Archives par mot-clé : Verry Elisabeth

La Gazette des archives : expression professionnelle et/ou recherche en archivistique ?

Par Lisa Cassassoles, Lucy Halliday et Julie Kergueris

Élisabeth Verry est archiviste-paléographe, diplômée de l’École nationale des chartes et directrice des archives départementales du Maine-et-Loire. Elle est intervenue à la XVe journée d’archivistique d’Angers le 3 février 2017 au titre de coordinatrice du comité de rédaction de La Gazette des archives, revue de référence en archivistique en France parmi un éventail francophone restreint, publiée par l’Association des archivistes français (AAF).  Continuer la lecture de La Gazette des archives : expression professionnelle et/ou recherche en archivistique ?

Les archives départementales, des établissements culturels ? Choses vues et vécues en Maine-et-Loire

Par Myriam Coco et Gwendoline Guihard

Élisabeth Verry, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire, intervient au cours de la XIVe journée d’archivistique d’Angers pour débattre autour de la fonction d’établissement culturel d’un service d’archives. Pour cela, elle s’appuie sur son expérience au sein du service départemental d’archives de Maine-et-Loire qu’elle dirige depuis 1990. Continuer la lecture de Les archives départementales, des établissements culturels ? Choses vues et vécues en Maine-et-Loire

La grande collecte dans le Maine-et-Loire. Un premier bilan

La séance du 21 février 2014 a accueilli Élisabeth Verry, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire, et Jacques Le Naourès, attaché de conservation du patrimoine aux archives départementales de Maine-et-Loire, pour un sujet d’actualité. Les archives départementales de Maine-et-Loire ont en effet participé à la grande collecte, une opération d’envergure européenne visant à numériser documents personnels et souvenirs familiaux de la première guerre mondiale, dont le volet français s’est déroulé en novembre 2013.

Élisabeth Verry a rappelé le contexte institutionnel de l’opération. L’initiative s’insère dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre orchestrée autour d’une mission nationale, un GIP, et de comités départementaux qui coordonnent un certain nombre d’événements pour lesquels la participation des services départementaux d’archives est à géométrie variable1.

europeana 14-18

L’initiative de la grande collecte vient s’ajouter à ce calendrier. À l’origine du projet, se trouve la bibliothèque numérique Europeana. Cette opération2 mise en œuvre dans de nombreux pays européens est relayée en France au départ par la Bibliothèque nationale de France (BNF), à laquelle le Service interministériel des Archives de France se joint dans un second temps. La collaboration des services d’archives territoriaux est suscitée par un courrier en date du 15 avril 2013 à la suite duquel il leur revient de manifester leur volonté de participer. Peu d’informations sont transmises : les services n’ont pas de retour avant octobre 2013 et la documentation mise à leur disposition est alors restreinte. L’impression est celle d’une certaine improvisation, alors même qu’une campagne de communication très importante, y compris télévisuelle, est lancée. La communication autour de l’appel à contributions est pertinente et très percutante. Les services doivent s’organiser dans l’urgence pour faire face aux apports attendus entre le 12 et le 15 novembre 2013. Les consignes s’avèrent inapplicables : impossible de numériser en direct les documents et d’abonder le site d’Europeana en flux continu. Dans le Maine-et-Loire, les archives départementales et la bibliothèque municipale d’Angers s’accordent pour uniformiser leur accueil et leurs procédures.

Pour recevoir les contributions, il convenait d’organiser l’accueil, le déroulement des entretiens avec les déposants, l’appréhension et l’identification des documents, images et objets, les procédures de régularisation du dépôt, les conditionnements et rangements, la numérisation et la restitution. Ce sont 150 contributeurs qui se sont manifestés auprès des archives départementales de Maine-et-Loire, dont environ 50 contacts téléphoniques3.

Certains contributeurs se sont présentés avec des dossiers documentés, avaient identifié les auteurs des écrits, les personnes photographiées. Restaient à établir le lien entre le contributeur et l’origine des documents. D’autres ont amené des documents épars ou en vrac. L’entretien devait permettre d’identifier les protagonistes, auteurs de carnets ou de correspondance, ou figurant sur les photographies.

Tous les contributeurs ont été accueillis individuellement. Un soin particulier a été apporté à l’établissement d’un lien personnel, le nom du contact côté archives étant identifié et ses coordonnées figurant sur les documents remis au contributeur. Certaines personnes ont d’ailleurs complété leur dépôt ou se sont inquiétés ultérieurement de la suite donnée.

La régularisation du dépôt passe par la signature de deux formulaires : le formulaire de contribution fourni par Europeana et un formulaire visant à décrire rapidement le fonds à déposer pour numérisation. Les copies numériques ayant vocation à être publiées, la question des droits afférents est déterminante. Le contributeur doit comprendre les enjeux de cette exposition mondiale et prendre conscience qu’il accepte d’accorder le droit à des tiers d’exploiter le contenu librement.

Des sélections ont été opérées. Une des craintes du service était de voir affluer des objets. Au final, ils ont été peu nombreux. Les objets isolés, non documentés, et courants, comme des médailles ou des douilles d’obus décorées, n’ont pas été retenus, mais d’autres objets, comme des coupe-papier, encriers, cannes – ont été sélectionnés pour numérisation. Tous les documents sont au demeurant systématiquement examinés avec attention. Les critères d’éligibilité à la copie numérique se sont constitués progressivement : les carnets, les correspondances complètes ou très suivies ont vocation à être numérisés intégralement, de même que les ensembles documentaires impliquant un soldat du Maine-et-Loire. En revanche, les courriers épars peuvent subir une sélection. Certaines photographies très petites ne sont pas exploitables. Les documents isolés ou les ensembles documentaires ne répondant pas à ces critères sont échantillonnés pour répondre aux exigences d’Europeana. Sont retenus, dans un nombre très limité, des documents considérés comme représentatifs par le service.

Les objets et documents déposés ont été systématiquement conditionnés et répertoriés dans une base nominative. La numérisation devait, à la date de l’intervention, prochainement commencer. Le service a choisi de louer pour quelques mois le matériel nécessaire pour mener à bien cette mission dans d’excellentes conditions.

L’exploitation a déjà commencé, même si l’hétérogénéité des contributions pose question. Un premier travail avec un réalisateur de documentaire est en cours. Les restitutions n’ont pas encore eu lieu. Une proposition de don sera systématiquement adressée à chaque contributeur, avec une copie de l’état signalétique des services si les documents ou souvenirs remis concernent un soldat originaire du Maine-et-Loire. En l’état, très peu d’entre eux – moins de dix – ont manifesté leur intention de confier définitivement leurs documents aux archives départementales.

Aux yeux du service, cette opération est une réussite réelle car elle a permis de constituer un fonds documentaire qui alimentera les exploitations futures.

Les auditeurs ont relevé néanmoins que le mode opératoire pose de nombreuses questions, notamment sur le décalage entre une opération présentée comme nationale lors de la campagne de communication et une collecte qui est laissée à l’appréciation de chaque service, avec des objectifs différenciés mais liés au périmètre et aux politiques habituelles de ces services. Une capitalisation des critères de sélection serait intéressante, de même qu’un recensement des actions de valorisation et d’exploitation des collections constituées. Notons que la bibliothèque municipale d’Angers a par exemple décidé de poursuivre l’opération jusqu’en janvier 2014 et a programmé une exposition « participative » à l’été 20144.

______________________________________________

1. Les services ajustent leur implication en fonction de leurs moyens, de leurs forces, des politiques des collectivités de tutelle. Le Maine-et-Loire a ainsi répondu à la mise en ligne des registres de recrutement militaire, mais ne participe pas l’écriture du guide des sources de la Première Guerre, une autre action portée par cette mission nationale. Un des objectifs de la mission est de constituer un florilège de documents pour publication sur le site national pour lesquels les services d’archives sont sollicités en mai 2012.

2. Projet doté de 5,4 millions d’euros.

3. Qui restent à exploiter à la date de l’intervention. La bibliothèque municipale d’Angers fait état, de son côté, d’environ 70 contacts.

4. Exposition à venir à la médiathèque Toussaint.

 

La place des expositions d’archives aux Archives de Maine-et-Loire (1980-2002) par Elisabeth Verry

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Élisabeth Verry, directrice des services patrimoniaux du Maine-et-Loire et des archives départementales de Maine-et-Loire, commence son intervention par l’ interrogation suivante : des expositions, pour quoi faire ? Elle relève le désir de montrer les choses, de rendre visible ce qui n’est pas forcément très accessible car ardu, l’envie de faire surgir des richesses enfouies.

Au moment où le service du Maine-et-Loire a commencé à s’orienter vers le média de l’exposition, c’était une option originale que peu de services pratiquaient. L’attente et l’intérêt du public comme des tutelles ont été immédiates et un encouragement. L’environnement était favorable dans les années 1980. Le service était perçu comme un espace de production de culture. Déjà Célestin Port exportait des conférences hors les murs, à l’école normale par exemple. Jacques Levron a initié les premières expositions. Le contexte de la décentralisation a été également un facteur important. Le nouveau bâtiment des archives a bénéficié d’une salle d’exposition et de nouveaux moyens ont été mis à disposition du service.

Exposition des archives départementales de Maine-et-Loire
Exposition du bicentenaire de la Révolution, salle Célestin Port, Conseil général de Maine-et-Loire

En 30 ans, le service a réalisé a minima 120 expositions, auxquelles il faut ajouter celles auxquelles il a participé. Le premier événement fut le cinquième centenaire du Roi René pour lequel le service a été sollicité. Cela s’est traduit par une exposition dans la chapelle du château d’Angers, accompagnée d’un petit catalogue. Le second événement fut en 1987 le millénaire capétien, qui correspondait à l’arrivée dans le nouveau bâtiment et à l’acquisition des premières vitrines. Il s’agissait de reproduction sur des panneaux. 1989 et le bicentenaire furent un tournant. Le président du Conseil général souhaitait une exposition au Conseil général, accompagné de différents produits (catalogue, cassette vidéo, concours scolaire). Le sujet était délicat mais le traitement fut résolument et fermement historique. En 1991, pour la première fois, les objets sont introduits à côté des documents1. Des expositions hors les murs ont permis d’investir d’autres lieux comme l’abbaye de Fontevraud ou les communes. Le service se dote d’un matériel itinérant. Des valorisations sont systématiquement proposées en parallèle de l’intervention d’archivistes en commune. Avec le cinquantenaire de la Libération se déroule la première collaboration avec un maquettiste. L’idée était aussi de créer une ligne graphique, de réfléchir une identité visuelle et d’associer l’art contemporain. Les caractéristiques de cette exposition furent également une intégration texte image sur des panneaux, des photographies agrandies, des objets véritablement mis en scène. À partir de la fin des années 1990, le décor s’invite vraiment dans les murs des archives2. Début des années 2000, les premiers travaux de numérisation sont lancés avec le cadastre et la carte postale. C’est l’occasion de mettre en valeur aussi le document écrit par une vraie mise en scène. Le décor est devenu l’écrin du document : la roue des documents pour l’exposition sur les enfants assistés ou la table d’écriture pour l’exposition sur la calligraphie. Avec l’exposition sur l’école, apparaît l’image animée en liaison avec les documents.

Exposition Calligraphie aux archives départementales de Maine-et-Loire
Exposition Calligraphie aux archives départementales de Maine-et-Loire. Scénographie Raphaël Aubrun.

En conclusion, le socle reste les collections et leur richesse, en appui avec des facteurs favorables : un anniversaire, un événementiel, un partenaire. Le multimédia est essentiel. Il est aussi important de laisser une trace par des publications imprimées ou en ligne. Les expositions sont aussi des moments où on travaille en équipe, avec l’envie de créer et du bonheur.

1. Médecine et médecine en Anjou,du 3 avril au 10 juillet 1991. Cette exposition rencontra un grand succès et fut présentée dans divers lieux jusqu’au musée de l’hospice Comtesse à Lille.

2. Reconstitution d’une salle d’assises dans l’exposition Droit et justice par exemple.