Archives par mot-clé : Damien Hamard

Quelles sources ? Quelle histoire ? Sources, archives et droits de l’enfant

Le 25 novembre 2013, dans le cadre de l’action « Espace de la cause des enfants – Protection et droits de l’enfant au XXe siècle, se déroulera à la MSH d’Angers une demi-journée d’étude coordonnée par Pascale Quincy-Lefebvre et David Niget, Université d’Angers, CERHIO.

Programme :

13h45 – Accueil

Quelle histoire ? (Pascale Quincy-Lefebvre et David Niget, Université d’Angers)

Retour d’expériences. Les professionnels et leurs archives : le CNAHES (Mathias  Gardet, Université de Paris 8)

Des ego-archives, usages, usagers et postures d’usage (Patrice Marcilloux, Université d’Angers)

Les archives du CIE (Centre International de l’Enfance). Quelles exploitations, quelles valorisations ? Présentation du fonds et discussion (Damien Hamard et Yves  Denéchère, Université d’Angers)

17h00 – Finaffiche_20131025

Du master au doctorat en archivistique

Conformément à l’article 13 de l’arrêté du 7 août 2006 portant sur la formation doctorale, le doctorat porte sur un champ disciplinaire couvert par l’accréditation de l’école doctorale et doit être préparé dans une unité de recherche reconnue. Il est possible à un diplômé de master de préparer une thèse en lien direct avec les archives à l’université d’Angers, au sein de l’école doctorale « Sociétés, cultures, échanges ». Celle-ci peut accueillir – et c’est son originalité – des projets de recherche en histoire des archives mais aussi en archivistique ou en gestion des documents d’activité.

Le projet de recherche

La thèse de doctorat est le diplôme et le niveau d’instruction universitaire le plus élevé et matérialise un niveau d’expertise reconnu internationalement. Elle se prépare en trois ans, sauf pour les salariés non allocataires pour lesquels une durée de 6 ans est acceptée. La préparation de thèse s’inscrit dans le cadre d’un projet personnel et professionnel. Elle repose sur un accord librement conclu entre le doctorant, le directeur de la thèse, le cas échéant un co-encadrant, sur le choix du sujet et les conditions de travail nécessaires à l’avancement de la recherche. Le sujet doit présenter un caractère novateur dans le contexte scientifique.

Le directeur de thèse doit être professeur des universités ou maître de conférences habilité à diriger les recherches. Le projet de recherche doit être validé par le laboratoire d’accueil et l’école doctorale.

La structure d’accueil

Les doctorants en archivistique sont rattachés à l’école doctorale des Pays-de-Loire « SCE » Sociétés, cultures, échanges – ED 496, site d’Angers. Le laboratoire d’accueil est le Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO) UMR CNRS 6258, site d’Angers, dont une des équipes (ALMA, Archives, Livres, Manuscrits et Autres supports de l’information) développe un programme de recherche en archivistique et bibliothéconomie.

Des exemples de thèses en cours

Damien Hamard s’intéresse aux Réseaux professionnels d’archivistes en France depuis 1970 (blog ici). Il a notamment publié « L’archiviste et le syndrome de l’araignée : état des réseaux de l’archiviste en 2010 » (L’archiviste dans la cité, La Gazette des archives, n° 222, 2011). Il a présenté certains résultats de sa recherche dans le cadre de différents séminaires à Angers mais aussi à l’occasion du forum des archivistes, organisé par l’Association des archivistes français du 20 au 22 mars 2013 : «  Archives-fr : ce que les messages disent de la communauté ».

Charly Jollivet prépare une thèse intitulée Archives, archivistique et logiques d’usage dans les territoires issus de la colonie de Madagascar de 1946 à nos jours. Il étudie dans une logique comparative Mayotte, Madagascar et les Comores. Il est intervenu dans différents colloques (« Destructions d’archives : le cas des Comores (1975-2001) », 2012 ; « Le stage technique international d’archives : lieu de diffusion de l’archivistique française ou lieu d’apprentissage  par l’échange ? », 2013) et au forum des archivistes (« Archiviste de l’océan indien. Regards croisés de professionnels des archives de Mayotte, Madagascar et des Comores », 2013).

Contact 

Patrice Marcilloux (patrice.marcilloux[at]univ-angers.fr)