Les sites multimédias des Commémorations nationales et les documents d’archives par Jean-Baptiste Auzel

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Jean-Baptiste Auzel est conservateur du patrimoine, délégué adjoint aux commémorations nationales auprès du service interministériel des Archives de France. À ce titre, il suit la collection de sites multimédias « Commémorations nationales », placée sous la tutelle conjointe de la mission aux Commémorations nationales et du département de la recherche, de l’enseignement supérieur et de la technologie. Pour chaque site, un comité scientifique adhoc est désigné. Le premier site a été créé en 1999, une date assez pionnière pour un site multimédia. Jean-Baptiste Auzel constate l’impact des évolutions technologiques sur la présentation des documents d’archives et identifie trois générations de sites.

De 1999 à 2000, ont été utilisés surtout des documents figurés, sous forme de vignettes, sans possibilité de zoom, avec quelques animations limitées, peu légendés et peu identifiés, avec peu ou pas de son1. Les textes d’accompagnement mentionnent des citations, une manière d’intégrer le document d’archives au site. Quelques documents apparaissent ponctuellement.

De 2002 à 20072, 30 à 40 % des illustrations sont des documents écrits, présentés sous forme de vignettes pouvant être légèrement agrandies. Ce sont des illustrations du texte. Les cotes d’archives sont apparues. Des portfolios sont adjoints. Avec le site Louisiane (2003), sont ajoutés des lectures de texte, de la musique, des documents à agrandir, des transcriptions partielles et une identification systématique des cotes d’archives.

Dernière phase d’évolution, les sites élaborés entre 2010 et 20123 proposent une forte intégration des images et du son, des vidéos, du zoom à la demande, mais les cotes ne sont plus systématiquement indiquées alors que le contexte historique a été développé. Avec le site Cordouan, la 3 D apparaît.

Les documents d’archives ne sont pas une obligation pour un site commémoratif. Néanmoins, un intérêt constant est maintenu par la délégation. Ils sont principalement utilisés comme illustration plus que comme preuve, car le contexte est peu élucidé. Les objectifs de ces sites sont de développer une mémoire commune, vulgariser la recherche, proposer des sites pédagogiques, soutenir l’innovation en matière culturelle, travailler sur l’accessibilité (langues étrangères, public mal voyant). Les sites littéraires sont très fréquentés ; viennent ensuite les sites historiques et mémoriels. Les documents d’archives en eux-mêmes sont peu consultés ; ils fonctionnent comme simple illustration. Seulement 7% des internautes exploitent vraiment les sites en y passant plus de 30 minutes.

______________________________

1. Le son suppose la négociation de droits et augmente le coût du projet.

2. Site Victor Hugo par exemple.

3. Sites Garamond ou Henri IV par exemple.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.