Un centre de documentation en sciences humaines. Le cas de la Maison des Sciences humaines (MSH) d’Angers

D’octobre 2011 à février 2012, Naïma Bouabidi, Marion Brangeon, Margot Charon, Claire Cotard, Ségolène Cuerq, Margot Georges, Charline Revardeau, Justine Wallet (master Histoire et Métiers des archives, option Gestion des services) ont été amenées à réfléchir sur la définition d’un périmètre et de contenus pour le centre de documentation de la MSH d’Angers[1].

La recherche en SHS à Angers : de l’éparpillement à la fédération

La MSH d’Angers. Droits réservés.

La MSH d’Angers est, en octobre 2011, une plate-forme technique de structuration et de valorisation de la recherche en Lettres, Langues et Sciences Humaines. Elle est au service de six laboratoires et de groupes transversaux couvrant les domaines suivants : psychologie, langues, lettres, géographie, histoire. Deux de ces laboratoires sont des UMR et plusieurs sont multi-sites. Outre la plateforme technique MSH, le programme MSH-Confluences dirigée par Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine, développe trois axes de recherche et fédère les enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants du site. En cours de projet, ce programme est devenu une structure fédérative de recherche (SFR). La MSH, de 1994, année de sa création, à 2008, était logée très à l’étroit dans un bâtiment distant rue Fleming. Son déménagement dans des locaux spécialement conçus pour elle et l’arrivée en son sein de l’UMR Eso-Carta jusque là installée dans des locaux propres, ont profondément changé la configuration, les besoins et les ambitions.

Un centre documentaire existant conçu comme la juxtaposition de collections

Dès la conception du bâtiment, un centre de documentation est intégré dans le programme. Les différents espaces – commun, individuel, pédagogique ou non – sont définis en fonction de l’enveloppe budgétaire disponible. 160 m² sont dévolus au centre de ressources. Il faut cependant noter que cet espace est pensé comme devant accueillir l’existant : de la documentation présente dans une salle commune de la rue Flemming et celle en provenance de la géographie. Aucun projet n’est associé, aucun équipement, aucune politique n’ont été envisagés et, a fortiori, il n’y pas d’enveloppe budgétaire commune[2]. Le centre est donc destiné à recevoir et à stocker des publications et de la littérature grise selon le bon vouloir des différents laboratoires hébergés dans la MSH. De fait, le centre est en réalité l’héritier de la bibliothèque du laboratoire CARTA (Centre Angevin de Recherche sur les Territoires et l’Aménagement)[3], spécialisé en géographie humaine et sociale. Les documents de cette bibliothèque constituent encore aujourd’hui l’essentiel du fonds. Le deuxième ensemble documentaire présent provient du laboratoire d’histoire. À ses débuts, en 2008, le centre continue à bénéficier des moyens provenant du laboratoire de géographie, tant financiers qu’humains. Le départ à la retraite de la documentaliste, ingénieure de recherches CNRS, et son non-remplacement, les niveaux d’implication différents des laboratoires (presque inexistants en lettres et langues), l’absence de politique documentaire et de projet commun ont laissé le centre dans un état de déshérence inquiétant, à l’heure où les espaces jugés libres attirent toutes les convoitises.

Penser un projet fédérateur

En 2008, des axes d’amélioration sont envisagés par Emmanuelle Jarry. Ceux-ci partent des besoins exprimés en documentation et en veille documentaire. Ils posent par ailleurs la question de la répartition des collections entre la bibliothèque universitaire et le centre de documentation de la MSH et celle du rattachement au service commun de documentation. En 2011, la situation s’est encore dégradée puisque le centre n’a plus de personnel propre et qu’une partie de la salle est occupée par le secrétariat d’un laboratoire.

Pour relancer le débat autour de l’existence de ce centre, il convient de tenter de proposer de pistes nouvelles de développement, à côté ou en remplacement d’acquisitions documentaires fatalement liées à des laboratoires précis, afin de satisfaire des besoins transverses. Il faut donc redéfinir le rôle et la vocation du centre de ressources documentaires de la MSH d’Angers. L’objectif fixé au groupe projet est de proposer des solutions pour que le centre de ressources documentaires de la MSH d’Angers devienne une aide à la structuration, à la diffusion et à la valorisation de la recherche en Lettres, Langues et Sciences Humaines.



[1] Elles ont pu prendre appui sur l’état des lieux et les enquêtes établis par Emmanuelle Jarry en 2008 lors de son stage de master 2 Métiers des bibliothèques.

[2] Les laboratoires versent une dotation, représentant 7% de leur budget total, à la MSH d’Angers. Cette somme permet de financer les différents services utilisés par les laboratoires, dont le centre.

[3] Désormais ESO-Angers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.