Les archives des chercheurs et le don : enjeux symboliques et pratiques archivistiques. Une intervention de Goulven Le Brech au séminaire ALMA

Goulven Le Brech est archiviste à Sciences-Po Paris après plusieurs années passées à l’EHESS et une première expérience au sein de l’université Paris VII-Diderot. Titulaire d’un DESS en archivistique obtenu à Angers en 2003 après une formation initiale en philosophie, il est aussi impliqué sur le plan associatif en tant que membre du bureau de la section Aurore de l’association des archivistes français1 et anime le blog En attendant Mnémosyne. Son intervention s’appuie notamment sur l’expérience professionnelle acquise dans la collecte au contact des chercheurs. Il a par exemple mené une collecte raisonnée auprès de chercheurs et de laboratoires en sociologie à l’EHESS et une collecte de sauvegarde et d’urgence auprès d’un centre de recherches en biologie moléculaire à Paris VII.

L’objet de son intervention est de s’interroger sur les usages et les stratégies des archivistes dans le contexte particulier des archives de la recherche, tout en convoquant les réflexions d’anthropologues, ethnologues et philosophes. Il relève qu’une des particularités du don d’archives est qu’il s’inscrit dans la durée : un don prend du temps à se concrétiser. Cela implique que la relation entre donateur et receveur s’inscrit dans un temps long. Une autre particularité est le récent avènement de la valeur marchande des documents d’archives, spécifiquement des archives des chercheurs dans un élan de panthéonisation des grands intellectuels, ce qui change le regard porté sur elles par certains d’entre eux ou leurs ayants-droit2.

 

Le don implique une responsabilité en miroir entre donateur et receveur. L’anthropologue Maurice Godelier dans L’énigme de don3, relève que l’institution du don concerne les biens aliénables. Cela invite à se demander si les documents d’archives, que le producteur considère éventuellement comme un bien inaliénable, le sont vraiment. Pourtant, en transmettant les traces de son activité, le chercheur ne fait pas que transmettre un bien matériel. Outre des éléments contingents de la vie de laboratoire, il transmet aussi mais aussi ses doutes épistémologiques4.

 

Sur le plan symbolique, le chercheur, en choisissant le lieu de conservation et de communication, témoigne de son attachement à une communauté scientifique et intellectuelle5. L’archiviste doit lui garantir cet attachement pour que l’échange soit concluant. En même temps, les établissements sont financés par des institutions publiques. Les archives des chercheurs sont liées aux centres de recherches et donc ont des lieux de conservation identifiés en tant qu’archives publiques. Sur le plan juridique, le choix n’existe pas. Sur le plan pratique, il faut souvent trouver des compromis.

 

Autre élément de confusion, l’imbrication entre production du laboratoire et production du chercheur. Une collecte raisonnée d’archives de chercheur doit prendre en compte les différents niveaux : l’établissement, le centre de recherches, le chercheur.

 

Même si logiquement la remise des archives de chercheurs répond à la définition du versement6, il n’est pas inutile de conserver l’idée du don avec ses dimensions symboliques et affectives. Ce qui se donne dans le don d’archives, c’est en fait un bien immatériel qui recoupe la question épistémologique de la transmission du savoir du savoir. Dans le concept de don, hors procédure réglementaire, ce qui sert l’archiviste est l’idée de la remise des archives à une communauté qui continuera à faire fructifier la réflexion du chercheur-donateur.

_________________________________________________

1. Il a, dans ce cadre, participé à l’élaboration du référentiel sur les archives des chercheurs.

2. Le fonds Michel Foucault classé trésor national et convoité par la BNF pour 3, 8 millions d’euros ou le musée des lettres et des manuscrits à Paris qui propose des achats comme placements financiers.

3. Paris, Fayard, 1996.

4. Bruno Latour, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1988 (édition en anglais en 1979).

5. Il convient de distinguer le don réel du don symbolique. Jacques Derrida, Donner le temps, Paris, éd. Galilée, 1991 ; Donner la mort, Paris, éd. Galilée, 1992.

6. Les archives publiques, imprescriptibles et inaliénables, doivent, à l’issue d’un tri soumis au contrôle scientifique et technique des Archives de France, être versées à un service d’archives public conservant des archives dites définitives (sauf dérogation). Suivant les cas, il s’agit des Archives nationales ou des archives départementales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.