Élaborer une base d’archives en ligne avec un outil libre (DaDaBik) (2)

Par Valérie Neveu

Le projet « Guide des sources du féminisme » a permis aux étudiants de se confronter directement à un logiciel libre (licence GNU-GPL) dans le domaine de l’informatique documentaire : DaDaBik, logiciel destiné à la mise en ligne d’une base de données. Cet outil générique permet de consulter, créer, modifier, supprimer les fiches d’une base préexistante, le tout via une interface web extrêmement souple et paramétrable. Les bases gérées avec DaDaBik sont accessibles de deux manières : via la consultation publique en lecture seule, ou via la plateforme de gestion en ligne réservée aux administrateurs.

Le travail sur DaDaBik a permis de faire comprendre concrètement aux étudiants les avantages aussi bien que les inconvénients des solutions libres, aujourd’hui activement défendues par une communauté de bibliothécaires-informaticiens passionnés, pas toujours en phase avec les besoins réels de la majorité des bibliothèques. Même avec un logiciel simple d’emploi comme DaDaBik, qui, dans sa version de base, ne nécessite en effet aucune connaissance d’un langage de programmation, de nombreux « à-côtés » surgissent, qui mobilisent bientôt des connaissances informatiques variées et assez pointues. Ainsi, le groupe de travail a dû acquérir ou conforter les connaissances de base relatives à la gestion des sites web : langage HTML, pratique d’un éditeur de texte avancé, choix d’un hébergeur, configuration d’un site web personnel, usage d’un logiciel de FTP, notions sur les briques PHP/MySQL… les étudiants ont été confrontés à la question du développement, incontournable dès lors que l’on décide de recourir à un logiciel libre. Au-delà de l’interface de base, insuffisante pour répondre aux besoins définis dans le cahier des charges, la recherche de solutions pour intégrer de nouvelles fonctionnalités, ou simplement pour modifier la présentation de l’interface, a conduit à des opérations de plus en plus complexes : modification de la feuille de style impliquant la manipulation de code CSS et de l’extension de Firefox, Firebug ; recherche de développements dans le forum utilisateurs de DaDaBik ; modification du programme par greffe de nouveaux codes dans les fichiers.

Tout au long de cette réflexion, les étudiants ont pu mesurer l’écart entre le rêve du « tout libre » et la réalité des compétences à mobiliser pour se servir d’un logiciel libre avec profit. Panacée pour certains, cadeau empoisonné pour d’autres, le logiciel libre ne doit pas s’envisager avec des a priori idéologiques, mais doit faire l’objet d’un choix raisonné. À travers l’expérience du Guide des sources, nous espérons avoir donné à nos étudiants les armes pour être capables de faire ce choix dans leur future vie professionnelle.

 

NB. Le logiciel se télécharge toujours sur www.dadabik.org, mais depuis juin 2012, son concepteur, Eugenio Tacchini, le propose sous une licence spécifique : le produit n’est plus ni libre ni gratuit (tarif à la bonne volonté de l’acquéreur, de 3 à 30 €).

Billet suivant

Billet précédent


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.