Archives par mot-clé : Site internet

L’exposition virtuelle « Archives et Démocratie » aux Archives de l’État en Belgique : la sensibilisation du citoyen commence par l’enseignement

Par Steeve Costeseque et Xavier Gelly

Voir la vidéo

geertrui_elautGeertrui Elaut, du service au public des Archives de l’État en Belgique, présente, à l’occasion de la journée d’étude du 6 février 2015, le projet Archives et démocratie, projet qui s’est concrétisé dans la mise en ligne d’une exposition et d’un espace pédagogique le 20 novembre 2009. L’objectif était de faire prendre conscience que les archives jouent un rôle sociétal important et qu’elles sont essentielles au bon fonctionnement des démocraties.

Deux types de publics étaient visés : les jeunes de 15 à 18 ans et les enseignants. Le choix d’une exposition virtuelle plutôt que physique s’est révélée être le plus adapté à ces cibles. Ont été prises en compte également des considérations organisationnelles et économiques : déplacement des écoles sur les lieux d’exposition de plus en plus difficile et coût de la muséographie. Au moment de la conception de l’exposition, les Archives de l’État n’avaient pas l’expérience de ce genre de réalisation. Il y avait peu d’exemples disponibles en dehors d’expositions virtuelles anglophones. Le projet a demandé beaucoup d’implications et de ressources. Le jour de l’inauguration du site, une journée d’étude s’est déroulée au Sénat et la publication scientifique Archives et démocratie a fait l’objet d’une présentation1.page_accueil_archives_democratie_be

Le site de l’exposition est construit en plusieurs niveaux avec des modules interactifs. Les thèmes sont limités et l’accent est mis sur l’aspect ludique via des jeux et des quizz. Le texte a été volontairement limité et l’interactivité systématiquement recherchée. Le site offre également une aide pédagogique pour les enseignants, accessible via un login, afin que ces derniers puissent développer certaines thématiques en classe.

bandeau_exercices_archives_democratie_be

En ce qui concerne les modules, le premier menu_archives_democratie_beexplique la notion d’archives. Il cherche également à dépoussiérer l’image classique des archives. Le second met en avant la position centrale du citoyen et le rôle des archives pour lui ainsi que pour la construction démocratique d’une nation. L’accès à l’information est un droit démocratique nécessitant une bonne gestion des archives. Elles doivent être accessibles, complètes, lisibles. Enfin le troisième module met en lumière quatre types de menaces pour les archives : la guerre, les dictatures, les violations des droits de l’Homme et enfin les catastrophes. Chaque cas est documenté, les discours trop théoriques sont évités.

Le site a reçu 82 000 visiteurs pour un temps moyen de 7 minutes. 1 300 enseignants ont créé un profil pour accéder aux ressources pédagogiques, ce qui est un succès.

À la fin de son intervention, Geertrui Elaut aborde la question de l’avenir de ce type d’action. D’après elle, au vu des restrictions budgétaires qui touchent la politique scientifique belge, cette démarche ne pourra pas être renouvelée dans les années à venir et fragilise donc une approche du public pourtant payante au vu du succès qu’elle a rencontré.

_______________________

1. Geertrui Elaut, Archives et démocratie : une introduction bibliographique, Miscellanea archivistica, Manuale, n° 61, Bruxelles, Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les provinces, 2009, 92 p.

Partager ses archives familiales : l’exemple de la plate-forme www.notrehistoire.ch

Claude Zurcher, responsable éditorial du site www.notrehistoire.ch, a présenté le 15 novembre 2013, dans le cadre du séminaire ALMA, cette expérience originale de plate-forme fondée sur l’intervention de contributeurs amateurs autour des archives, principalement des archives audiovisuelles et photographiques. En 2005, un grand programme de numérisation des archives de la radio-télévision suisse romande (RTS) est lancé. La fondation pour la sauvegarde du patrimoine audiovisuel de la radio-télévision suisse ou FONSART, est créée pour financer la restauration des fonds. Dans un premier temps, un site est ouvert pour diffuser les archives numérisées de la RTS (www.rts.ch/archives). En 2009, un second site, www.notrehistoire.ch, est lancé. Cette plate-forme permet au public d’adopter une démarche participative. Sa caractéristique est de recueillir des images numérisées fixes ou animées, en provenance des fonds et albums familiaux, dans un cadre éditorial qui leur confère une valeur ajoutée.

notrehistoire_ch_20131117
Page d’accueil de notrehistoire.ch le 17 novembre 2013

Le site notrehistoire.ch reçoit 1000 visiteurs journellement, localisés dans 160 pays1. 8000 documents sont déposés tous les ans. 2400 personnes sont inscrites et constituent le réservoir des déposants et le réseau social. 10 % d’entre eux sont actifs quotidiennement. 17 institutions sont présentes et de nombreuses associations se sont saisies de cet outil. Le principe d’utilisation, très simple, est le téléchargement d’images préalablement scannées par les utilisateurs, la saisie de métadonnées grâce à un formulaire et la géolocalisation. Cette fonctionnalité a permis de développer une application mobile qui propose des visites éditorialisées et augmentées : l’utilisateur peut consulter les archives liées à un endroit en activant l’application ; il peut également suivre des parcours ou balades illustrés par des archives.

L’originalité du site est dans le croisement entre fonds institutionnels et fonds de famille, dans le tissage d’un réseau social unique et dans le cadrage éditorial. L’idée est aussi d’apporter une nouvelle approche de la connaissance par les archives pour la construction d’une mémoire collective dans une région – la Suisse romande – très fragmentée. Quatre thèmes, forcément en rapport avec la Suisse romande ou les Romands, ont été prédéterminés : personnalités, événements, lieux, vie quotidienne. Ces thèmes sont eux-même animés par des groupes d’intérêt. Le contributeur peut choisir de publier des documents en les rattachant ou non à un ou des groupes d’intérêt. Un modérateur veille à la qualité du contenu, apporte des conseils. L’éditorialisation du site passe par un certain nombre d’actions de mise en valeur : choix de la page d’accueil et de la mosaïque d’images qui évolue tous les jours et donne le ton du site et son ambiance, mise en avant de tel ou tel groupe d’intérêt sur l’onglet repérages mais aussi de contributions écrites, existence d’une lettre d’informations. La plate-forme, comme réseau social, permet de gérer des contacts, afin de suivre l’activité de chacun de manière choisie. Un forum est également très actif. Les fonctions de partage twitter et facebook sont proposées mais sont peu utilisées. Le site met aussi à disposition une fonction dite de privacité : les documents ne sont pas dans cette configuration publiés et visibles de tous, mais seulement ouverts aux seuls contacts invités. Cette fonction avait été pensée pour permettre aux familles par exemple de développer des espaces propres. De fait, elle est très peu utilisée.

40 000 photographies, 1 200 films, 1 100 enregistrements sonores et 850 témoignages écrits ont à ce jour été déposés. À tous ses participants, la plate-forme offre un débouché et une visibilité. La gratuité est totale puisque le financement de l’outil est assuré par la FONSART et ses partenaires. Tous les inscrits ne contribuent pas. On constate qu’il faut un temps d’appropriation avant de commencer à participer. Notrehistoire.ch ne s’est pas lancé dans des démarches actives de sollicitation ou dans des actions spécifiques comme des rencontres, des bourses aux images par exemple. Le souhait est que la démarche des contributeurs soit volontaire. Elle doit aussi être personnelle : on ne dépose que des documents dont on possède les droits. De ces caractéristiques on peut appréhender le partage des documents sur la plate-forme comme une démarche de don. Dans ce cas, quelles seraient les contreparties ?

Une partie de la réponse se trouve du côté de l’éditeur, de son attitude respectueuse et bienveillante2, de son accompagnement par une modération adaptée3, une aide à l’édition et la mise en valeur des fonds, des contributions écrites ou des groupes. L’éditeur assure une valorisation systématique. Celle-ci est d’ailleurs institutionnalisée par un événement annuel : les prix notrehistoire.ch qui récompensent le meilleur document et la meilleure édition. Un des développements futurs pourrait être le passage de l’univers virtuel à l’édition traditionnelle par la création d’une collection de livres.

Les raisons du succès de la plate-forme peut être recherchées dans plusieurs directions. On relèvera que le croisement entre sources institutionnelles et sources privées, publiées au même niveau, au sein de mêmes groupes d’intérêt, est un élément important pour les contributeurs. Les archives personnelles accèdent ainsi à une reconnaissance de leur valeur, à une forme de légitimation. On notera aussi l’importance de l’équilibre entre le respect du projet éditorial et le désir de partage. Enfin, on constatera que les contributeurs recherchent bien évidemment une valorisation de leurs archives et une visibilité de celles-ci que le site et la communauté qui gravite autour de lui leur assurent.

______________________________

1. Pour 4000 sur le site institutionnel, mais essentiellement francophones.

2. Les textes par exemple ne peuvent faire l’objet de corrections ou d’amendements que par leur propre auteur. Il n’y a pas – volontairement – de fonction de wiki.

3. Par exemple, les demandes de retrait pour des raisons éditoriales – le document mis en ligne n’a aucun rapport même lointain avec la Suisse romande – ou pour des questions de respect des droits de propriété intellectuelle ou du droit à l’image, sont toujours assorties d’explications motivées. Le modérateur ne supprime pas lui-même le document, mais le bascule en mode privé, laissant au contributeur le soin de supprimer lui-même le document.

Les sites multimédias des Commémorations nationales et les documents d’archives par Jean-Baptiste Auzel

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Jean-Baptiste Auzel est conservateur du patrimoine, délégué adjoint aux commémorations nationales auprès du service interministériel des Archives de France. À ce titre, il suit la collection de sites multimédias « Commémorations nationales », placée sous la tutelle conjointe de la mission aux Commémorations nationales et du département de la recherche, de l’enseignement supérieur et de la technologie. Pour chaque site, un comité scientifique adhoc est désigné. Le premier site a été créé en 1999, une date assez pionnière pour un site multimédia. Jean-Baptiste Auzel constate l’impact des évolutions technologiques sur la présentation des documents d’archives et identifie trois générations de sites.

De 1999 à 2000, ont été utilisés surtout des documents figurés, sous forme de vignettes, sans possibilité de zoom, avec quelques animations limitées, peu légendés et peu identifiés, avec peu ou pas de son1. Les textes d’accompagnement mentionnent des citations, une manière d’intégrer le document d’archives au site. Quelques documents apparaissent ponctuellement.

De 2002 à 20072, 30 à 40 % des illustrations sont des documents écrits, présentés sous forme de vignettes pouvant être légèrement agrandies. Ce sont des illustrations du texte. Les cotes d’archives sont apparues. Des portfolios sont adjoints. Avec le site Louisiane (2003), sont ajoutés des lectures de texte, de la musique, des documents à agrandir, des transcriptions partielles et une identification systématique des cotes d’archives.

Dernière phase d’évolution, les sites élaborés entre 2010 et 20123 proposent une forte intégration des images et du son, des vidéos, du zoom à la demande, mais les cotes ne sont plus systématiquement indiquées alors que le contexte historique a été développé. Avec le site Cordouan, la 3 D apparaît.

Les documents d’archives ne sont pas une obligation pour un site commémoratif. Néanmoins, un intérêt constant est maintenu par la délégation. Ils sont principalement utilisés comme illustration plus que comme preuve, car le contexte est peu élucidé. Les objectifs de ces sites sont de développer une mémoire commune, vulgariser la recherche, proposer des sites pédagogiques, soutenir l’innovation en matière culturelle, travailler sur l’accessibilité (langues étrangères, public mal voyant). Les sites littéraires sont très fréquentés ; viennent ensuite les sites historiques et mémoriels. Les documents d’archives en eux-mêmes sont peu consultés ; ils fonctionnent comme simple illustration. Seulement 7% des internautes exploitent vraiment les sites en y passant plus de 30 minutes.

______________________________

1. Le son suppose la négociation de droits et augmente le coût du projet.

2. Site Victor Hugo par exemple.

3. Sites Garamond ou Henri IV par exemple.

Les expositions d’archives et leurs publics. Bilan, mutations, prospectives (journée d’étude du 15 février 2013)

En partenariat avec l’AEDAA (Association des étudiants et diplômés en archivistique d’Angers) et le CERHIO (Centre d’études et de recherches historique de l’Ouest), les étudiants de master 2 Métiers des Archives organisent une journée d’étude sur la question des expositions d’archives et de leurs publics.

 

9 h 30 – Ouverture de la journée d’étude

Allocutions de Didier Boisson, directeur de l’UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines et d’Anaël Roinard, président de l’AEDAA (Association des
étudiants et diplômés en archivistique d’Angers).

9 h 45 – Introduction La place des expositions d’archives aux Archives de Maine-et-Loire (1980-2002)  par Elisabeth Verry, conservatrice générale du patrimoine, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire.

Thème 1 – Connaître les publics des expositions d’archives et de documents écrits

10 h 00 – Les publics des expositions d’archives : essai d’approche quantitative et qualitative par Brigitte Guigueno, conservateur en chef chargé de la politique des publics, Service Interministériel des Archives de France.

10 h 20 – Les publics des expositions d’archives aux Archives nationales par Solène Richard, responsable de la politique de développement des publics, Archives nationales.

10 h 40 – Les publics des expositions des archives départementales de Maine-et-Loire par les étudiants du M2 Métiers des archives (Hugues Brochet, Maxime Cormier, Guillaume Coupevent, Côme de Guérines, Nicolas Massard, Lucie Perrault, Camille Ruchaud, Benjamin Rullier, Océane Valencia).

11 h 00 – Débat

11 h 20 – Pause

Thème 2  – Concevoir une offre d’exposition : des offres diversifiées et élaborées au service du public

11 h 40 – Scénographier le document écrit : l’exemple des archives départementales de Maine-et-Loire par Raphaël Aubrun, architecte-scénographe indépendant.

12 h 00 – Expositions d’archives, nouvelles pratiques culturelles et nouveaux publics par Mourad Laangry, responsable des expositions, archives municipales de Lyon.

12 h 20 – Repas

14 h 00 – Les sites multimédias des Commémorations nationales et les documents d’archives par Jean-Baptiste Auzel, conservateur en chef du patrimoine, délégué adjoint aux Commémorations nationales, Service interministériel des Archives de France.

14 h 20 – Expositions pluridisciplinaires : la place du document. L’exemple de l’exposition ‘‘1917’’ au Centre Pompidou-Metz par Claire Garnier, chargée de mission, Centre Pompidou-Metz.

14 h 40 – Débat

15 h 00 – Pause

Thème 3 – Analyser les comportements des publics

15 h 20 – Les archives mises en exposition par Sophie Mariani-Rousset, maître de conférences en psychologie, Université de Franche-Comté.

15 h 40 – L’écrit dans l’exposition. Formes et réceptions par Florence Andreacola, doctorante, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse.

16 h 00 – Entre capteurs et Eye tracking, une approche innovante des publics de musée : présentation de l’équipement d’excellence Matrice par Denis Peschanski, directeur de recherche au CNRS, responsable scientifique du programme Matrice et Yves Burnod, directeur de recherche à l’INSERM, responsable neurosciences du programme Matrice.

16 h 20 – Débat

16 h 40 – Conclusions, Patrice Marcilloux, maître de conférences en archivistique HDR, Université d’Angers.

 

18 h 00 – Visite commentée de l’exposition « Too Web or Not to Web », Xe triennale internationale des mini-textiles, Musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine.

 

Pour télécharger le dépliant et  vous inscrire : Dépliant et bulletin d’inscription.

Le blog des étudiants est ici.  Le live-tweet est ici.

Nos partenaires :