Archives par mot-clé : Dématérialisation

Les archives, support d’émotions ? Le point de vue des archivistes à l’ère du numérique

Par Sandy Guibert

Sandy Guibert, Les archives, support d’émotions ? Le point de vue des archivistes à l’ère du numérique, mémoire de recherche de master 1 Histoire, Document (métiers des archives) de l’université d’Angers, 2013, 96 p.

Prenant la suite de deux enquêtes menées par Sabine Mas, Louise Gagnon-Arguin et Anne Klein en 2010 et 20121, ce mémoire se fonde sur une enquête par voie de questionnaire réalisée en avril 2013 auprès d’archivistes en activité ou retraités et d’étudiants se destinant aux métiers des archives2. Le but était de recueillir le point de vue d’archivistes sur les relations qu’ils entretiennent avec les documents qu’ils traitent, mais aussi d’appréhender la dimension émotive des archives et son éventuelle influence sur les pratiques professionnelles. Entre support et informations, quels éléments suscitent des émotions chez les professionnels des archives ? La dématérialisation des informations affecte-t-elle les émotions ressenties ?

Les résultats de l’enquête confirment l’existence d’une dimension émotive de certaines archives. Les répondants, au nombre de 86, affirment que les informations contenues dans les documents déclencheraient l’émotion plus que le support même. Pourtant la matérialité des documents ou l’aspect esthétique de certaines archives ne laissent pas totalement indifférents. L’ancienneté de certaines archives et leur apparente fragilité amènent archivistes et lecteurs à réfléchir sur leur mortalité, la brièveté de leur vie comparée à ces documents en théorie éternels. Quant aux documents natifs électroniques, ils suscitent beaucoup d’interrogations, certains participants leur attribuant une dimension émotive potentielle, d’autres refusant de la prendre en compte.

Le contact physique, sensoriel, est donc un puissant vecteur d’émotions, mais il est souvent conjugué avec un autre facteur : un contenu émouvant en tant que tel ; une émotion médiatisée par une autre personne, un lecteur généralement. La perception de l’intimité des personnes et des familles est un élément récurrent dans les réponses des participants. La seconde guerre mondiale et l’Occupation, les spoliations et le génocide juif sont fréquemment cités. L’incarnation de la grande histoire dans un parcours individuel génère empathie et compassion. Mais les émotions suscitées par les archives semblent être de nature individuelle, difficile à partager notamment avec ses collègues, peut-être par souci de préserver un professionnalisme forcément neutre.

Plus qu’une réflexion sur les archives et les émotions qu’elles peuvent provoquer, ce mémoire met en évidence la passion qui anime la plupart des professionnels interrogés. Suivant leur formation ou les missions qu’ils effectuent, les éléments mis en avant par les personnes interrogées divergent. Les archivistes ayant une formation d’historien se démarquent des autres en insistant sur le caractère « historique », ancien, patrimonial des archives, qui sont vues avant tout comme des sources d’histoire. La formation jouerait donc, comme joueraient également les missions exercées : contact physique, consultation prolongée comme lors d’un classement ou d’une valorisation, favorisent la naissance de l’émotion.

Le métier d’archiviste en lui-même suscite des émotions, qu’il s’agisse de la joie d’échanger avec les publics ou du désarroi des professionnels face au mauvais état matériel des documents. Ces émotions ne s’épuisent pas avec le temps. Au contraire. Tout se passe comme si leur réitération accentuait leur intensité.

Consulter le mémoire

_____________________________

1. Sabine Mas et Louise Gagnon-Arguin, avec la collaboration de Aïda Chebbi et Anne Klein, « Considérations sur la dimension émotive des documents d’archives dans la pratique archivistique : la perception des archivistes », Archives, 2011, 42-2, p. 53-64

2. Cette enquête comportait un volet prosopographique important. Certaines questions permettaient de situer les répondants par rapport à l’enquête Pratiques culturelles diligentée par le ministère de la Culture (département des études, de la prospective et des statistiques) depuis les années 1970. De nombreuses réponses libres étaient prévues, permettant de recueillir des témoignages et des données qualitatives.

La numérisation : rupture ou renouvellement des pratiques du patrimoine ? (journée d’étude du 13 février 2009)

PROGRAMME

 

9h30 : Ouverture de la journée par Didier Le Gall, doyen de la faculté des Lettres, langues et sciences humaines de l’université d’Angers et Mathilde Armand, présidente de l’AEDAA.

9h45 : Introduction par Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences à l’université d’Angers.

10h00 : Préambule technique : les enseignements de la pratique par Christian Chabrier, directeur d’Arkhênum.

 

Publics et usages

10h35 : Le site Mémoire des hommes par Laurent Veyssière, direction du patrimoine, de la mémoire et des archives du ministère de la Défense.

10h5511h15 : Pause

11h15 : La numérisation du mobilier du Petit Trianon (Grand Versailles numérique) par Bertrand Rondot, musée national et domaine national de Versailles.

11h35 : Entre croyances et généalogie, les projets des Mormons par Jean-Pierre Massela, Église de Jésus Christ des saints des derniers jours.

11h55 : Discussion

Des pratiques professionnelles en adaptation

14h00 : Les usages du site des archives départementales de Maine-et-Loire, présentation par les étudiants du M2 Histoire et métiers des archives d’Angers.

14h20 : Le rôle d’une collectivité régionale dans un programme de valorisation du patrimoine : le Conseil régional d’Aquitaine et la Banque numérique du Savoir d’Aquitaine par Elise Dudézert, direction de la culture du conseil régional d’Aquitaine.

14h40 : La coopération entre bibliothèques et services d’archives pour la numérisation et la mise en ligne des collections de presse ancienne par Thierry Claerr, direction du livre et de la lecture au ministère de la Culture et Jean-François Moufflet, direction des archives de France-DITN, ministère de la Culture.

15h0015h15 : Discussion

15h1515h45 : Pause

15h45 : La numérisation des fonds photographiques de la ville de Paris par Stéphane Chantalat, bureau des musées de la ville de Paris.

16h05 : La numérisation d’archives dans les relations internationales aujourd’hui par Christine Martinez, direction des Archives de France.

16h25 : Discussion

16h40 : Conclusions par Patrice Marcilloux, maître de conférences à l’université d’Angers.

17h30 : Visite de la collégiale Saint-Martin.

 

Un rapide compte rendu de l’enquête mené par les étudiants sous la direction de Patrice Marcilloux est publié sur le site des archives départementales de Maine-et-Loire (ici).

Archives : matérialités en question (journée d’étude du 10 février 2012)

Comment repenser la matérialité des archives et ses enjeux dans un contexte de diversification des supports ?

 

         Depuis la fin du XXe siècle, nous assistons à une évolution des formes des archives et, avec le passage au numérique, de nouveaux supports sont apparus. La dématérialisation est devenue une pratique de plus en plus fréquente. Ce contexte a provoqué une reformulation de la définition légale des archives : selon la loi du 3 janvier 1979, celles-ci étaient l’ensemble des documents quel que fût « leur support matériel ».

         Mais la loi du 15 juillet 2008 a retiré toute référence à la matérialité. Pour autant cette dernière ne demeure-t-elle pas une dimension difficilement dépassable et l’effacement de la matérialité est-il même si unanimement souhaité qu’on le dit généralement ?

     Quels éléments de réponse nous apportent des sciences proches de l’archivistique comme les sciences de l’information ou les sciences humaines en général ?

     Que sait-on des mécanismes d’adaptation et des changements d’attitudes des professionnels et des publics ?

     Certains regards sur les archives, celui des artistes notamment, ne viennent-ils pas paradoxalement célébrer la matérialité des archives au moment où elle se relativise ?

 Programme

 9h15    Échange d’une convention de partenariat entre Didier Le Gall, doyen de la faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines, et Ousmane Mbaye, responsable du pôle Patrimoine documentaire d’EDF (EDF archives/reprographie).

Signature de la convention par Didier Le Gall (Université d’Angers) et Ousmane M’Baye (EDF)

9h30    Ouverture de la journée, Didier Le Gall, doyen de la faculté de Lettres, Langues et Sciences humaines de l’université d’Angers, et Anne Lafon, présidente de l’Association des étudiants et diplômés d’archivistique d’Angers.

9h45    Introduction de la journée, Damien Hamard, archiviste de l’université d’Angers.

 

 I. La matérialité, regards disciplinaires

Sous la présidence de Didier Boisson, professeur des universités en histoire moderne.

 10h05    « Numérique et matérialité : le rôle du support dans le fonctionnement de l’archive », Bruno Bachimont, directeur à la recherche de l’université de technologie de Compiègne.

 10h25     « De quelques aspects juridiques du support », Michèle Battisti, responsable de la veille juridique pour l’Association des professionnels de l’information et de la documentation.

 10h45    « La matérialité des objets d’affection : souvenirs, médiathèques domestiques et patrimonialisations », Véronique Dassié, chercheur associée au laboratoire CITERES (Tours). 

 11h05    Débat

 11h20    Pause 

 

II. Supports, pratiques professionnelles et publics

 Sous la présidence de Jean-Michel Matz, professeur des universités en histoire du Moyen Âge.

11h40    « La dématérialisation de la collecte : vers l’effacement de la matérialité de l’archive ? », Céline Guyon, responsable de la politique de gestion des documents électroniques et des archives au conseil général de l’Aube. 

 12h00    « Du généalogiste au généanaute : des pratiques renouvelées ? », étudiants du M2 professionnel Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers.

 12h20    Pause déjeuner 

14h00    « Les bibliothèques à l’épreuve de la dématérialisation », Claude Poissenot, enseignant-chercheur au département Info-Com de l’IUT Nancy-Charlemagne.

14h20    « Quels repères pour la lecture numérique ? », Claire Belisle, ingénieure de recherche CNRS.       

14h40    Débat 

 

III. Quand l’art parle d’archives 

Sous la présidence d’Yves Denéchère, professeur des universités en histoire contemporaine.

15h00   « Matières confondues », Béatrice Corfmat-Moulun, enseignante en arts plastiques au collège et lycée David d’Angers.   

15h20   « Archives de l’art, art de l’archive : coudoiements et rencontres en matérialité», Patrice Marcilloux, maître de conférences en archivistique à l’université d’Angers. 

15h40    Pause    

16h00    « Archives et pratiques contemporaines », Sylvie Mokhtari, responsable de la revue Critique d’Art, éditée par les Archives de la critique d’art. 

16h20    Débat 

16h40    Conclusion, Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers.

 

17h00     Fin de la journée d’étude

 

18h30    Découverte des œuvres de Béatrice Corfmat-Moulun dans son atelier, au 14, rue Roger de la Grandière à Angers (sur inscription).

Le blog des étudiants est ici. Le live-tweet est archivé par l’AEDAA.