Archives par mot-clé : Classement

Séminaire 2015-2016 – Programme du second semestre

Séance 3 : vendredi 15 janvier 2016 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la Maison de la recherche

Diane Anastassiou (université d’Angers), Bibliothèques publiques et censure.

Léna Vuillemenot (université d’Angers), Le contrôle des services publics d’archives par l’administration centrale des archives. L’élaboration, l’application et l’interprétation des priorités de classement (1841-1940)

Séance 4 : vendredi 29 janvier 2016 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la Maison de la recherche

Aurélien Bénel (maître de conférences en informatique, Université de technologie de Troyes), Archives numériques et construction du sens ou « comment échapper au Web sémantique ? »

Séance 5 : vendredi 4 mars 2016 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la Maison de la recherche

Travaux d’étudiants

Sujets de recherche 2014-2015

Les étudiants du parcours Métiers des archives du master mention histoire, document de l’université d’Angers réalisent au cours de leur première année de master un mémoire de recherche. Continuer la lecture de Sujets de recherche 2014-2015

Classer les archives et les bibliothèques

couverture_pur_classer archivesLes travaux de l’équipe Alma sur les raisons classificatoires dans le cadre du séminaire tenu entre 2008 et 2012 se sont concrétisés dans une publication parue aux Presses universitaires de Rennes : Bénédicte Grailles, Patrice Marcilloux, Valérie Neveu et Véronique Sarrazin (dir.), Classer les archives et les bibliothèques. Mise en ordre et raisons classificatoires, 2015, 246 p. Continuer la lecture de Classer les archives et les bibliothèques

Qu’est-ce que classer des archives définitives ?

Dans le cadre du projet de modélisation du classement des archives définitives, nous avons essayé de décomposer toutes les actions, d’analyser leur enchaînement et de dresser la liste des outils mobilisés.

 À partir des quatre grandes phases, à savoir « identifier le fonds », « préparer le classement », « trier et éliminer », « mettre en œuvre le classement », différentes opérations ont été identifiées. Pour des raisons de lisibilité des ordinogrammes, il a parfois été nécessaire d’extraire des sous-processus explicitement rattachés à un processus parent.

Les quatre phases ont été décomposées en 17 sous-tâches. 

 

  Phase d’identification du fonds
  • Délimiter le fonds
  • Identifier le producteur
  • Collecter des informations sur le producteur
  • Attribuer au fonds sa place dans le plan de répartition des fonds du service

 

  Phase de préparation du classement
  • Récoler 
  • Identifier les ensembles de documents
  • Créer et mettre à jour un journal de classement
  • Identifier les documents manquants
  • Rechercher les documents manquants
  • Élaborer un plan de classement

 

  Phase de tris et éliminations
  • Trier un fonds d’archives
  • Vérifier la lisibilité du support
  • Valider l’élimination
  • Échantillonner

 

  Phase  de mise en œuvre du classement
  • Mettre en ordre matériellement un fonds
  • Constituer un article
  • Coter les articles

À titre de comparaison, les Archives nationales du Québec dans leur manuel Normes et procédures archivistiques[1] proposent, dans le chapitre C intitulé La classification d’archives[2] le cheminement suivant[3] :

  • Section 1 – L’application du principe de respect des fonds
  • Section 2 – Le plan général de classification des Archives nationales du Québec
  • Section 3 – L’élaboration du plan de classification spécifique d’un fonds ou d’une collection
  • Section 4 – La cotation des unités de description
  • Section 5 – La numérotation des unités de rangement
  • Section 6 – La numérotation des chemises de classement

 

Contexte du projet et bilan : ici.


[1] 6e édition revue et augmentée, Québec, Les publications du Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 1996, 191 p.

[2] Auteurs de ce chapitre : Jean-Pierre Therrien, Jacques Ducharme, Louis Garon, Gilles Héon, Gilles Durand, Normand Charbonneau.

[3] La question du tri est traitée dans un autre chapitre.

Classement et records management

 

Contexte et contributeurs

Ce projet de modélisation prend la suite de celui qui a été mené en 2009-2010 sur les archives définitives. Cette fois-ci, il s’agissait d’appréhender la notion de classement versus Records management. Il a été mené en collaboration et avec le soutien de la Commission Records Management (CRM) de l’Association des archivistes français (AAF)  toute nouvellement créée en 2011  et animée par Sylvie Dessolin-Baumann, responsable du centre national des archives de l’association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA). Ont contribué les étudiants de l’option Records management du master Métiers des archives de l’université d’Angers, promotion 2010-2011 : Florimont Carton, Marion Lacour, Sylvain Louvet, Marc Scaglione, Raphaël Vaudaux. Ils ont bénéficié de l’aide bienveillante de professionnels : Aurélien Conraux, chef de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives à la Bibliothèque nationale de France ; Sylvie Dessolin-Baumann déjà citée ; Delphine Fournier archiviste au sein du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies renouvelables (CEA) ; Damien Hamard, chargé de mission archives à l’Université d’Angers ; Arnaud Jules, Records Manager du groupe France Telecom ; Anne-Élyse Lebourgeois, conservateur du patrimoine au Ministère de la Défense, centre des archives du personnel et de l’armement à Châtellerault ; Anne-Sophie Maure, chargée d’études documentaires au ministère des Affaires étrangères et européennes. Le projet devait aboutir à un manuel décrivant les procédures dans lesquelles s’opéraient une classification, notamment l’élaboration des plan de classement ou de classification, système d’identification, indexation.

Méthodologie

La méthodologie suivie a été la même que pour le manuel de classement des archives historiques : revue bibliographique et cybérographique, recueil d’expériences par une enquête écrite complétée par des entretiens oraux, analyses des données et élaboration de procédures, soumission à un groupe test, corrections. Sur un plan pratique, nous avons utilisé un logiciel d’un éditeur connu qui permet de créer des diagrammes et schémas de processus dynamiques et qui présente l’avantage de proposer une version gratuite pour les étudiants.

Périmètre

Il a été décidé de se concentrer sur la phase préalable, celle de la conception d’un système de Records management, tout en intégrant les actions relatives à l’amélioration continue du système. Nous nous sommes intéressés aux opérations liées à l’élaboration d’un plan de classement de type RM (ou plan de classification, en rose), à la création d’un système de nommage et d’identification (en bleu), aux contrôles et processus correctifs (en jaune). 11 processus sur 16 ont fait l’objet d’une analyse (en gris, tâches non décrites par un ordinogramme).

Shéma des opérations de classement en Records Management

 

[télécharger l’image en pdf, cerhio_bg_process_classement_rm_2011]

Un projet voué à l’échec ?

Les difficultés ont été nombreuses et témoignent de fait des débats qui agitent les milieux professionnels sur la question du Records management  : ambigüité de définition et périmètre des Records ; existence d’une tradition de pré-archivage spécifique en France ; appréhension variable des outils du RM ; difficultés à s’accorder sur une terminologie commune et méfiance envers la terminologie internationale. Le terme de « classe » a par exemple posé problème et n’a pas suscité d’adhésion. L’objectif du projet était de modéliser les bonnes pratiques. Il a inversement démontré que le consensus professionnel n’était pas abouti sur la question. La phase d’enquête et de test a fait apparaître des injonctions contradictoires qui ont rendu la modélisation contestable. Un autre problème a surgi qui a amené à restreindre le périmètre de départ, celui de la nécessaire distinction entre la conception du système et la mise en œuvre opérationnelle.

 

Mais de possibles rebondissements

Ce projet, dont nous avons  évoqué les limites, est à concevoir comme une première étape dans la modélisation du RM. Il a été présenté lors de la réunion de la commission Records management de l’AAF le 9 décembre 2011 à Issy-les-Moulineaux (programme [en ligne], consulté le 20 mars 2011). Un groupe de travail spécifique « modélisation, procédures, partage » devra conduire un enquête auprès des membres et mener à bien un nouveau recueil d’expériences. Cette collecte, qui a un objectif plus large que la modélisation du classement puisqu’elle entend s’intéresser à l’ensemble du système RM, permettra de reprendre, avec des données complétées, cette question.

Les raisons classificatoires – Programme du séminaire ALMA 2011-2012

 

Séance 1 : jeudi 20 octobre 2011 de 10h00 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Olivier Mattéoni (université de Paris I-Panthéon-Sorbonne) : « Les archives des chambres des comptes médiévales, classements et inventaires anciens ».

 Séance 2 : jeudi 15 décembre 2011 de 10h00 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Olivier Le Deuff (université de Bordeaux III) : « Web et logiques classificatoires ».  

 Séance 3 : jeudi 26 janvier 2012 de 10h00 à 12h00 en salle D038 (bâtiment de l’UFR)

 Damien Hamard (université d’Angers) : « 998… 999… 1 000 adhérents : l’Association des archivistes française en 2000 »

 Séance 4 : jeudi 16 février 2012 de 10h30 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Travaux d’étudiants : Marion Brangeon (Les expositions d’archives : un défi pour créer des liens entre visiteurs et organisateurs. Les expositions du service des archives municipales d’Angers, 1985-2010) ; Cécile Delaunay (Le sort des archives administratives d’Ancien Régime pendant la Révolution. Le cas des archives aujourd’hui conservées aux archives départementales de Loire-Atlantique, 1790-an VIII) ; Margot Georges (Les chercheurs en laboratoire et leurs archives, étude d’une représentation des archives. Le cas du laboratoire de pathologie de la Station nationale d’essai des semences, 1993-2011) ; Aude Pouce (L’archiviste dans la seconde moitié du XIXe siècle : un professionnel des archives, un érudit et un notable. L’exemple de Charles (1852-1894) et Louis Loizeau de Grandmaison (1894-1906) en Indre-et-Loire).