Archives par mot-clé : Hamard Damien

Le doctorat en archivistique. Table ronde

Par Marine Bizien, Marion Faujour et Camille Fraysse

Deux docteurs et six doctorants de l’université d’Angers participent à cette table ronde de la XVe journée d’archivistique d’Angers. Continuer la lecture de Le doctorat en archivistique. Table ronde

Soutenance de thèse

Le 4 décembre 2015, Damien Hamard soutiendra à l’université d’Angers une thèse d’archivistique, préparée sous la direction de Patrice Marcilloux, portant le titre suivant : Des paléographes aux archivistes, l’Association des archivistes français au cœur des réseaux professionnels (1970-2010).

Résumé

Depuis le début des années 1970, le système archivistique français doit s’adapter à d’importantes transformations juridiques et administratives, faire face à l’émergence de nouvelles demandes sociales tout en s’appropriant les mutations technologiques. Dans ce contexte, l’Association des archivistes français – principale association professionnelle du secteur – parvient, à la faveur d’un processus d’ouverture progressif, à être représentative de l’ensemble des acteurs tant publics que privés. Pour autant cette ouverture s’accompagne de résistances internes et s’effectue au prix d’une complexification de la structure associative.

Sur la base d’un modèle associatif unitaire – défini et caractérisé dans ces travaux – l’association réussit, par ses publications, ses réalisations et ses formations, à alimenter la doctrine archivistique française en lien, puis en marge, du réseau institutionnel des archives, en limitant toutefois son apport à une forme d’archivistique appliquée. La réalisation d’un modèle de compétences caractérise bien l’activité de l’association et contribue à la positionner en prescripteur de critères de professionnalité.

Tandis qu’elle s’attache à s’affranchir de la tutelle administrative, scientifique et technique de la direction des Archives de France, l’Association des archivistes français tente de peser dans les débats qui touchent la profession. Mais peu encline aux techniques de communication et d’influence, et risquant les limites de sa propre unité face à un ensemble de problématiques dichotomiques, l’association en vient à être dépassée par des communautés partenaires qui maîtrisent mieux qu’elle ces méthodes.

Le jury sera composé de :

Yvon Lemay, université de Montréal ; Christine Nougaret, Ecole nationale des chartes, rapporteurs
Sophie Cœuré, université Paris 7-Paris Diderot ; Bénédicte Grailles, université d’Angers, examinatrices
Patrice Marcilloux, université d’Angers, directeur de thèse.