La déontologie dans les revues d’archivistique : une approche internationale

Par Hélène Gourdin

Alix de Dreuille, Camille Fraysse et Adrien Guinebault ont été les porte-paroles de la promotion de deuxième année du master archives 2017-2018 et ont exposé les résultats d’une recherche collective au cours de la XVIe journée d’archivistique d’Angers. Il s’agit d’une méta-analyse bibliographique de quatorze revues d’archivistique autour de la déontologie, soit 729 numéros et 9 691 articles et comptes rendus d’ouvrages. Leur but était de montrer l’évolution de la perception archivistique de la déontologie tout en dégageant la spécificité française. Leur intervention s’articulait autour de trois notions : la déontologie, la transparence et l’accès au document et de treize termes, comme confiance, éthique, morale,transparence ou encore lanceur d’alertes, normes de conduite et

devoir de réserve.

Image mise en avant
Nombre d’occurrences depuis 1985 relevées dans 14 revues d’archivistique par les étudiants du master 2 Archives d’Angers 

2462 occurrences ont été recensées pour le mot « déontologie » et 541 pour l’expression « Code de déontologie ». Premier constat, la moitié des occurrences se trouve dans des revues américaines. Deuxième constat, les trois revues qui publient le plus sur le thème sont Archival Science, la Gazette des archives et The American Archivist. Celles qui s’intéressent le plus au Code de déontologie du Conseil international des archives sont The American Archivist et New Zealand archivist mais d’autres revues rendent compte de sa rédaction (Lligall, la Gazette des archives). La question du droit de réserve est abordée par New Zealand archivist et Anales de documentación.

La notion de transparence est l’autre terme le plus récurrent dans le dépouillement mené. Il représente 10% de l’ensemble des occurrences. Cependant, ce thème n’est traité que récemment. Il est particulièrement présent dans la revue du Conseil international des archives  Comma  : en effet, 46% des occurrences totales sont liées à ce terme. A l’inverse, les revues d’Amérique du Nord approchent le thème de la déontologie par d’autres facettes comme la question de la confiance (4 000 occurrences soit le tiers de celles-ci). Pour la revue Archival Science, cela représente la moitié des comptages effectués.

La dernière notion abordée était celle de l’accès aux documents et plus particulièrement aux données personnelles. L’archiviste doit à la fois garantir la confidentialité de ses informations et les mettre à la disposition des chercheurs. Cette délicate contradiction est traitée dès le milieu des années 1990 pour le domaine médical. L’usage des archives dans la revendication des droits est également évoqué (88 articles). Enfin, la question d’internet et de ses enjeux fait également débat. Un article dans Comma a par exemple mis en avant que l’archiviste peut s’autocensurer notamment en décidant de ne pas publier un instrument de recherche. De plus, les réseaux sociaux s’imposent de plus en plus dans les pratiques archivistiques. Il s’agit aussi bien d’un espace de collecte, de diffusion que de veille et de partage d’expérience professionnelle.

Dans ce concert international et contrairement aux idées reçues, il convient de constater que ces questions sont fréquemment abordées en France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.