Les publics des expositions d’archives : essai d’approche quantitative et qualitative par Brigitte Guigueno

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Brigitte Guigueno, conservatrice en chef chargée de la politique des publics au service interministériel des Archives de France, tente un bilan quantitatif et qualitatif sur les publics des expositions. En 2011, 60 % des visiteurs d’activités culturelles en archives départementales viennent pour une exposition, 68 % en archives municipales. C’est dire l’importance de cette offre pour les services d’archives. Les sources primaires et secondaires pour évaluer cette activité restent cependant peu importantes : une synthèse produite par l’inspection générale en 2011, la journée d’étude de la section des archives municipales de l’Association des archivistes français1 et celle intitulée À l’écoute des publics des archives : leurs identités, leurs attentes, nos réponses en 2007 à l’université d’Angers.

La source primaire la plus fiable reste le rapport statistique annuel qui comprend, outre le rapport qualitatif (rubrique « détail des activités »), plusieurs items relatifs à cette question : nombre d’expositions, nombre de visiteurs, nombre de scolaires, nombre d’expositions auxquelles le service a participé, expositions virtuelles. On constate une évolution nette. On est passé de 145 000 visiteurs en 1988 à près de 350 000 en 20112, soit une progression régulière. Le nombre d’expositions n’a vraiment significativement évolué qu’en 2003 (près de 400 expositions). Aujourd’hui, les archives départementales atteignent le chiffre d’environ 580 manifestations. En 2011, certains chiffres de fréquentation sont importants : des expositions d’archives municipales présentées en musée ont atteint les 10 000 visiteurs (Cholet, Douai, Reims). Le record appartient aux archives municipales de Manosque (45 000 visiteurs). L’exposition des Archives nationales Fichés ? Photographie et identification du Second Empire aux années 1960, quant à elle, a reçu 62 000 visiteurs. L’approche quantitative présente des failles : le nombre de services qui répond est fluctuant ce qui fausse les comparaisons ; des réponses sont lacunaires (notamment le comptage des visiteurs dans ou hors les murs3)4. Les chiffres sont donc en dessous de la réalité. Inversement compter des opérations très exceptionnelles amène à des incohérences5. Il faut donc pondérer. Dans le schéma actuellement ascendant, certains services signalent des difficultés émergentes : globalisation des crédits culturels au sein de la collectivité territoriale, diminution des heures des professeurs relais par exemple.

L’approche qualitative n’est pas plus aisée par le biais du rapport annuel. Des études ont été menées mais ponctuellement. Aux archives municipales de Bordeaux, on a administré des questionnaires aux lecteurs – et uniquement à eux. On observe que ceux-ci souhaitent en premier lieu des conférences et, en seconde position, des expositions pour 48 % d’entre eux.

On peut néanmoins noter que différentes variables jouent sur la réussite des expositions : le lieu (un lieu prestigieux, fréquenté, central), la date (l’été est favorable aux visiteurs d’où le succès de Manosque qui bénéficie d’une fréquentation touristique), le thème, les moyens de communication, les partenariats, l’amplitude horaire6. Le bouche-à-oreille ne fonctionne que sur des durées longues.

Un groupe de travail doit être mis en place pour restructurer le rapport annuel et réfléchir aux indicateurs pertinents quantitativement ou qualitativement.

____________________________________________

1. La Gazette des archives, n°160-161 (1993-1 et 2).

2. Sauf indication contraire, les chiffres concernent uniquement les archives départementales dont les réponses à l’enquête sont plus stables.

3. On constate ailleurs l’importance de la fréquentation des expositions itinérantes et hors les murs.

4. Les archives de la Manche ont mis en place un portique pour effectuer le comptage. On suivra avec intérêt cette première dans le monde des archives.

5. En 2005, une opération des archives départementales des Alpes-Maritimes en Chine fait doubler les chiffres de fréquentation.

6. 42 % de visiteurs le week-end pour l’exposition Templiers aux archives départementales de l’Aude en 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.