Archives par mot-clé : Taïeb Karen

Confiez-nous vos archives : la politique d’appel aux dons du Mémorial de la Shoah

Karen Taiëb, responsable des archives du Mémorial de la Shoah, retrace les politiques de collecte de documents et fonds personnels du Mémorial de la Shoah et en souligne les spécificités, dans le cadre du séminaire Do ut des, le 25 novembre 2013.

Chaque année, le Mémorial de la Shoah1 reçoit des milliers de personnes et plusieurs centaines d’entre elles acceptent de confier leurs archives temporairement pour reproduction ou définitivement. En 2012, ce sont plus de 4500 documents et 3000 photographies qui ont été donnés par plus de 2000 personnes pour moitié sous forme d’originaux2. Ces documents privés et personnels rejoignent au Mémorial d’autres documents et fonds d’archives, originaux ou reproduits, collectés afin de constituer des preuves de la persécution des juifs.

Le Centre de documentation juive contemporaine a en effet été créé en 1943, dans la clandestinité, pour la conservation de ces preuves. Le premier cercle de la collecte d’archives du Mémorial date de cette période. Il s’agit d’une collection de documents divers récupérés partout où c’était possible : mairies, organisations nazis ou clandestines… À l’occasion du procès de Nuremberg, d’autres fonds d’archives originaux et des copies ont été récupérés. Progressivement, la collection des fonds s’est étoffée. Le centre détient des copies de fonds ou de documents conservés dans toute l’Europe et le monde3.

Le centre recueille aussi des documents personnels. Ces derniers – un passeport, une correspondance… – ne sont pas considérés généralement par leurs propriétaires comme des archives et sont parfois des documents isolés, des épaves. Chaque année, un peu plus de 200 personnes confient quelques milliers de pages. Or, ces documents, très émouvants et empreints d’une grande affectivité, nécessitent une forte implication pour les obtenir.

Plusieurs facteurs favorisent cet échange. Le premier est le lien d’empathie qui se tisse entre les visiteurs du centre de documentation du Mémorial et les professionnels de la gestion documentaire. Les visiteurs arrivent avec leur histoire et leurs questionnements, ils sont en situation de se raconter, de se livrer, sans les enjeux d’affectivité familiale, avec une certaine liberté offerte par la distance ; les documentalistes et archivistes les reçoivent avec disponibilité et leur donnent les informations dont ils disposent. Il se crée entre eux une forme d’intimité et un rapport de confiance. À l’issue de chaque entretien, les seconds demandent aux premiers s’ils détiennent des documents ou des traces et si ils sont prêts à les confier.

Le centre met en avant l’importance de la conservation de ces traces individuelles et, à travers elles, des parcours de vie. S’il cherche à collecter les documents témoignant de la persécution et ceux liés à la déportation, l’intéressent également les pièces qui éclairent l’avant et l’après : albums de famille, reconnaissance du statut de victime, indemnisations ou démarches de la famille pour ceux qui ne sont pas revenus. Il s’agit de conserver une vie en son entièreté.memorial_shoah_plaquette_don

Pour ce faire, il est nécessaire de faire la preuve que le document personnel peut aussi témoigner de quelque chose de collectif et qu’il présente un intérêt au delà de la famille. Les expositions4 jouent ce rôle. Elles s’appuient régulièrement sur des archives privées. D’autres actions – publications par exemple – sont menées parallèlement. Depuis 2012, le Mémorial commémore le 60e anniversaire des départs des convois. Ces cérémonies sont l’occasion de rechercher les photographies des personnes, lesquelles sont affichées sur une borne. Cette action a suscité l’arrivée de nombreuses photographies.

Le centre n’attend pas d’être sollicité ; il mène des actions de sensibilisation et suscite la collecte : diffusion d’une plaquette lors de tous les événements, partenariat avec des associations et utilisation de leurs fichiers d’adhérents, collectes organisées en province (Lyon, Bordeaux, Nice en 2013 par exemple), sur le site de Drancy et à l’étranger (notamment aux États-Unis) par voie de presse. Il cherche aussi à dépasser le cercle de la communauté.

Un autre facteur favorisant est le fait de ne pas rechercher à tout prix à obtenir l’original du document. Le centre propose d’en faire une reproduction, ce qui aplanit les difficultés, même si le simple dessaisissement, même temporaire le temps de la copie, peut parfois être très douloureux et difficile. De même, il faut être respectueux du rythme de chacun. Certaines personnes ont besoin d’un long cheminement pour accepter de communiquer leurs documents.

Sur le plan juridique, un contrat précise les conditions de communication et d’utilisation. Au delà du respect de la lettre juridique, le centre s’efforce de respecter aussi l’esprit en prenant par exemple contact systématiquement avec les donateurs quant il y a un projet, même si le contrat ne l’y contraint pas. Ce rapport individuel systématique rassure les donateurs.

______________________________

1. Le Mémorial de la Shoah est issu de la fusion en 2005 du Centre de documentation juive contemporaine créé en 1943 avec le Mémorial du martyr juif inconnu, créé en 1956. En janvier 2013, l’association est devenue une fondation.

2. La proportion original/copie est variable d’une année à l’autre.

3. Par exemple, le fonds du commissariat aux questions juives (éclaté entre le Mémorial et les Archives nationales où il forme la sous-série AJ 38, ou l’Union générale des Israëlites de France (conservé aux États-Unis à New-York).

4. La politique d’expositions a démarré dès 1945 et a été dès l’origine le prétexte à la collecte de documents partout en Europe puis dans le monde.