Archives par mot-clé : Public

Appropriations du patrimoine numérisé et communautés apprenantes sur le web par Philippe Chevallier

Par Fanny Bourgin et Bérangère Hertzler

Philippe Chevallier, est responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France. Il est également l’un des responsables scientifiques du Bibli-Lab, Laboratoire d’étude des usages du patrimoine des bibliothèques (BnF/Télécom ParisTech).

Philippe Chevallier partage les résultats d’une étude menée en 2013, sous la forme d’une enquête qualitative, à la demande des équipes de Gallica, qui voulaient savoir ce que les internautes font de la masse documentaire numérisée sur la Grande Guerre au niveau national. La méthodologie a été la suivante : des entretiens ont été effectués auprès d’« usagers intensifs » de Gallica1. Cette enquête a été l’occasion de croiser la route d’autres usagers, moins connus des milieux professionnels. Ce sont les membres d’un forum en ligne sur la Grande Guerre : Pages 14-18. Ce forum est en huitième position dans les sites affluents de Gallica. Étudier ce forum permet d’approcher des publics indirects de la bibliothèque numérique, les publics directs étant cernés grâce à une enquête en 20112. Pages 14-18 a été créé en 2000 par un passionné de la Grande Guerre. C’est un portail très actif et très vivant qui comporte 14 000 membres répartis sur les cinq continents. Ce ne sont pas seulement des discussions mais aussi des publications qui sont présentes sur ce forum, à l’instar de travaux de recherche, d’archives privées, constituant au final un fonds patrimonial très important… C’est aussi un lieu de recensement ou d’échange de documents de Gallica que les internautes commentent et enrichissent le cas échéant de leurs propres connaissances. Ceux qui alimentent ce forum ne sont pas des professionnels de la recherche. Trois mots peuvent les définir: « engagement », « plaisir » et « liberté ». Leur recherche est liée au plaisir et à une appétence pour l’histoire collective et l’histoire familiale.

pages_14_18

 

Pages 14-18 est une véritable plaque tournante, pour les chercheurs professionnels comme pour les amateurs. Les chercheurs professionnels ne s’inscrivent pas sur le forum et font de simples visites pour une recherche déterminée. Ils sont reconnaissants pour la qualité des informations, pour les citations des sources ainsi que pour la rigueur et les méthodes utilisées par les chercheurs amateurs. Les amateurs, eux, ne se revendiquent pas comme historiens mais tiennent au contraire à l’appellation « chercheurs amateurs ». Ils font un travail sur le long terme. Certains sont sur le forum depuis plus de trois ans.

Le site conforte l’utilisateur dans sa recherche. Un internaute débutant sur le forum est pour la plupart du temps novice, mais à force de le fréquenter et d’échanger avec les autres internautes, ses connaissances s’amplifient. C’est ce qu’on appelle une « communauté apprenante ». Le forum devient souvent source de découverte de Gallica.

Une veille documentaire régulière et exhaustive sur Gallica est perçue comme difficile voire fastidieuse par les usagers du forum3. De fait, on assiste à une spécialisation de certains internautes qui deviennent « les veilleurs attitrés » de Gallica et qui partagent ensuite sur le forum leurs informations. L’usage du web est généralement considéré sur le plan de lecture. Or, c’est aussi un usage de sociabilité. Un document peut gratifier l’internaute qui l’a découvert. Il y a aussi une valeur d’échange. La communauté en ligne devient donc un médiateur nouveau entre chercheurs et portails documentaires.

L’usage des documents et l’aboutissement des recherches sur Gallica par les internautes ne se cantonnent pas à l’utilisation stricte de Gallica mais aussi à un espace web plus large. C’est ce que Philippe Chevallier a appelé : « usage des portails en-dehors des portails ».

Les « usagers intensifs » de Gallica rencontrés dans le cadre de l’enquête effectuent des recherches précises et se distinguent en cela des « usagers de loisir » (qui représentent 22 % des usagers du portail documentaire selon l’enquête de 2011). Les entretiens avec ces usagers intensifs montrent qu’ils passent peu de temps à établir une recherche : ils saisissent un mot dans le moteur de recherche et ont une faible curiosité pour les autres services de Gallica. Pour eux, Gallica est un fonds documentaire à dépouiller plus qu’une interface de recherche. Les internautes demandent à Gallica la possibilité de télécharger une importante masse documentaire et d’accéder rapidement aux documents sans pour autant demander la mise en place de nouvelles fonctionnalités.

Gallica est une révolution pour les usagers et notamment pour les chercheurs amateurs. En effet, ces derniers ont peu de temps à consacrer à leurs recherches. De plus, se déplacer à Paris a un coût auquel les chercheurs amateurs ne peuvent pas toujours subvenir. La mise en ligne est une véritable démocratisation de l’accès à la recherche : Gallica a rendu des internautes chercheurs.

Pour conclure, il est important de noter qu’il y a une véritable démocratisation du savoir qui suscite le développement de communautés apprenantes. Le forum est un médiateur public en ligne et offre une visibilité supplémentaire au patrimoine numérisé. C’est un exemple de synergie entre communautés experte et apprenante. Une question importante se pose alors : les fonds documentaires des bibliothèques et des archives doivent-ils penser avec ces nouveaux médiateurs ? Mais comment le faire sans récupérer ce qui vit librement hors de l’institution ? S’agit-il encore d’un public de Gallica ?

___________________________

1. Relevant tous d’un profil de chercheur et contacté via des institutions identifiées.

2. 4000 réponses.

3. Il y a de nouvelles informations et des documents nouveaux sur Gallica tous les lundis.

Le dynamisme local : l’exemple de Mémoires de la Somme

Intervention d’Olivier de Solan, directeur des archives départementales de la Somme et conservateur en chef du patrimoine.

Par Marina Kounkou-Kekolo et Kelly Resnier

Mémoires de la Somme est un portail départemental atypique, fruit de l’alliance d’une volonté certaine et d’une part de hasard.

memoires_somme_20140224

Il résulte d’une politique de numérisation débutée en 1996 et visant à mettre à disposition des publics des images de cartes, plans, cartes postales puis de l’état civil. Ce programme a pris 7 ans, jusqu’en 2008. Dans un premier temps, ces images étaient uniquement accessibles en salle de lecture. Mais face à l’existence d’une demande très forte de consultation à distance et en réponse aussi à une forme d’émulation entre fournisseurs de données, le portail Mémoires de la Somme est ouvert en 2010. La vocation du site est de donner accès à des images numérisées provenant des archives départementales et de partenaires, surtout l’historial de la Grande Guerre, qui avait aussi besoin de mettre en ligne des collections de photographies prises par des soldats. Le choix a été fait de maintenir les informations relatives aux archives départementales sur le site du Conseil général, lequel ne souhaitait pas que se développe un site spécifique à un de ses services. Actuellement le portail offre 3 millions d’images, provenant principalement des archives (état civil notamment). Depuis la signature en 2011 d’une convention avec la DRAC, le Département prend en charge le fonctionnement et la Drac encourage les institutions à y participer, dès lors qu’elles détiennent des archives sur la Somme (dossiers de l’inventaire, Bibliothèque nationale de France – extraction de Gallica -, mémoire vivante de Picardie, un opérateur régional en matière d’archives sonores et audiovisuelles ). S’y ajoute l’Australian War Memorial, . Le portail est accessible via le moteur « collections » depuis le site grand public du ministère de la Culture (culture.fr) et, inversement, permet de l’interroger grâce à un widget. Du point de vue des archives départementales, cet outil devait permettre d’être un lieu de références sur l ‘histoire du département et de répondre au centenaire de la Grande Guerre.

Les choix techniques réalisés ont été clairement en faveur d’un entrepôt ouvert et interopérable1 : usage de la DTD EAD (Encoded Archival Description), identifiants pérennes (ark, Archival Resource Key mis en place par la California Digital Library ), protocole OAI-PMH (Open Archives Initiative – Protocol for Metadata Harvesting). Un filigrane varie en fonction des fournisseurs de données, ce qui permet de respecter les identités de chacun. Ces choix ont joué un rôle important dans les conditions de réutilisation des données publiques. Il n’en reste pas moins que mettre en commun des ressources et travailler ensemble peut se révéler compliqué. Ainsi, l’alimentation du portail a pu relever parfois de l’artisanat. Certaines données n’ont pu être récupérées et intégrées qu’en procédant manuellement au cas par cas, ce qui est très chronophage. De plus, chaque partenaire a ses propres règles de gestion des droits ou de reproduction, ce que l’internaute perçoit difficilement. Cette collaboration a aussi été l’occasion d’échanger sur les pratiques professionnelles dememoires_somme_recherche_20140224 chacun.

Sur le portail, on peut réaliser des recherches simples, thématiques ou multi-fonds. Les résultats permettent soit de visualiser directement l’image, soit offre un lien permettant de basculer sur un site partenaire. Les demandes du public sont claires, mais pas toujours satisfaites : simplicité d’usage, rapidité d’affichage, téléchargements d’images, mise à jour rapide. L’indexation collaborative n’a pas été proposée car il ne semblait pas y avoir de demandes des utilisateurs en ce sens. 

Les archives départementales de la Somme réfléchissent actuellement à une refonte du site. Les directions d’évolutions sont les suivantes. D’une manière générale, l’idée est de créer une partie éditoriale. Du côté des relations avec les partenaires, il s’agira de relayer leurs actualités et de mener des projets en commun, comme avec l’Historial de la Grande Guerre autour du centenaire de la guerre. Cette éditorialisation devrait s’ouvrir à d’autres informations provenant de l’université, des services d’archives municipales, des sociétés savantes. Le nouveau site s’intéressera aussi à des publics spécifiques. Un effort important sera fourni en direction du monde de l’enseignement : création d’albums, de dossiers pédagogiques, interfaçage avec les environnements numériques de travail des enseignants. Le public généalogiste se verra proposer de nouvelles ressources avec la mise en ligne des registres matricules militaires. D’une manière générale, il s’agira de favoriser la réutilisation des données. Au-delà, est exprimé le souhait que le nouveau site permette de donner envie aux internautes de revenir aux archives, en diffusant notamment les instruments ou outils d’orientation dans les fonds, qu’ils soient numérisés ou pas.

______________________________

1. Le portail et l’hébergement sont fournis par Naoned System.

______________________________

Autre billet sur le même thème : Mémoires de la Somme : qu’en font les usagers ?

« Mémoires de la Somme », qu’en font les usagers ? par les étudiants du Master 2 Métiers des archives de l’Université d’Angers

Par Noura Bahidj et Ophélie Malais

L’intervention des étudiants de la promotion 2013-2014 Master 2 Histoire et document, Métiers des archives, portait sur l’étude de comportement des visiteurs face à un portail documentaire, à travers un exemple, celui du portail Mémoires de la Somme. Outre la définition d’un portrait-type du visiteur, il s’agissait d’objectiver les modes de fréquentation, d’identifier les attentes et d’évaluer le degré de satisfaction. L’analyse s’appuie à la fois sur des données quantitatives d’analyse d’audience extraite de Google Analytics, et sur les réponses à une enquête en ligne administrée du 25 janvier 2014 au 6 février 2014 utilisées de manière qualitative1.

Les visiteurs du portail sont à 96 % localisés en France, majoritairement en Picardie et en Île-de-France. Les 4 % restants viennent de tous les continents. Les profils sont très divers avec un panel de métiers assez large. Le portail, depuis l’ouverture en janvier 2010, a reçu plus de 2.5 millions de visites. Mais la fréquentation, après l’explosion des premiers mois démontrant une réelle attente, ne cesse de baisser. Pourtant, les mises en ligne se poursuivent pour constamment renouveler l’offre. Ces nouvelles images ne suffisent pas à enrayer la diminution. Cette désaffection progressive des visiteurs n’empêche pas l’existence d’un public fidèle et constant (72 % des visiteurs). Si l’on devait dresser le portrait des pratiques du visiteur, on peut dire que les utilisateurs se connectent de 16 à 18h, depuis leur domicile, et qu’on remarque des pics d’affluence sur certaines périodes de l’année (autour du 11 novembre par exemple). L’internaute navigue majoritairement depuis son ordinateur, même si l’augmentation des connexions depuis les mobiles et tablettes est notable (multiplication par 20 entre 2010 et 2013) mais en lien avec ce que l’on sait des équipements des familles. Le moyen principal d’accès au site est le moteur de recherche Google, sur lequel sont entrés les termes « archives » et « Somme » ou « 80 ». Les visiteurs n’arrivent donc pas par hasard. Ils savent précisément qu’ils recherchent un site d’archives départementales2. Ce sont des utilisateurs avertis qui connaissent l’offre et les services.

La moyenne de temps de connexion d’un utilisateur sur le portail entre 2010 et 2013 est de 37 minutes. Les rubriques les plus consultées sont les pages et images numérisées et visualisées grâce à l’outil Mnésys (92% des pages vues), et la recherche dans l’état civil (44 personnes sur 46 admettent l’utiliser). Les connexions à la rubrique relative à la Grande Guerre en 2012 et 2013 sont en diminution, alors qu’on se serait attendu au contraire dans le contexte commémoratif du centenaire.

Le portail a permis de construire une salle de lecture virtuelle : on dénombre annuellement 2500 lecteurs dans la salle de lecture du bâtiment des archives départementales, contre 144 000 visiteurs via le site3. On peut aussi émettre quelques préconisations pour améliorer le portail : de nouvelles offres interactives adaptées à la taille des écrans et un référencement amélioré, la poursuite de la mise en ligne de l’état civil, l’ajout des archives du recensement militaire (fiches signalétiques des services) et notarial, dans le but de diversifier l’offre et renouveler le public.

_____________________________

1. Cette enquête était disponible depuis la page d’accueil de Mémoires de la Somme. La mise en ligne ayant été retardée, le nombre de réponses n’a pas été jugé suffisant pour une exploitation quantitative.

2. Mémoires de la Somme est aussi un portail permettant de rechercher dans les catalogues d’autres institutions. Or, l’accès au site depuis les résultats de mots-clefs saisis dans Google montre que ces autres institutions ne génèrent pas de flux vers lui.

3. Visiteurs uniques d’après l’enquête statistique annuelle (chiffres de 2012).

_____________________________

Ont participé à cette enquête :

Raïane Bas, Alexandre Béranger, Anaïs Berger, Thomas Blanchy, Clémence Chauveau,Clémentine Dumas, Sandy Guibert, Pierre Hamel, Adélaïde Laloux, Fransceska Malle, Romain Simonneau, Marine Vautier

_____________________________

Autre billet sur le même thème : Le dynamisme local : l’exemple de Mémoires de la Somme

Entre capteurs et Eye tracking, une approche innovante des publics de musée : présentation de l’équipement d’excellence Matrice par Denis Peschanski

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Denis Peschanski, directeur de recherches au CNRS, spécialiste de la France des années noires, présente l’équipex Matrice.

Le point de départ de la réflexion est une photographie du 11 septembre 2001. Dès l’origine, il s’agit de mêler professionnels des musées et scientifiques en partant du constat d’un certain blocage quant à la conceptualisation de la mémoire. Comprendre la mémoire sociale suppose de comprendre ce qui se passe sur le plan cognitif et, inversement, comprendre les mécanismes de la mémoire à l’échelle du cerveau suppose d’appréhender la mémoire sociale1. Deux mécanismes coexistent mettant en jeu cortex limbique ou cortex cérébral. Les zones qui sont activées dans la remémoration sont aussi activées quand on fait des projets. Cela interroge l’historien. Matrice est une plate-forme technologique pour trouver des instruments permettant d’éclairer l’interaction entre la mémoire de l’individu et la mémoire sociale en mobilisant des disciplines différentes : sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, psychologie, philosophie, anthropologie) et sciences de l’ingénierie2.

La première étape consiste à rassembler les grands témoignages (textes, audio, vidéo3). Les contenus textuels seront extraits (speech to text) pour être traités par lexicométrie, textométrie, pour retrouver les grands discours. Le deuxième volet est de travailler sur l’analyse des visiteurs de mémoriaux, à commencer par le mémorial de Caen, à l’aide d’un dispositif de capteurs. Des capteurs ont été disposés dans certaines salles du mémorial. Ils sont en cours de test. L’objectif est de comprendre déjà le statique c’est-à-dire où les personnes se tiennent4, mais aussi les flux, en mesurant le temps passé sous tel ou tel capteur et donc devant tel ou tel panneau ou dispositif muséographique. L’étude sera complété par de l’eye tracking : le visiteur est équipé d’une paire de lunettes et d’un boîtier. Cela permet de suivre précisément ce sur quoi le visiteur porte son attention.

On espère ainsi pouvoir éclairer comment le cognitif s’articule à l’émotif.

_______________________________________________

1. À paraître en 2013, sous la direction de Denis Peschanski, Mémoire et mémorialisation. De l’absence à la représentation, Editions Hermann.

2. Le programme Matrice a été retenu comme équipement d’excellence dans le cadre du grand emprunt. Informations en ligne, disponible à l’adresse http://matricememory.fr.

3. Journaux radiodiffusés ou télévisuels.

4. Élaboration de cartes de chaleur.

Les publics des expositions des archives départementales de Maine-et-Loire par les étudiants du M2 Métiers des archives (Université d’Angers)

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Océane Valencia et Hugues Brochet présentent les résultats d’une étude menée avec Maxime Cormier, Guillaume Coupevent, Côme de Guérines, Nicolas Massard, Lucie Perrault, Camille Ruchaud, Benjamin Rullier, étudiants en master Métiers des archives à l’Université d’Angers promotion 2012-2013, sur le public de l’exposition 1942 en Anjou aux archives départementales de Maine-et-Loire, enquête menée sur une durée de trois semaines. Le questionnaire était composé de 25 questions organisées en grands champs : carte d’identité, pratiques culturelles, point de vue sur l’exposition. De ce questionnaire, on peut déduire le profil type du visiteur ainsi que des éléments sur sa relation à l’exposition.

Le visiteur est majoritairement âgé de 60 à 74 ans (60 %). Le public est donc plus âgé que la moyenne nationale1 et comprend beaucoup de retraités, ce qui est à mettre en lien avec les horaires d’ouverture. 76 % des visiteurs habitent Angers ou les communes limitrophes, soit un public local pour une exposition locale.

Le public de cette exposition est un public spécifique qui se déplace spécialement pour elle. Il a des pratiques culturelles soutenues (musée, monument historique, expositions, mais aussi cinéma et théâtre) et beaucoup sont déjà venus voir une exposition aux archives. Les visiteurs ont eu connaissance de l’exposition par la presse écrite (44 %), le bouche-à-oreille (24 %), les affiches ou prospectus distribués (14 %).

Les visiteurs viennent parfois accompagnés comme en témoigne le livre d’or. En moyenne, ils ont passé 1h 10 dans l’exposition. Ce sont des visiteurs « fourmis ». 53 % ont suivi la visite commentée et 81 % en sont satisfaits.

Les visiteurs qui ont répondu au questionnaire sont tous satisfaits ou très satisfaits, même si certains ont trouvé que l’éclairage était trop faible, l’écriture trop petite ou inscrite trop bas et relèvent le manque de places assises. Ils ont été particulièrement heureux des documents et objets exposés. Certains points ne font pas l’unanimité : scénographie, film2. Beaucoup de visiteurs mettent en avant le thème : souvenirs personnels, illustration de la grande histoire. Si les photographies mériteraient plus de contextualisation, les documents écrits remportent tous les suffrages.

Un enseignement important de cette enquête est qu’il existe un public qui ne fréquente pas la salle de lecture mais qui vient régulièrement visiter les expositions proposées par les archives.

______________________________________

1. La répartition homme/femme est conforme à la moyenne nationale.

2. Le son semble avoir parfois gêné la visite.

Les publics des expositions d’archives : essai d’approche quantitative et qualitative par Brigitte Guigueno

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Brigitte Guigueno, conservatrice en chef chargée de la politique des publics au service interministériel des Archives de France, tente un bilan quantitatif et qualitatif sur les publics des expositions. En 2011, 60 % des visiteurs d’activités culturelles en archives départementales viennent pour une exposition, 68 % en archives municipales. C’est dire l’importance de cette offre pour les services d’archives. Les sources primaires et secondaires pour évaluer cette activité restent cependant peu importantes : une synthèse produite par l’inspection générale en 2011, la journée d’étude de la section des archives municipales de l’Association des archivistes français1 et celle intitulée À l’écoute des publics des archives : leurs identités, leurs attentes, nos réponses en 2007 à l’université d’Angers.

La source primaire la plus fiable reste le rapport statistique annuel qui comprend, outre le rapport qualitatif (rubrique « détail des activités »), plusieurs items relatifs à cette question : nombre d’expositions, nombre de visiteurs, nombre de scolaires, nombre d’expositions auxquelles le service a participé, expositions virtuelles. On constate une évolution nette. On est passé de 145 000 visiteurs en 1988 à près de 350 000 en 20112, soit une progression régulière. Le nombre d’expositions n’a vraiment significativement évolué qu’en 2003 (près de 400 expositions). Aujourd’hui, les archives départementales atteignent le chiffre d’environ 580 manifestations. En 2011, certains chiffres de fréquentation sont importants : des expositions d’archives municipales présentées en musée ont atteint les 10 000 visiteurs (Cholet, Douai, Reims). Le record appartient aux archives municipales de Manosque (45 000 visiteurs). L’exposition des Archives nationales Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années 1960, quant à elle, a reçu 62 000 visiteurs. L’approche quantitative présente des failles : le nombre de services qui répond est fluctuant ce qui fausse les comparaisons ; des réponses sont lacunaires (notamment le comptage des visiteurs dans ou hors les murs3)4. Les chiffres sont donc en dessous de la réalité. Inversement compter des opérations très exceptionnelles amène à des incohérences5. Il faut donc pondérer. Dans le schéma actuellement ascendant, certains services signalent des difficultés émergentes : globalisation des crédits culturels au sein de la collectivité territoriale, diminution des heures des professeurs relais par exemple.

L’approche qualitative n’est pas plus aisée par le biais du rapport annuel. Des études ont été menées mais ponctuellement. Aux archives municipales de Bordeaux, on a administré des questionnaires aux lecteurs – et uniquement à eux. On observe que ceux-ci souhaitent en premier lieu des conférences et, en seconde position, des expositions pour 48 % d’entre eux.

On peut néanmoins noter que différentes variables jouent sur la réussite des expositions : le lieu (un lieu prestigieux, fréquenté, central), la date (l’été est favorable aux visiteurs d’où le succès de Manosque qui bénéficie d’une fréquentation touristique), le thème, les moyens de communication, les partenariats, l’amplitude horaire6. Le bouche-à-oreille ne fonctionne que sur des durées longues.

Un groupe de travail doit être mis en place pour restructurer le rapport annuel et réfléchir aux indicateurs pertinents quantitativement ou qualitativement.

____________________________________________

1. La Gazette des archives, n°160-161 (1993-1 et 2).

2. Sauf indication contraire, les chiffres concernent uniquement les archives départementales dont les réponses à l’enquête sont plus stables.

3. On constate ailleurs l’importance de la fréquentation des expositions itinérantes et hors les murs.

4. Les archives de la Manche ont mis en place un portique pour effectuer le comptage. On suivra avec intérêt cette première dans le monde des archives.

5. En 2005, une opération des archives départementales des Alpes-Maritimes en Chine fait doubler les chiffres de fréquentation.

6. 42 % de visiteurs le week-end pour l’exposition Templiers aux archives départementales de l’Aude en 2012.