Archives par mot-clé : Exposition

L’exposition virtuelle « Archives et Démocratie » aux Archives de l’État en Belgique : la sensibilisation du citoyen commence par l’enseignement

Par Steeve Costeseque et Xavier Gelly

Voir la vidéo

geertrui_elautGeertrui Elaut, du service au public des Archives de l’État en Belgique, présente, à l’occasion de la journée d’étude du 6 février 2015, le projet Archives et démocratie, projet qui s’est concrétisé dans la mise en ligne d’une exposition et d’un espace pédagogique le 20 novembre 2009. L’objectif était de faire prendre conscience que les archives jouent un rôle sociétal important et qu’elles sont essentielles au bon fonctionnement des démocraties.

Deux types de publics étaient visés : les jeunes de 15 à 18 ans et les enseignants. Le choix d’une exposition virtuelle plutôt que physique s’est révélée être le plus adapté à ces cibles. Ont été prises en compte également des considérations organisationnelles et économiques : déplacement des écoles sur les lieux d’exposition de plus en plus difficile et coût de la muséographie. Au moment de la conception de l’exposition, les Archives de l’État n’avaient pas l’expérience de ce genre de réalisation. Il y avait peu d’exemples disponibles en dehors d’expositions virtuelles anglophones. Le projet a demandé beaucoup d’implications et de ressources. Le jour de l’inauguration du site, une journée d’étude s’est déroulée au Sénat et la publication scientifique Archives et démocratie a fait l’objet d’une présentation1.page_accueil_archives_democratie_be

Le site de l’exposition est construit en plusieurs niveaux avec des modules interactifs. Les thèmes sont limités et l’accent est mis sur l’aspect ludique via des jeux et des quizz. Le texte a été volontairement limité et l’interactivité systématiquement recherchée. Le site offre également une aide pédagogique pour les enseignants, accessible via un login, afin que ces derniers puissent développer certaines thématiques en classe.

bandeau_exercices_archives_democratie_be

En ce qui concerne les modules, le premier menu_archives_democratie_beexplique la notion d’archives. Il cherche également à dépoussiérer l’image classique des archives. Le second met en avant la position centrale du citoyen et le rôle des archives pour lui ainsi que pour la construction démocratique d’une nation. L’accès à l’information est un droit démocratique nécessitant une bonne gestion des archives. Elles doivent être accessibles, complètes, lisibles. Enfin le troisième module met en lumière quatre types de menaces pour les archives : la guerre, les dictatures, les violations des droits de l’Homme et enfin les catastrophes. Chaque cas est documenté, les discours trop théoriques sont évités.

Le site a reçu 82 000 visiteurs pour un temps moyen de 7 minutes. 1 300 enseignants ont créé un profil pour accéder aux ressources pédagogiques, ce qui est un succès.

À la fin de son intervention, Geertrui Elaut aborde la question de l’avenir de ce type d’action. D’après elle, au vu des restrictions budgétaires qui touchent la politique scientifique belge, cette démarche ne pourra pas être renouvelée dans les années à venir et fragilise donc une approche du public pourtant payante au vu du succès qu’elle a rencontré.

_______________________

1. Geertrui Elaut, Archives et démocratie : une introduction bibliographique, Miscellanea archivistica, Manuale, n° 61, Bruxelles, Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les provinces, 2009, 92 p.

Live-tweet de la journée du 15 février 2013

Il était possible de suivre la journée d’étude sur tweeter avec le hashtag (pardon ! mot-dièse)  # jearchives13. Ce live-tweet a été archivé en pdf-A.

Avant de le consulter quelques éléments d’explications :

– les messages sont dans l’ordre suivant : du plus récent au plus ancien. Il faut donc commencer par la fin et remonter les messages pour rétablir le bon ordre conversationnel

– un message avec un nom d’utilisateur précédé du signe @ est une réponse à cet utilisateur

– RT signifie que l’on ré-adresse le message de quelqu’un

Nous remercions particulièrement brullier7, dhamard et limonadeandco, ainsi que tous ceux qui ont bien voulu réagir en direct.

 

Pour consulter, le live-tweet archivé : live_tweet_je_angers_2013.

 

On peut aussi  les consulter les billets suivants :

La place des expositions d’archives aux Archives de Maine-et-Loire (1980-2002)  par Elisabeth Verry

Les publics des expositions d’archives : essai d’approche quantitative et qualitative par Brigitte Guigueno

Les publics des expositions des archives départementales de Maine-et-Loire par les étudiants du M2 Métiers des archives (Hugues Brochet, Maxime Cormier, Guillaume Coupevent, Côme de Guérines, Nicolas Massard, Lucie Perrault, Camille Ruchaud, Benjamin Rullier, Océane Valencia).

Scénographier le document écrit : l’exemple des archives départementales de Maine-et-Loire par Raphaël Aubrun

Les sites multimédias des Commémorations nationales et les documents d’archives par Jean-Baptiste Auzel

Expositions pluridisciplinaires : la place du document. L’exemple de l’exposition ‘‘1917’’ au Centre Pompidou-Metz par Claire Garnier

Les archives mises en exposition par Sophie Mariani-Rousset, maître de conférences en psychologie, Université de Franche-Comté.

 L’écrit dans l’exposition. Formes et réceptions par Florence Andreacola

Entre capteurs et Eye tracking, une approche innovante des publics de musée : présentation de l’équipement d’excellence Matrice par Denis Peschanski

 

Et pour conclure la journée, nous avons bénéficié d’une visite commentée de l’exposition « Too Web or Not to Web », Xe triennale internationale des mini-textiles, Musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine. Merci au musée de nous avoir accueilli, merci à notre guide.

L’écrit dans l’exposition. Formes et réceptions par Florence Andreacola

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

Vue de l’exposition Spoliés. L’aryanisation économique en France 1940-1944

 


 

Florence Andréacola est muséologue et doctorante à l’Université d’Avignon. Elle a participé à une enquête menée autour d’une exposition du musée de la résistance de l’Isère en 2010 Spoliés. L’aryanisation économique en France 1940-1944 (durée : 9 mois) qui sert de fil conducteur à cette intervention1. Elle s’est aussi appuyée sur les travaux de  Marie-Sylvie Poli,  spécialiste de l’écrit dans l’exposition (Le texte au musée : une approche sémiotique, Editions L’Harmattan, Paris, 2002, 130 p.).

Le texte est un élément majeur dans l’exposition, depuis son titre jusqu’à son cartel. C’est une composante essentielle. Une typologie a été proposée par Daniel Jacobi, Delphine Miège, Karine Tauzin (La médiation écrite de l’art contemporain et ses formes dans quelques centres d’art, délégation aux arts plastiques, Ministère de la Culture, 2001). Elle montre la variété des supports et la variété des discours. Si on regarde plus spécifiquement le registre endotextuel (signalétique, titres, étiquettes, panneaux, textes électroniques de dispositif vidéo informatique), on constate des formats très normalisés : cartels, textes bio-chronologiques par exemple.

Le texte est dialogique : il est nourri de textes antérieurs et écrit pour faire réagir le lecteur ; il donne des informations sur les courants de pensée approuvés ou non, sur une catégorisation sociale du visiteur idéal ; il a des silences. Le sens n’est pas imposé mais résulte d’une interprétation. Jouent le ton, le format, la syntaxe (mise en intrigue par exemple), le lexique. Le mode de la conversation, polyphonique (parole des concepteurs, parole d’un historien etc qui se croisent), l’humour, une approche encyclopédique peuvent exister.

Lorsque c’est l’écrit qui est exposé, la difficulté est d’équilibrer les textes de l’exposition et les textes des documents. Comment commenter du texte ? Comment gérer l’aspect conversationnel généré par le document d’archives ? Les documents d’archives, dans l’exposition, même reproduits et même médiatisés, sont perçus comme des preuves et les concepteurs de l’exposition ont tout intérêt à miser sur la conversation qui s’instaure par la présentation des documents écrits.

________________________________________

1. Les résultats sont à paraître à la Documentation française.

Expositions pluridisciplinaires : la place du document. L’exemple de l’exposition ‘‘1917’’ au Centre Pompidou-Metz par Claire Garnier

 

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Vue de l’exposition 1917 au centre Pompidou-Metz

Claire Garnier (centre Pompidou-Metz) s’interroge sur la place du document dans les expositions pluridisciplinaires à travers plusieurs exemples1 en particulier l’exposition 1917 (du 26 mai au 24 septembre 2012 au centre Pompidou-Metz dont elle a été la co-commissaire. L’idée, depuis l’exposition Dada en 2005-2006 au centre Pompidou (Paris), est d’abolir la hiérarchie des œuvres par un accrochage similaire quel que soit le type d’œuvre. La dernière partie de l’exposition inaugurale de Metz Chefs d’œuvre proposait une galerie avec un accrochage de documents et une vitrine représentant la bibliothèque de Malraux. 1917 avait pour ambition de présenter un panorama de la création pendant une année, dans une optique pluridisciplinaire. L’idée était de montrer la perméabilité des champs, un mélange des genres en 1917. Les 86 mètres linéaires de vitrines présentaient toutes sortes de documents tous originaux2 : journaux de tranchées, photographies, décrets, affiches… Il s’agissait de faire dialoguer œuvres et documents, en co-visibilité. Un ensemble d’affiches, des esquisses préparatoires de Victor Prouvé, des décrets furent parallèlement mis en scène sous le mode d’un cabinet documentaire.

 

Vidéo en ligne, disponible sur http://www.mylorraine.fr/article/metz-l-exposition-1917-au-centre-pompidou/12940/

 

_________________________________

1. L’exposition DADA au centre Pompidou présentait beaucoup de documents.

2. Y compris plaques stéréoscopiques ou autochromes. Scénographe Didier Blanc.

Scénographier le document écrit : l’exemple des archives départementales de Maine-et-Loire par Raphaël Aubrun

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Raphaël Aubrun est architecte-scénographe indépendant. Après des études à l’école des Beaux-Arts de Paris complétées par une formation d’architecte-urbaniste, il a travaillé dans une agence spécialisée en muséographie où il a éprouvé le soin apporté au dessin du mobilier, notamment de la vitrine, et le souci de servir le document. Il a beaucoup travaillé pour les archives départementales en Loire-Atlantique, dans les Deux-Sèvres ou le Maine-et-Loire. Son intervention propose de revisiter ces expériences sur des thèmes divers.

L’exposition Clichés barbares aux archives départementales de Maine-et-Loire présentait la particularité de proposer onze dessins réalisés par Jeanne Letourneau en déportation. Le choix était de favoriser le recueillement et le rassemblement : la table était ronde et les visiteurs en face à face. Un film a été réalisé avec des zooms sur le grain du document.

L’exposition sur la loi de 1905, plus colorée, comportait inversement beaucoup de documents. Là encore, le média vidéo a été proposé pour favoriser l’immersion des scolaires. Des archives et des hommes dans les Deux-Sèvres était une exposition inaugurale et de grande ampleur. L’éventail des supports et des formats était ouvert. Dans L’école en Anjou sous la Troisième République aux archives départementales de Maine-et-Loire, les objets accompagnent le document, les photographies sont grand format.

Le souffle du printemps sur mai 68 aux archives départementales de Loire-Atlantique supposait de mettre en scène des documents très contemporains parfois de mauvaise qualité ou en très mauvais état. D’où l’idée de travailler uniquement sur des reproductions et de les coller au mur.

Verdun utilisait des tôles d’acier suspendues, un espace ouvert et fermé à la fois. Le mobilier de l’exposition André Leroy était fabriqué, dans un souci de développement durable, avec des arbres contemporains du pépiniériste. Pour Raphaël Aubrun, il est aussi nécessaire de travailler sur l’éthique des matériaux1.

La mémoire des Ducs de Bretagne en Loire-Atlantique permettait un travail sur le soclage. Histoire et historiens en Anjou aux archives départementales de Maine-et-Loire a permis de concevoir des vitrines réutilisables par le service. La scénographie tournait autour du feuillet, du livre ouvert, tout en travaillant encore des matériaux bruts. L’intérêt des tôles d’acier est que l’on peut utiliser des aimants pour fixer les documents.

Pour les scénographes, il est important d’avoir du temps avec l’équipe des archives, de s’imprégner des lieux. Le document prime et le scénographe produit un écrin. Il y a une bonne alchimie avec le média vidéo. Il s’agit de créer une ambiance et non un décorum. Un bon scénographe est-il celui dont la scénographie ne se voit pas ?

 

_____________________________________

1. Le mobilier de l’exposition L’école en Anjou a été récupéré par Emmaüs.

Les publics des expositions des archives départementales de Maine-et-Loire par les étudiants du M2 Métiers des archives (Université d’Angers)

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Océane Valencia et Hugues Brochet présentent les résultats d’une étude menée avec Maxime Cormier, Guillaume Coupevent, Côme de Guérines, Nicolas Massard, Lucie Perrault, Camille Ruchaud, Benjamin Rullier, étudiants en master Métiers des archives à l’Université d’Angers promotion 2012-2013, sur le public de l’exposition 1942 en Anjou aux archives départementales de Maine-et-Loire, enquête menée sur une durée de trois semaines. Le questionnaire était composé de 25 questions organisées en grands champs : carte d’identité, pratiques culturelles, point de vue sur l’exposition. De ce questionnaire, on peut déduire le profil type du visiteur ainsi que des éléments sur sa relation à l’exposition.

Le visiteur est majoritairement âgé de 60 à 74 ans (60 %). Le public est donc plus âgé que la moyenne nationale1 et comprend beaucoup de retraités, ce qui est à mettre en lien avec les horaires d’ouverture. 76 % des visiteurs habitent Angers ou les communes limitrophes, soit un public local pour une exposition locale.

Le public de cette exposition est un public spécifique qui se déplace spécialement pour elle. Il a des pratiques culturelles soutenues (musée, monument historique, expositions, mais aussi cinéma et théâtre) et beaucoup sont déjà venus voir une exposition aux archives. Les visiteurs ont eu connaissance de l’exposition par la presse écrite (44 %), le bouche-à-oreille (24 %), les affiches ou prospectus distribués (14 %).

Les visiteurs viennent parfois accompagnés comme en témoigne le livre d’or. En moyenne, ils ont passé 1h 10 dans l’exposition. Ce sont des visiteurs « fourmis ». 53 % ont suivi la visite commentée et 81 % en sont satisfaits.

Les visiteurs qui ont répondu au questionnaire sont tous satisfaits ou très satisfaits, même si certains ont trouvé que l’éclairage était trop faible, l’écriture trop petite ou inscrite trop bas et relèvent le manque de places assises. Ils ont été particulièrement heureux des documents et objets exposés. Certains points ne font pas l’unanimité : scénographie, film2. Beaucoup de visiteurs mettent en avant le thème : souvenirs personnels, illustration de la grande histoire. Si les photographies mériteraient plus de contextualisation, les documents écrits remportent tous les suffrages.

Un enseignement important de cette enquête est qu’il existe un public qui ne fréquente pas la salle de lecture mais qui vient régulièrement visiter les expositions proposées par les archives.

______________________________________

1. La répartition homme/femme est conforme à la moyenne nationale.

2. Le son semble avoir parfois gêné la visite.