L’archiviste, entre respect du secret professionnel et conscience citoyenne par Laurent Ducol

Par Anaïs Barbet et Lucie Philizot

Laurent Ducol, directeur du GIE Saint-Gobain archives, a proposé, lors de la XVIe journée d’archivistique d’Angers,le 16 février 2018, une réflexion sur l’archiviste en tant que lanceur d’alerte en entreprise. Au sein du cadre général qu’est la réflexion sur la déontologie des archivistes, il s’est interrogé sur les solutions permettant d’affronter cette situation complexe.

Les limites du sujet et définition de l’éthique

Laurent Ducol définit l’éthique comme étant « les principes moraux à la base de notre comportement personnel ». Ainsi, les archivistes se retrouvent dans une éthique commune. Si l’individu se considère complice, il peut se taire, partir, ou bien faire le choix de devenir lanceur d’alerte. Cette position, extrême et compliquée, l’amène à reconsidérer la neutralité de son rôle. Il choisit ainsi d’assumer ou non sa prise de position, prenant ainsi parti. Il s’expose alors au jugement des autres, et notamment celui des autres archivistes et de ses potentiels supérieurs hiérarchiques.

Laurent Ducol a mené une carrière principalement dans le privé. Les lanceurs d’alerte existent dans le privé, mais c’est assez récent. Il s’interroge alors sur ce point : quels sont les réflexes à avoir pour ne pas franchir la limite ?

L’archiviste, le lanceur d’alerte

Cette notion apparaît en 1999, dans un livre de sociologie Les sombres précurseurs1.On peut trouver comme exemple de lanceurs d’alerte des journalistes (Panama’s papers),mais aussi des individus tels qu’Edward Snowden.

L’archiviste peut être mis en cause. Dans le film Erin Brockovich, seule contre tous2, il y a eu accès aux documents de façon normale et légale, l’archiviste a fait son travail. Mais il doit pouvoir tracer qu’il a bien fait son travail. L’archiviste se pose en acteur de la divulgation. Lorsque que l’on choisit d’alerter, un seul essai est possible. Il faut maîtriser la communication, les réseaux sociaux, disposer de compétences juridiques et avoir des moyens financiers. Les conséquences sur la vie professionnelle sont grandes.

Quelles solutions ?

Laurent Ducol évoque alors certaines solutions, proposant notamment d’être un acteur volontaire et ce dès la création des documents tout en assumant la charge de référent en matière de traçabilité, notamment en matière d’archivage électronique où la masse de la production documentaire est immense. D’autres solutions existent comme celle de chercher un soutien hiérarchique ou de faire appel au réseau professionnel.

Le scandale Enron, qui a entraîné la chute de la société Arthur Andersen, une des plus importantes sociétés américaines d’audit financier et de conseil, a concerné aussi la gestion des archives puisque des documents ont été sciemment détruits au cours de la procédure d’instruction. La société, décrédibilisée, ne peut redémarrer. Elle est en partie rachetée par un de ses concurrents Ernst and Young où le service d’archives met en œuvre une vraie pédagogie pour clarifier l’ensemble des documents, expliquer son fonctionnement. La maîtrise de la production documentaire se fait en amont et en aval et se retrouve au cœur du métier. L’entreprise peut prouver ainsi qu’elle a mis des moyens en œuvre, avec une amélioration continue.

Dans l’entreprise Saint-Gobain, il y a une « journée de conformité » liée à ce sujet. L’activité est suspendue toute la journée pour laisser du temps à l’interrogation éthique. Cela représente 170 000 employés qui s’arrêtent dans le monde.

Laurent Ducol conclut son intervention dans la veine du thème de cette XVIe journée d’archivistique en déclarant : “L’éthique personnelle a beaucoup de valeur ; il faut se fier à sa conscience individuelle dans l’exercice de son métier d’archiviste”.

______________________________________________________

1. Chateauraynaud (Francis) et Torny (Didier), Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000.

2. Réalisation Steven Soderbergh, 2000.


Une réflexion sur « L’archiviste, entre respect du secret professionnel et conscience citoyenne par Laurent Ducol »

  1. Vous posez là une excellente question : doit-on parler ou se taire? Même dilemme que les curés au confessionnal!
    Au début de ma carrière alors que j’étais consultante et très jeune, en triant des documents, je suis tombée sur des documents très compromettant de tractations illégales. Ne sachant que faire, je les ai ignorés.
    En bout de ligne, il faut peut-être simplement se demander qu’est-ce qui nous empêcherait de dormir : parler ou se taire?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.