonds, la nature des initiatives – privées ou publiques -, et l’existence ou non de politiques de collecte. À partir des éléments réunis, des pistes de réflexion s’offrent à l’archiviste quant au périmètre des fonds à collecter ou sur les méthodes de collecte et de description : capter des parcours de vie, les accumuler, pour que dans leur lecture croisée se reconstruise une visibilité et tenir compte des spécificités typologiques de ces fonds que la normalisation de l’évaluation et de la description archivistiques tend à banaliser voire à dévaloriser. Au-delà, ce projet doit permettre tout à la fois de confirmer l’intérêt de politiques spécifiques de collecte en archives mais aussi d’améliorer et de mieux documenter l’instant de la collecte en vue du traitement et de l’exploitation ultérieurs.

 

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 


[1] Godbout (Jacques), en collaboration avec Alain Caillé, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

 

Cadre d’intervention

Entre décembre 2009 et mars 2010, les étudiants du master 2 Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers ont rassemblé, encadré par l’équipe d’ALMA, des témoignages de donatrices et de collectrices de fonds d’archives féministes. L’étude cherche à éclairer les motivations et les ressorts qui conduisent au don par des entretiens avec des donateurs et des collecteurs d’archives, dans le contexte spécifique des archives féministes entre « silences de l’histoire » et déficit de conservation des traces (M. Perrot, 1998[2]) voir refus de la transmission (C. Bard, 2006[3]).  Les étudiants du master Archives de l’université d’Angers (option valorisation du patrimoine) promotion 2009-2010 ayant contribué au projet sont : Camille Bernard, Blandine Chincholle, Christèle Chevalier, Pierre-Michel David, Thibaud Deshaies, Sybille Gardelle, Maïlys Leyoudec, Gwennan Raulo, Claudia Ricou.

Le lieu de l’enquête

 

Fonds conservés au Centre des archives du féminisme. © B. Grailles

 

L’étude de cas a porté sur les dons aboutis ou non au centre des archives du féminisme (CAF). Ce centre est né dans des conditions particulières et témoigne d’une construction originale[4]. À l’origine du projet, une association Archives du féminisme qui s’est elle-même constituée pour faire face à un cas exceptionnel, celui du fonds d’archives de Cécile Brunschvicg. Cécile Brunschvig[5], secrétaire nationale puis présidente de l’Union Française pour le Suffrage des Femmes, présidente de de la section Travail du Conseil National des Femmes Françaises, directrice de l’hebdomadaire féministe La Française, fait partie des premières femmes au gouvernement, appelée par Léon Blum comme sous-secrétaire d’Etat à l’Education nationale en 1936. Son fonds d’archives comme celui de son mari le philosophe Léon Brunschvicg aujourd’hui conservé à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, est spolié en juin 1940 puis saisi  par l’Armée rouge et emporté à Moscou, disparu pendant des décennies et restitués au propriétaire légitime en 2000[6].   La famille Baruch cherche alors à rendre le fonds Cécile Brunschvicg acccessible ; elle se tourne tout naturellement  vers la seule institution de conservation clairement identifiée comme centre de ressources féministes, la bibliothèque Marguerite Durand (BMD) . Faute de place, celle-ci ne peut accueillir les 45 cartons du « fonds russe » n° 280[7].  Christine Bard, enseignante, chercheuse et féministe, initie alors l’association et trouve à Angers où elle enseigne une conjonction favorable : un lieu de recherche en histoire des femmes et du féminisme, une bibliothèque universitaire sensibilisée à la question des fonds spécialisés avec un directeur soutenant le développement d’une politique de collecte, et  une formation en archivistique capable de fournir une expertise. La collaboration est formalisée par une convention le 4 octobre 2000 renouvelée le 26 avril 2007 pour cinq ans. Le CAF est officiellement inauguré le 18 juin 2001. L’association Archives du féminisme assure le repérage des fonds. Le rythme de collecte du CAF est d’environ deux à trois fonds par an, ce qui correspond aux capacités de traitement et permet d’assurer leur mise à disposition rapide. Les fonds collectés sont de deux ordres : des fonds associatifs et des fonds personnels. Le CAF se prête bien à une étude de cas de par sa spécialisation très claire et son volume de collecte, modeste au regard d’autres institutions, mais régulier.

Les personnes interrogées

Ont été sollicitées des donatrices de fonds et des personnes qui ont été amenées à initier ou participer à des collectes de fonds d’archives. Le croisement des différents itinéraires a été interrogé pour analyser les facteurs favorables et défavorables dans l’aboutissement du don. Il s’agissait aussi de s’interroger sur l’après-don. La transaction est-elle close après l’arrivée des documents ou continue-t-elle et sous quelle(s) forme(s) ? L’objectif de représentativité du corpus était bien entendu espéré au regard des personnes mais aussi au regard des documents confiés. Sept entretiens au final ont été menés.

Outils élaborés

Un module de présentation, conçu avec la chaîne éditoriale Opale et en xml  avec l’aide méthodologique du STIC et de Thomas Desserey, est proposé ici dans une version html. Vous y trouverez une présentation détaillée du projet, ainsi que tous les outils méthodologiques (guides d’entretien, contrat de communication, contrat d’abandon de droit, fiches méthodologiques). Les entretiens ont fait l’objet d’inventaires chronothématiques accessibles aussi par ce module.

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

 

 

 


[1] GODBOUT (Jacques), en collaboration avec Alain CAILLÉ, L’Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992, 344 p., p. 32.

[2] PERROT (Michelle), Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, XVI-494 p.

[3] BARD (Christine), METZ (Annie), NEVEU (Valérie), dir., Guide des sources de l’histoire du féminisme de la Révolution française à nos jours, PUR, Archives du féminisme, 2006, 442 p., p. 13.

[4] GRAILLES (Bénédicte), « Collecter et rendre visible les archives du féminisme : une action en réseaux », Les archives des syndicats et des mouvements sociaux, La Gazette des archives, n° 221, année 2011-1, p. 173-185, illustrations p. XVIII-XIX.

[5] Sur Cécile Brunschvig, on se reportera aux travaux et interventions de Cécile Formaglio : position de thèse de l’Ecole des chartes, intervention dans Femmes, une histoire en mouvement, 8 mars 2008,  article dans histoire@politique, n° 1, mai-juin 2007.

[6] CŒURÉ (Sophie), La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Paris, Éditions Payot & Rivages, 2007, 270 p.

[7] BARUCH (Marc-Olivier),  Archives du féminisme, n° 2, été 2001, p. 10.